Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Amon DÜÜl Ii, Amon Düül

SWEET SMOKE - Darkness To Light (1973)
Par JOVIAL le 12 Mars 2013          Consultée 1243 fois

Darkness to Light n’aurait jamais dû s’appeler ainsi. Pour deux raisons.

Premièrement, après un album aussi immense que Just a Poke, SWEET SMOKE nous sort là une seconde œuvre franchement fade, franchement terne. Nous ne pouvons passer outre la comparaison, même si les deux disques s’inscrivent dans des registres différents. Le groupe semble s’être assagi et vouloir se diriger vers des compositions plus posées et plus réfléchies, bien loin de l’esprit d’impro développé auparavant. Darkness to Light reste peut-être un album relativement agréable à l’écoute, surtout pour sa première face, mais ne rivalise jamais en termes d’intensité avec son prédécesseur. SWEET SMOKE y joue un folk/rock progressif des plus classiques, sans grande identité, ne se révélant vraiment passionnant que sur l’unique morceau à retenir ici, l’orientalisant « Kundalini », absolument magnifique, mais montrant encore une fois combien le groupe était influencé par ses camarades d’Amon Düül II. Le reste se montre maladroit, bancal, à l’image de l’insupportable « Show Me The Way To The War » et de son chant réellement … à vomir, ou de la très décevante chanson-titre qui, malgré une belle intro, se vautre durant douze minutes entre une fange de chœurs plus gnangnan tu meurs et un final instrumental où rien ne colle. En résumé, on a l’impression que seuls Michael Paris et son saxophone ont envie de se donner à fond. Non, après Just a Poke, on se sent en fait plus partir de la lumière vers l’obscurité. Light to Darkness en somme.

Autre point négatif : l’inégalité entre les deux faces. C’est bien simple, imaginez que la face 1 symbolise la lumière, la face 2 symbolise … oui, dans le fond ? L’obscurité, bien vu. Parce que bon, restons un minimum indulgents, mis à part « Kundalini », « Just Another Empty Dream » et « I’d Rather Burn Than Disappear » restent tout de même deux morceaux fort sympathiques, ensoleillés voire très doux pour le second. Certes, pas de quoi casser trois pattes à un fromage, mais le tout tient la route, l’auditeur a le sourire aux lèvres. Et puis voici que s’amorce l’infâme face 2, dont j’ai déjà en partie parlé plus haut, avec son cortège de maladresses, de mélodies poussives, de chants ratés et de soli ennuyeux. Une sacrée purge en somme, qui plus est lorsqu’elle est comparée à la face 1 ET à Just a Poke. Ouaip, vous l’avez compris : Light to Darkness.

C’est donc avec ce deuxième album très moyen que SWEET SMOKE achève sa carrière en studio. Un disque mineur, que l’on voulait peut-être dès le départ à l’égal de Just a Poke, et qui malgré quelques rares bons moments ne parvient pas du tout à convaincre. Les musiciens, pourtant très renommés à l’époque pour leurs prestations live, ont perdu toute motivation et toute inspiration, ne nous passionnant plus vraiment. « Kundalini » reste l’unique très bon moment sur Darkness to Light, bien qu’en réécoutant un « TouchMaPhal », dont il est évidemment inspiré, l’ensemble se dégonfle et se ternit. Mais n’en crachons pas plus, je pense que, maintenant, vous savez pourquoi Darkness to Light n’aurait jamais dû s’appeler ainsi…

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JOVIAL :


GENTLE GIANT
In A Glass House (1973)
L’apogée du groupe




MARILLION
The Recital Of The Script (1983)
La meilleure époque de Marillion.


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Michael Paris (saxo/flûte/chant)
- Marvin Kaminowitz (guitare/chant)
- Steve Rosenstein (guitare/chant)
- Rochus Kuhn (violoncelle)
- Jeffrey Dershin (piano/percussions)
- Andrew Dershin (basse)
- Jay Dorfman (batterie)
- Guests :
- Marty Rosenberg (percussions)
- Puppa Kuhn (flûte)
- Peter Von De Locht (saxophone)


1. Just An Empty Dream
2. I'd Rather Burn Than Disappear
3. Kundalini
4. Believe Me My Friends
5. Show Me The Way To The War
6. Darkness To Light



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod