Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


MCLUSKY - Mclusky Do Dallas (2002)
Par GIA le 18 Mai 2005          Consultée 2015 fois

McLusky n’est pas très connu, McLusky vient de splitter alors forcément ça n’arrange pas les choses, mais quand on a Steve Albini comme producteur, qu’est-ce-qu’on en a à faire de la notoriété internationale ? Sa notoriété à lui est suffisante pour flatter n’importe quel ego. Pour découvrir ce groupe, il faut s’intéresser, il faut aimer la musique alternative, celle qui se déguste comme le privilège de détenir un trésor rare : un groupe de rock honnête et qui a des tripes. Cet album est un de ces trésors que peu de gens peuvent apprécier à sa juste valeur, attention donc aux incompréhensions et autres critiques hâtives non justifiées.

A première vue, ça sonne comme les Pixies des débuts : paroles débiles sans être dénuées de sous-entendus dérangeants, son saccadé et un peu (voire très) crade. Dans la première chanson, le chanteur et guitariste Andy Falkous nous balance d’une voix demeurée qu’il n’a pas commis le meurtre dont il est l’auteur sur un fond rythmique qui va crescendo et une guitare qui nous enverrait volontiers en HP. La folie se fait plus palpable dans le second morceau, les paroles ressemblent an rituel du malade mental rencontré il y a quelques minutes, toujours pas remis de sa petite bêtise. La voix sature, la disto est poussée a fond, c’est parti pour un ride direction l’intérieur du crâne de notre psychopathe. Pas très joli à voir (on imagine), mais fortement exutoire.
Ce qui vient est un peu différent, Collagen Rock n’est pas la critique de la chirurgie esthétique, les membres de McLusky ont d’autres préoccupations, il s’agit plutôt d’un gros foutage de gueule, façon satire, des pseudos groupes de rock qui s’évertuent à polluer nos ondes et nos oreilles. Critique et chanson réussie puisqu’on se surprend à chanter avec monsieur Falkous « Co-co-co-collagen rock!!! » en tapant la mesure du pied. Rien que ça c’est déjà beaucoup. Le nihilisme ne s’arrête pas là, la télé, les patriotes, la société et ses vices, tout le monde y passe et ce non sans délicatesse : quand ils contestent quelque chose, on le sens passer. Par la voix d’abord qui fait penser, par hasard, à celle de Frank Black quand il s’énerve, puis par le son des guitares qui laisse des traces sur nous comme des brûlures de cigarette, incandescentes et agressives à vous filer des cloques.
Avec son titre on ne s’y attendait pas mais c’est bien Fuck This Band qui nous laisse souffler deux minutes et, o-miracle, du début à la fin de la chanson. La ligne de basse nous ferait presque penser à une berceuse ; enfin, je vous rassure, ça ne dure pas assez longtemps pour que l’on ait le temps de s’endormir. To Hell with Good Intentions vient prendre le relais des chansons précédentes, le moment calme qu’on a passé ne fait que rendre le morceau encore plus brutal et sombre.
La descente aux enfers continue avec Clique application Form et The World loves us and is Our Bitch, deux titres bourrés d’énergie punk salvatrice aux paroles toujours aussi incendiaires et subjectives, comme le confirme le prochain Alan is a Cowboy Killer. Plus pop que les autres, celui là, nous fait chanter des paroles salaces sur un air faussement innocent et naïf, à l’image de l’enfant violé dont il est question dans la chanson. Pas de confusion ici, on rèste bien dans la critique, ceci n’est pas une apologie de quel acte que ce soit. On rèste dans le punk abrasif et faussement pop avec Gareth Brown Says, l’histoire d’un mec quelque peu mythomane, avant de retomber dans le chaudron de l’enfer avec Chases.
Arrive le petit dernier, Wouyouknow, morceau plus punk et plus pop que tout les autres, véritable condensé du style propre à McLusky aux paroles plus débiles et plus ironiques que jamais, l’énergie et la candeur se mélangent jusqu’à donner l’explosion finale. On trépigne, on sautille partout : McLusky a tapé en plein dans le mille.

A lire aussi en PUNK-ROCK par GIA :


SUPERGRASS
I Should Coco (1995)
Punk-rock




The LIBERTINES
Up The Bracket (2002)
The libertines : les branleurs prennent le pouvoir

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   GIA

 
  N/A



- Jon Chapple (basse)
- Andy Falkous (chant et guitare)
- Jack Egglestone (batterie)


1. Lightsabre Cocksucking Blues
2. No New Wave, No Fun
3. Collagen Rock
4. What We've Learned
5. Day Of The Deadringers
6. Dethink To Survive
7. Fuck This Band
8. To Hell With Good Intentions
9. Clique Application Form
10. The World Loves Us And Is Our Bitch
11. Alan Is A Cow Boy Killer
12. Gareth Brown Says
13. Chases
14. Whoyouknow



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod