Recherche avancée       Liste groupes



      
TECHNO/HOUSE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Agoria
 

 Label Infiné (187)

OXIA - Tides Of Mind (2012)
Par SASKATCHEWAN le 21 Janvier 2013          Consultée 715 fois

OXIA est le pseudonyme d’Olivier Raymond, un DJ français actif depuis les années 1990. On lui doit de belles découvertes sur le label Goodlife et un nombre conséquent d’EP. Après plus de quinze ans de carrière, il se décide enfin à sortir un album, preuve s’il en est du désamour entre la techno et les formats longs. Le disque en question, Tides of Mind, est sorti en 2012 sur le label InFiné, autre nom bien connu de la scène électro française.

La parenté avec AGORIA, le cofondateur d’InFIné, est évidente : techno classieuse, boucles jazzy, voix chaudes et pulsations lascives sont de la partie. OXIA connaît son sujet sur le bout des doigts et se permet même de piquer quelques basses profondes à nos voisins allemands. Sa techno demeure néanmoins légère, subtile, sans montées en puissance, ou si peu. L’album démarre idéalement sur le diptyque « Premiss » / « Rue Brusherie ». Après une intro céleste, « Rue Brusherie » introduit quelques éléments acoustiques : un échantillon de batterie, quelques notes de jazz… Un sample de voix vaporeux renforce le caractère évanescent du morceau, qui s’achève sur une belle intervention du piano.

Une bonne partie de l’album suit ce premier sillon. « Nightfall », « Sway » ou « Traveling Fast » développent des atmosphères éthérées, légères, portées par des rythmiques sages. Tides of Mind est une invitation à la séduction, une œuvre sensuelle et subtile la plupart du temps. La techno d’OXIA se fait presque pop par moment, en particulier quand elle épouse les intonations de MESPARROW, sans doute la seule invitée utile de l’album.

Les autres participations sont nettement moins convaincantes. MISS KITTIN sur « Housewife » ne fait qu’accentuer le côté racoleur du morceau. SCALDE n’apporte pas grand-chose sur « The Phoney Lullalby », qui met en lumière les facilités de Tides of Mind. Comme AGORIA sur Impermanence, OXIA use et abuse des voix, avec un résultat aléatoire. Cette béquille intervient sur les morceaux les plus superficiels, ceux aux sonorités déjà mille fois entendues. C’est d’autant plus dommage que ces quelques moments faibles cassent la dynamique fragile de l’album.

A côté de ça, OXIA est capable de très belles surprises. Sur « Harmonie », il parvient à redonner une nouvelle jeunesse aux sons de Detroit en les noyant dans des grésillements et quelques notes de piano. Cette influence américaine bienvenue donne un petit côté funky pas désagréable aux titres les plus énergiques (« Latitude »). Plus près de nous, « Exaila » n’est pas sans rappeler les meilleurs moments du groupe AIR.

Tides of Mind est un disque agréable, quoique peu aventureux. Hormis deux trois titres faibles, OXIA livre un bon premier album, qui risque malheureusement de passer inaperçu dans le foisonnement de sorties techno en 2012.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


VENETIAN SNARES
Horsey Noises (2009)
Breakcore familial




APHEX TWIN
Digeridoo (1992)
Richard au pays des kangourous


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Olivier 'oxia' Raymond (arrangements, piano)
- Richard Gow (piano)
- Caroline 'miss Kittin' Hervé (chant)
- Marion 'mesparrow' Gaume (chant)
- Sylvain 'scalde' Rebut-minotti (chant)


1. Premiss
2. Rue Brusherie
3. Housewife Feat. Miss Kittin
4. Nightfall
5. Traveling Fast Feat. Mesparrow
6. Harmonie
7. Flying Over Time
8. Sway
9. The Phoney Lullaby Feat. Scalde
10. Latitude
11. Exaila



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod