Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP, HIP-HOP  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 9)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


The SUGARHILL GANG - Sugarhill Gang (1980)
Par GLADIUS le 15 Octobre 2013          Consultée 1021 fois

Il m'est venu à l'esprit une bonne dizaine de façons de débuter cette chronique, et celle qui m'a paru la plus logique est de directement vous vanter les louanges du morceau-phare de cet album. Le gang n'est alors qu'un groupe de potes inconnu qui a pour simple statut d'ambiancer les bars en soirée quand en 1979 ils se font remarquer par le label Sugar Hill Records – qui donnera d'ailleurs des idées de nom de groupe à nos 3 compères. C'est ici que tout va commencer.

« Rapper's Delight ». Voilà le nom du morceau qui est à lui seul une raison de se procurer l'album. Il y a d'ailleurs deux versions présentes sur l'album, une de 4 minutes et une de... 14 minutes ! C'est assez énorme, un quart d'heure pour un morceau de rap. Sacré défi que ce sont lancés les trois compères. L'instru ne diffère pas selon les deux versions, les paroles non plus, la plus courte est simplement coupée plus tôt, par effort d'accessibilité on imagine. Il est difficile de ne pas avoir une folle envie de bouger sur cette instru inspirée du groupe CHIC, et ça devient clairement un challenge dès lors que les rappeurs se mettent à exercer, notamment dès les premiers mots « I said a hip hop, Hippie to the hippie, The hip, hip a hop, and you don't stop, a rock it » qui sont fichtrement bien foutus. Les 3 rappeurs se passent le micro, et chacun leur tour vont ambiancer la piste de danse pour 4 ou 15 minutes, au choix. Un morceau intemporel qui séduit encore aujourd'hui, et qui a pris la place de classique ultra repris par de nombreux artistes en manque d'inspiration ou voulant rendre hommage à l'immense bombe qu'est ce titre.

Ce qui est original à constater sur ce The Sugarhill Gang, outre le fait que dès qu'on a parlé de « Rapper's Delight » on ne sait plus trop quoi dire, c'est que l'ensemble de l'album est typé funk, années 80 quoi. Difficle donc de classer cet album comme une production hip-hop quand on entend des titres comme « On The Money » ultra funky et disco.
On peut en fait trouver 3 genres de musique dans cet album, en premier lieu de la musique fort crémeuse à l'image de « Here I Am » et « Passion Play » bien trop fades pour me persuader, ou encore d'un « Bad News (Don't Bother Me) » qui malgré son instru un poil au dessus du premier morceau, ne réussi pas à concentrer l'attention de l'auditeur. Ensuite, on rencontre de la funk pure avec le « On The Money » cité dessus, mais aussi la reprise du gros chef d'oeuvre de cet album « Rapper's Reprise (Jam-Jam) » et principalement le « Sugar Hill Groove » qui, comme son titre l'indique, va jouer de ses atouts funk et groovy pour séduire le public, et ça marche pour le coup. Enfin on trouvera une catégorie plus funk-rap dans cet album, d'abord par l'énorme « Rapper's Delight » dont j'ai assez vanté les mérites pour aujourd'hui, mais aussi avec « Be a winner », qui comme pas mal de morceaux sur cet album va profiter d'une basse prépondérante qui donne ce côté funk.
Si j'ai volontairement évité de citer « I Like What You're Doing » dans mes trois 'catégories', c'est parce que ce genre de morceau est difficilement rangeable dans un genre précis, et il est clair qu'il fait office d'ovni sur cet album, mais reste entrainant et sympa à écouter.

Dans l'ensemble, cet album a du mal à séduire les amateurs de hip-hop (alors qu'il est clairement catalogué dans cette branche), seul l'imparable « Rapper's Delight » sort vraiment du lot et a un intérêt net, jusqu'à être qualifié de référence. Cependant, seul ce morceau est une référence, pour l'album, on repassera. Même s'il est pas dégueulasse en soit, c'est mou et ça ne révolutionne rien (encore une fois, j'exclu le titre phare de l'album).

Note réelle : 2,5 que j'aurais bien arrondi à 3 pour la simple présence de « Rapper's Delight », mais que je préfère arrondir à 2 parce que cet album, mis à part son single, n'a pas une durée de vie infinie.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par GLADIUS :


MOS DEF
The New Danger (2004)
Un sacré danger pour la concurrence..




DR. DRE
The Chronic (1992)
La création du G-funk résumée en un album


Marquez et partagez





 
   GLADIUS

 
  N/A



- Master Gee (rap, chant)
- Wonder Mike (rap, chant)
- Big Bank Hank (rap, chant)


1. Here I Am
2. Rapper's Reprise (jam-jam)
3. Bad News (don't Bother Me)
4. Sugar Hill Groove
5. Passion Play
6. Rapper's Delight
7. On The Money
8. Be A Winner
9. I Like What You're Doing
10. Rapper's Delight



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod