Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-POP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Die TOTEN HOSEN - Opium Fürs Volk (1996)
Par MR. AMEFORGEE le 27 Mai 2006          Consultée 2334 fois

Bien qu’en France les Toten Hosen, littéralement les « Pantalons Morts... », soient très peu connus, ils jouissent en Allemagne – ainsi qu’en Amérique du Sud, en Australie et en Europe de l’Est – d’une très grande popularité (ils faisaient partie des invités du Live 8 de Berlin par exemple). Fondés en 1982 dans un esprit punk déglingué et fun, ils s’orientent à mesure que le temps passe vers un contenu plus engagé en même temps qu’ils mâtinent leur punk-rock d’influences diverses entre hard et pop.
Opium Fürs Volk est un peu l’album de la consécration et constitue leur méfait le plus populaire à ce jour. Garni de rien de moins que dix-huit titres allant d’une simple minute à cinq minutes bien sonnées, cet opus tient moins de l’assaut punk unilatéral à la Never Mind the Bollocks que de l’hétéroclisme mélodique d’un London Calling. Cela dit, l’analogie est évidemment téméraire et à relativiser, car le son et les perspectives, modernes, s’inscrivent dans l’ère du temps. Comparé également aux productions morveuses du punk-rock de tradition californienne, il apparaît comme nettement plus mature. On se trouve donc face à un très bon album de punk-rock puissant et popisant.

Comme son nom l’indique, en référence à Lénine citant Marx, et comme nous le confirme l’intro qui nous sert un « Notre Père » très gothique, avec un choeur sinistre, l’album aborde parmi ses thèmes celui de la religion et des opiums du peuple. On trouvera également évoqué ceux de la pédophilie, de la dépression, ponctués de sujets plus légers, comme une évocation du mythe romantique punk de Bonnie et Clyde, les affres de la vie en couple ou bien encore des contes pour enfants, version parodique et politiquement engagée.

Même si la tentation est grande, je ne me hasarderai pas à détailler tous les morceaux, aussi me contenterai-je, si tant est que cela soit possible, de souligner ceux que je préfère : « Mensch » qui engage les hostilités nous donne d’emblée un bon aperçu de ce que vaut l’album. Une mélodie accrocheuse qui se ménage des crescendos saignants aux moments clés, des guitares saturées utilisées avec mesure, une batterie cinglante non dispendieuse, en un mot efficace, le chant éraillé très maîtrisé et puissant du leader Campino (un gros gros point fort tout au long du disque), qui se trouve rejoint par un choeur viril sur le refrain entraînant, et nous voilà placés sous les meilleurs auspices pour la suite. Dans le même genre, très punk, on notera « Die Zehn Gebote », un tempo plus lent, ou l’efficace et court « Und So Weiter ».
En pop mélancolique, on évoquera le poignant « Böser Wolf », avec des arrangements de cordes et des tintements de clochette enfantine, chanté avec douceur, ou bien le plus lyrique, en mid-tempo, guitare acoustique et solo de saxophone, « Er Denkt, Sie Denkt », et qui de fait se trouve être l’un de mes favoris. Des atmosphères pesantes sont esquissées, sur « Nichts Bleibt Für die Ewigkeit » qui suit directement « Böser Wolf » avec sa montée en puissance impérieuse, sur le dub « Ewig Währt am Langsten » ou sur le psychédélique vindicatif « XTC », enrobé d’effets techno-électro. Malheureusement, par soucis de concision, j’en passe et des meilleurs.

Dans le genre tube pop-rock, on ne peut cependant pas manquer d’évoquer le très accrocheur « Bonnie und Clyde », taillé pour les ondes et la scène, l’excellent « Paradies », construit, comme souvent, en d’irrésistibles crescendos et encore le festif « Und Wir Leben », avec sa cornemuse baladeuse qui fraye avec les guitares coquines. Avec une facilité à enchaîner les titres puissants et mélodiques, à varier les ambiances, parfois enrichi d’arrangements judicieux, Opium Fürs Volk parvient à nous épargner un quelconque ennui tout du long, malgré un contenu très copieux.
Le pire, c’est que le groupe nous réserve le meilleur titre pour la fin : « Zehn Kleine Jägermeister », parodie de comptine, aux couplets tout gentils bien qu’empreints d’ironie, qui se voient entrecoupés d’un refrain fédérateur porté par un choeur énorme, qui monte en puissance jusqu’à l’apothéose finale. Absolument jubilatoire. A l’issue d’un tel album, on ne peut que déplorer que le groupe soit si peu connu en France.

En conclusion, Opium Fürs Volk est un excellent album, inventif, joué par des musiciens très pros. Probablement pierre angulaire de la discographie du groupe, il fait montre d’une diversité appréciable, apanage de la pop, qui, au lieu de noyer l’énergie punk déployée, en rehausse la saveur et en étend la portée. Peut-être faut-il savoir dépasser la « barrière » de la langue, dont les consonances dures se révéleraient d’ailleurs plutôt un atout. Bref, un album très solide, sans véritable faute de goût, et qui mérite d’être redécouvert. Avis aux amateurs.

A lire aussi en PUNK-ROCK par MR. AMEFORGEE :


FLOGGING MOLLY
Within A Mile Of Home (2004)
Une grosse baffe de punk-folk de haute volée

(+ 1 kro-express)



The POGUES
Red Roses For Me (1984)
"punk rock traditionnel irlandais":tous aux abris!


Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
  N/A



- Campino (chant)
- Breiti (guitare)
- Kuddel (guitare)
- Andi (basse)
- Wölli (batterie)


1. Vaterunser
2. Mensch
3. Die Fliege
4. Die Zehn Gebote
5. Böser Wolf
6. Nichts Bleibt Für Die Ewigkeit
7. Ewig Währt Am Langsten
8. Und So Weiter
9. Bonnie & Clyde
10. Der Froschkönig
11. Xtc
12. Lügen
13. Paradies
14. Und Wir Leben
15. Er Denkt, Sie Denkt
16. Seelentherapie
17. Viva La Revolution
18. Zehn Keine Jägermeister



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod