Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


MES AÏEUX - A L'aube Du Printemps (2012)
Par GEGERS le 9 Avril 2012          Consultée 2695 fois

MES AÏEUX frappe là où ça fait mal, et fort. Derrière son apparence de groupe débonnaire, le sextet québécois pratique un folk contemporain à la poésie militante et au verbe affûté. Fort d'une carrière longue de plus de 15 ans et riche de 6 albums, le groupe s'est imposé comme une pièce-maîtresse de la scène folk de la Belle Province, finalement pas tant asphyxiée que cela par l'omnipotence des incontournables Cowboys Fringants. Il faut dire que MES AÏEUX, bien qu'œuvrant dans un style similaire, n'a que peu de points communs avec le groupe précité. Musicalement, Stéphane Archambault et ses amis se font plus complexes, plus hétéroclites. Contrepartie obligée, ils se font également moins constants, ne parvenant pas à proposer un album impeccable de bout en bout, à la quasi-exception du très réussi En Famille, paru en 2004, qui contient notamment le titre emblématique « Dégénérations », chronique désabusée d'une race humaine qui ne se préoccupe plus de l'avenir de ses enfants. Mais aujourd'hui la donne change, grâce à ce nouvel album qui, outre une nouvelle saison, annonce également la promesse d'un avenir radieux pour le groupe québécois. Car cet album est une de ces perles, trop rares, qui transcende et enivre, à chaque écoute un peu plus.

L'intro « Viens-t'en » met doucement dans l'ambiance. Une guitare acoustique timide, un harmonica discret, et voilà qu'un à un les instruments puis la voix viennent se greffer sur cette composition entraînante et fédératrice au possible. MES AÏEUX appelle ses troupes par le biais de sonorités bluesy et de rythmiques imparables. Les harmonies vocales, composantes essentielles de la musique des Québécois, participent à faire de ce morceau un délice comme le folk francophone ne nous en a pas offert depuis bien longtemps. Cette richesse musicale n'est pas gratuite, et participe grandement à l'expression des sentiments hétéroclites et contradictoires qui parsèment l'album. C'est un militantisme subtil et métaphorique que le groupe nous propose sur son nouvel album. Comme sur ses réalisations passées, MES AÏEUX mêle mélodies délectables et textes inspirés avec une réussite insolente. Il y a néanmoins sur A l'Aube du Printemps ce petit plus indescriptible qui fait de cet album une réussite sans réserves. Serait-ce ce « Passé dépassé » mélancolique qui, mettant en avant un piano et un violon pressants, traite avec justesse des travers de notre société de consommation (tout, toujours plus, tout de suite)? Serait-ce le texte fabuleux des « Oies sauvages », animaux gracieux et persévérants, qui servent de métaphore servant une critique de la mentalité résolument individualiste et égoïste de l'être humain ? S'imposant comme le meilleur morceau de l'album, « Les oies sauvages » parvient à mêler poésie partisane et mélodies célestes, un ensemble que seul l'adjectif « magnifique » parvient à décrire de manière juste.

Chacun des douze morceaux constitue un univers propre, teinté d'un folk tantôt moderne (« Le fil », tantôt plus traditionaliste (« Je danse avec toi », « Au gré du vent »), toujours convaincant. Le clavecin de « La stakose », titre dédié à la propension humaine à rejeter la faute sur son voisin (« stakose des écolos, stakose des artistes, stakose de la malbouffe... ») jongle habilement avec le piano et la voix féminine de « La berceuse », qui derrière son titre doucereux se fait une violente diatribe à l'encontre du pillage des ressources naturelles. Un goût doux-amère se dégage de ses morceaux, qui nous renvoient inexorablement à notre propre rapport au monde qui nous entoure. MES AÏEUX galvanise l'esprit, nous amène à réfléchir sur notre propre destinée (la formidable « En ligne ») ou sur l'altération de notre perception, causée par les médias et politiciens alarmistes (« Histoire de peur »).

Pour toutes ces raisons, A l'Aube du Printemps se fait un album intelligent et stimulant l'intelligence des auditeurs, sur lequel textes finement ciselés se voient mis en valeur par des mélodies variées et délectables. Les groupes québécois semblent avoir cette capacité de remise en question que les artistes français peinent à exprimer. Dans le flot des nouvelles sorties, cet album trouvera nécessairement une place de choix dans votre discothèque. Pour que le printemps ne se termine pas trop vite...

Ecoutez « Viens-t'en » sur Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=gqQd2PJhs8g&feature=related

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


Roddy WOOMBLE
Live At Kings Place (2014)
Je suis venu de la montagne...




REDEYE
End Of The Season (2013)
Folk us... made in France !


Marquez et partagez







 
   GEGERS

 
  N/A



- Stéphane Archambault (voix, mélodica)
- Marie-hélène Fortin (violon, percussions, voix)
- Frédéric Giroux (guitares, basse, harmonica)
- Benoît Archambault (claviers, trompette, accordéon, percussions, voix)
- Luc Lemire (saxophone, glockenspiel, percussions)
- Marc-andré Paquet (batterie, percussions, basse, voix)


1. Viens-t'en
2. Passé Dépassé
3. Les Oies Sauvages
4. En Ligne
5. Des Réponses à Tes Questions
6. La Stakose
7. La Berceuse
8. Je Danse Avec Toi
9. Histoire De Peur
10. Le Fil
11. Au Gré Du Vent
12. Bye Bye



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod