Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
5 commentaires notés  
[?]



Magma
Kobaïa
Page  1 |

le 26 Novembre 2019 par LE MERLE MOQUEUR


Un langage inventé pour une musique qui honorait un dieu tutélaire disparu et qui dorénavant allait hanté de sa présence encore pendant des années tout ce monde de jazzmen en effervescence . Christian Wander mis le feu aux poudres , "au XVIe siècle, on disait "mettre le feu aux étouppes" (puis étoupes) pour "déclencher la colère" ou "déclencher une passion amoureuse". Amoureuse je ne sais, mais la colère et l'amour brulant comme une torche, la passion dévorante et brulante c'est ce qui caractérise sans aucun doute musicalement l'épopée magmaïenne depuis des années, avec Kobaïa le groupe avait frappé un grand coup...
Le reste on connait !

le 29 Mars 2015 par SGTJAKKU


KOBAÏA est un excellent premier album et offre un rock progressif/jazz rock résolument moderne pour l'époque. Difficile de passer à côté même si le style symphonique et incantatoire de Magma n'est pas encore trouvé (le jusqu'au boutisme, le délire et l'exaltation, OUI!). Peu de déchets pour un double album, remarquable !

le 26 Janvier 2013 par TERRY


Anthologique premier album !

le 26 Janvier 2013 par ONCLE VIANDE


Grand album en effet, même s’il aurait mérité d’être plus court et mieux produit. Certains effets ont vieilli, le chant kobaïen est encore tâtonnant mais c’est du gros calibre niveau composition et d’une maturité impressionnante.

Ce fouillis d’influences et d’idées ne laisse pas présager des albums épurés qui suivront. Même si ce disque est l’acte de naissance de la musique zeuhl, la dimension répétitive/incantatoire qui lui donnera toute sa mesure est encore absente, tout comme les chœurs. Kobaïa est d’abord un jalon essentiel du progressif. Avant VdGG, Genesis, Yes & cie, l’écriture narrative « à rebondissements » est ici radicalisée et étendue à l’ensemble d’un album. Si certains titres restent sur l’estomac, d’autres sont de purs joyaux (Aïna, Stöah, Kobaïa).

Chro nickel en tout cas, qui m’a donné envie de me refaire toute la disco ^^

le 26 Janvier 2013 par BAYOU


Excellente chronique pour un grand album.
Je me souviens de la claque prise à la première écoute !
Et en live Klaus et ses cris d'oiseaux bizarres, Vander monstrueux et puissant derrière ses fûts, je ne me souviens plus si le superbe Claude Engel a joué en ive avec le groupe, mais ce qui était aussi très fort, c'était la tenue des musiciens, tout en noir avec le sigle de Magma sur la poitrine.
Et ce son mélange d'influences, à la limite du jazz et de la musique contemporaine...













1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod