Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne indisponible  [?]

Pendragon
The Masquerade Overture
Page  1 |

le 28 Juin 2019 par BORH


Après 2 albums et 3 EP, très FM, dans les années 80 que je qualifierais de mineurs, Pendragon a démarré les 90 sur la bonne voie avec le très bon "The World" et l'encore meilleur "Windows of Life", à une époque où le néo prog était franchement sur la pente descendante. En achetant cet album, je me demandais sérieusement si Pendragon était capable de maintenir son niveau des 2 précédents albums. La réponse est plus que positive puisque "the Masquerade Overture" élève encore plus le niveau.
On est clairement là au sommet du néoprog, et de mon point de vue personne n'a fait aussi bien excepté Marillion dans les années 80.

L'album commence pourtant de façon inquiétante avec la chanson titre, un ersatz d'opéra qui rappelle ce qu'il y a de pire dans le rock progressif, le côté pompeux et prétentieux. Pourtant ce titre n'est absolument représentatif du reste de l'album, dommage qu'il soit présent et en première position, ce qui peut conduire pas mal d'auditeurs à mal juger cet album.

La suite est nettement meilleure. La plupart des titres ont une base couplet-refrain classique mais enrichie de très nombreux éléments progressifs, intros, solos, changements de rythme. Comme dit dans la chronique principale, les 3 meilleurs titres sont Paintbox, the Shadow et the Master of Illusions. Mais les 3 autres, Good as Gold, the Pursuit of Excellence et Guardian of my Souls sont très corrects.

Paintbox est absolument sublime. On démarre sur une structure couplet-pont-refrain x2 classique, avec un son type clavecin/flûte (joué au clavier) qui met parfaitement dans l'ambiance qu'on retrouve sur la pochette. On a ensuite un brake puis un enchainement en feu d'artifice de solos de guitare, de basse et de clavier, et enfin la mélodie principale reprise sur un son beaucoup plus puissant.

The Master of Illusions démarre encore sur une structure classique couplet-pont-refrain x2 sur un rythme très entrainant, qui pourrait rappeler le son FM des premiers albums, mais en mieux. Le rythme change totalement ensuite et on passe à son type Pink Floyd à la fois puissant et planant.

Bon, je vais pas décrire tous les titres en détails, il faut écouter cet album. Je rajouterais juste que l'EP de Good as Gold sorti pour l'album comprend 3 inédits, Bird of Paradise et Midnight Running qui sont très bons, et A Million Miles Away qui est absolument magnifique. Cela montre que Pendragon avait vraiment le feu sacré en cette année 1996.













1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod