Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne indisponible  [?]

Miles Davis
Live Evil
Page  1 |

le 22 Octobre 2009 par KINGSTALKER


Très bonne intro de Juan.
En effet, Live Evil pourrait se comparer à un festin !
Un déferlement de sons et d'ambiances !

Jamais l'ennui ne se fait ressentir même durant les titres les plus longs.
Les musiciens sont exceptionnels (John Mclaughlin, hum) et sont au service de la musique et non pas l'inverse.

Un essentiel dans toute cdthèque qui se respecte... Fabuleux !

le 14 Janvier 2009 par TERRY


Fantastique !!
Double album sorti en 1971, Live-Evil est un disque hybride oscillant entre morceaux live et morceaux studio. 8 titres (pour une totalité de 100 minutes, 50 minutes par CD) occupent cet album à la pochette sublime et étrange, peinte par Mati (aussi responsable de la pochette du Bitches Brew de Miles Davis et du Abraxas de Santana, entre autres). Environ 80% de la musique de ce disque est live (les 4 titres les plus longs), et seulement 20% est studio (les 4 titres les plus courts, forcément). Les titres live sont été enregistrés au Cellar Door, à Washington DC.

Chef d'oeuvre absolu du jazz/fusion, au même titre que le Bitches Brew de l'année précédente, Live-Evil est hélas moins connu que Bitches Brew. Il est pourtant tout aussi bon. Personnellement, j'adore tout autant les deux albums.
L'album démarre par un titre live, Sivad ('Davis' à l'envers, de même que 'Evil' et 'Live' du titre sont inversés), 15 minutes remarquables, entraînantes, fusionnelles, même si on reprochera au titre de se terminer par une montée en puissance interrompue. Le morceau devait durer plus longtemps, mais a été stoppé pour tenir sur le disque, c'est un peu rageant. Sivad est suivi ensuite par Little Church, morceau studio (de même que le suivant), au thème faisant penser à de la musique de western spaghetti, à la Morricone. On imagine sans mal une petite église ('little church') perdue en plein désert, avec les buissons d'amarante virevoltant dans le vent... Ce petit morceau est très plaisant. Tout aussi plaisant est le Medley : Gemini/Double Image, 6 minutes endiablées qui terminent idéalement la première face. La seconde face démarre par les 21 minutes du titre live What I Say. Vrai chef d'oeuvre de ce premier disque, ce morceau est totalement groovy, funky, et pourrait avoir été conçu par des artistes tels que James Brown, Isaac Hayes ou Sly & The Family Stone. Il est suivi par Nem Um Talvez, titre court et studio qui semble assez impromptu après la déferlante What I Say. On aurait préféré voir ce titre avant What I Say. Mais il est très bon, assez étrange, et donne envie d'écouter la suite.

Le disque 2 démarre par le dernier titre studio, l'extrèmement court (2 minutes et 12 secondes) Selim ('Miles", à l'envers), un titre assez étrange, dans lequel on semble entendre une sorte de chorale venue d'on ne sait où. Le morceau est suivi par les 23, 30 minutes de Funky Tonk, titre live (le titre occupant la dernière face est live aussi) absolument fantastique, qu'on écoute sans lassitude en dépit de sa longueur extrême (et encore, le dernier titre est encore plus long !!). Ce morceau finit trop vite, ce qui est inhabituel pour un morceau de cette durée. La face D est occupée entièrement par Innamorata And Narration By Conrad Roberts, assurément LE morceau de Live-Evil, et le plus long, aussi : 26, 30 minutes. Arrivé à la 23ème minute, une voix fait subitement irruption, comme intruse dans tout ce maelstrom jazz/rock/fusion, la voix de Conrad Roberts, déclamant un texte un peu surréaliste et recherché, le fameux Innamorata (ou plutôt, la fameuse 'narration' du titre, ah ah), et ce passage, inhabituel dans un disque de jazz et de Miles Davis (où tout est toujours exclusivement instrumental), est absolument magique et culte. Ça rend le morceau encore plus intéressant (et une fois ce passage fini, le morceau aussi est fini).

Amateurs de jazz-rock, amateurs de nouvelles expériences musicales, n'hésitez plus, ce disque phénoménal de Miles Davis, clairement son troisième meilleur après Bitches Brew et Kind Of Blue, vous tend les bras !

Désolé pour ce commentaire-fleuve, mais j'adore vraiment ce disque !













1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod