Recherche avancée       Liste groupes



      
REGGAE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Peter Tosh

Bob MARLEY & THE WAILERS - Rastaman Vibration (1976)
Par CYRIL le 21 Décembre 2006          Consultée 6047 fois

Rastaman Vibration fait partie de ces disques qui possèdent un véritable contenu, profond, sincère et tranché. Et ce à plusieurs niveaux…

Au niveau spirituel, tout d’abord. Il s’agit de l’affirmation plus large du message rasta à travers ce message explicite : « la pochette de Rastaman Vibration est parfaite pour séparer les graines de l’herbe ». C’est écrit dessus, c’est comme… :) Comme chacun le sait, les Rastas fument (on en apprend des choses !). Et on a trop tendance à les réduire à cela et à leur dreadlocks même si cela a son importance comme on le remarque sur « Crazy Baldheads » qui parle de « fous chauves ». N’oublions toutefois pas le message de paix (les « good vibes » présentes sur « Positive Vibration »), la volonté de respect de la dignité humaine avec la mise en musique d’un discours du Négus, Hailé Sélassié (« War ») qui est bien sûr le Jah (Dieu) protecteur et immortel (« Jah Live ») chez les Rastafari : « Jah love, Jah love, protect us », répètent les chœurs sur « Positive Vibration ».

Au niveau politique, ensuite. En pleine campagne électorale jamaïcaine, Bob Marley se permet sur le magique « Rat Race » de fustiger sans détour la classe politique de son pays (« Don't involve Rasta in your say say / Rasta don't work for no C.I.A. ») tout en dénonçant la violence extrême de cette campagne (« Political violence fill ya city »). Bob Marley ne prend position pour personne et au détour d’un « Johnny Was », clame de façon virulente une sorte d’apolitisme : « Rasta don’t work for the shitstem ». En ce qui concerne la libération des peuples d’Afrique, le positionnement des Wailers est sans équivoque. En reprenant ce discours de l’empereur d’Ethiopie prononcé en 1968 devant l’ONU (« War »), ils saluent à leur manière la décolonisation contemporaine à l’album : « our brothers in Angola, in Mozambique ».

Au niveau musical, enfin. Rastaman Vibration entérine l’ascension fulgurante du reggae au sein du paysage musical mondial. Un public de plus en plus large est séduit par les aspects légers et festifs qui peu à peu s’inscrivent dans l’inconscient collectif : des titres comme « Cry To Me » ou « Who The Cap Fit » sont volontiers « tranquilles » et respirent la sérénité. Et que dire de « Roots, Rocks, Reggae », morceau où Bob Marley déclare son affection pour la musique en général. Un grand moment.

En bref, Rastaman Vibration est un jalon important dans la carrière de Bob Marley. Les textes y sont d’une force incroyable et ne laissent aucune place à l’interprétation ou au doute. Les Wailers vont droit au but, visent juste et tapent là où ça fait mal. Sans arrière-pensée, sans démagogie. Chapeau bas.

A lire aussi en REGGAE par CYRIL :


Bob MARLEY & THE WAILERS
Survival (1979)
Une sorte de nirvana, d'apogée




Serge GAINSBOURG
Aux Armes Et Caetera (1979)
Allons enfants...!


Marquez et partagez





 
   CYRIL

 
  N/A



- Bob Marley (chant, guitares)
- Aston Barrett (basse)
- Carlton Barrett (batterie)
- Tyrone Downie (claviers, basse, percussions, choeurs)
- Alvin Patterson (percussions)
- Earl Smith (guitares)
- The I-threes (choeurs)
- Al Anderson (guitare sur 'crazy baldhead')


1. Positive Vibration
2. Roots, Rocks, Reggae
3. Johnny Was
4. Cry To Me
5. Want More
6. Crazy Baldhead
7. Who The Cap Fit
8. Night Shift
9. War
10. Rat Race



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod