Recherche avancée       Liste groupes



      
AMERICANA  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


John HIATT - The Eclipse Sessions (2018)
Par BAYOU le 29 Novembre 2018          Consultée 133 fois

L’avant dernière fois que John Hiatt était programmé à Paris, le concert a été annulé faute de réservations. Dans le même temps toutes les autres dates en Europe étaient sold-out. Autant dire que cette chronique ressemble à un prêche dans le désert pour ce musicien de 66 ans qui sort son 23ème album le premier depuis quatre ans. Certes, dans un monde idéal il conviendrait d’évoquer sa longue et brillante carrière, son passage dans Little Village, les albums qui ont car tonné comme Bring the Family en 1987, Slow Turning en 1988 ou encore The Tiki Bar is Open en 2001. Et ses rencontres avec Ry COODER, Jim KELTNER, Nick LOWE, Sonny LANDRETH…

Mais au diable le passé penchons-nous d’abord sur le présent. C’est Kevin McKendree qui a effectué un excellent travail pour Delbert McClinton et Tinsley Ellis qui est à la production et aux claviers. Le fils de John, Yates McKendree âgé de 17ans est à la guitare, avec le batteur Kenneth Blevins et le bassiste Patrick O’Hearn. Le titre de l’album évoque l’éclipse solaire du 21 août 2017, date à laquelle trois chansons ont été enregistrées à Nashville dans une atmosphère assez magique. Hiatt estime que cet album termine une trilogie entamée avec Bring the Family, et poursuivie avec Crossing Muddy Waters, album acoustique consacré à l’esprit du bluesman.

Incontestablement la voix a vieilli, mais au moins il ne cherche pas à s’en cacher, et si l’album débute par « Cry To Me » un titre relativement léger, on plonge assez rapidement dans le vieillissement et l’approche de la mort avec « Over The Hill » et « Outrunning My Soul ». Dans « Hide Your Tears” c’est encore plus explicite «Je ne passe pas trop de jours / Penser aux manières insouciantes / Un homme tente de dépasser sa mort / Ou un cœur brisé s'essouffle. Pourtant on n’est pas dans le lugubre ou le crépusculaire comme chez Léonard Cohen par exemple, et « Poor Imitation Of God » est sur un tempo enlevé, avec les accords magnifiques du fiston qui semble avoir un grand avenir comme guitariste.

L’album est néanmoins d’une certaine gravité, une sorte de blues urbain, à la manière de Hiatt, certes nous sommes loin des années fastes de jeunesse, mais l’ensemble se laisse écouter, on y retrouve la patte d’un sacré song-writer, ce qui n’est pas si courant de nos jours, et la voix conserve un charme discret et étonnant de proximité.

Au fait, le 04 juillet 2018, John a donné avec Sonny LANDRETH un super concert à l’Alhambra de Paris, cette fois il n’a pas été annulé. Le monde ne va pas être pas si mal finalement !

A lire aussi en BLUES par BAYOU :


George THOROGOOD AND THE DESTR
Party Of One (2017)
Retour à l'acoustique.




MUDDY GURDY
Muddy Gurdy (2018)
Des volcans aux hill country


Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
  N/A



- John Hiatt (chant, guitare)
- Yates Mckendree (guitare)
- Kenneth Blevins (batterie)
- Patrick O’hearn (basse)
- Kevin Mckendree (claviers)


1. Cry To Me
2. All The Way To The River
3. Aces Up Your Sleeve
4. Poor Imitation Of God
5. Nothing In My Heart
6. Over The Hill
7. Outrunning My Soul
8. Hide Your Tears
9. The Odds Of Loving You
10. One Stiff Breeze
11. Robber's Highway



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod