Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHé / STONER  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Somali Yacht Club
 

 King Buffalo Facebook (22)

KING BUFFALO - Longing To Be The Mountain (2018)
Par STREETCLEANER le 10 Décembre 2018          Consultée 824 fois

J'avais eu l'occasion d'évoquer le groupe américain (de New York) KING BUFFALO lors de ma chronique du dernier SOMALI YACHT CLUB (The Sea) et voici que cette année le trio US sort également son second LP. Ceux qui ont aimé The Sea ont toutes les raisons d'apprécier ce Longing to Be the Mountain, digne successeur du très bon Orion sorti en 2016. Ce nouvel album hisse même le trio vers de nouveaux sommets.

Comme chez tout groupe de rock psychédélique, on retrouvera les influences évidentes des seventies... provenant notamment d'un certain PINK FLOYD, avec cette entrée en matière "Morning Song", hommage évident à la formation britannique et ses albums Echoes (écoutez les oiseaux) et Wish You Were Here. Mais au-delà de quelques clins d’œil assumés, le trio ne nous offre que des chansons qui lui sont vraiment personnelles. Le côté floydien, aérien, éthéré de l'ensemble tient essentiellement à l'utilisation des effets de delay "Eye of the Storm" qui nous rapprochent de ce que faisait David GILMOUR, lui qui a inspiré tant de guitaristes.

L'autre côté très seventies tient également à une autre pédale très employée alors (popularisée vers 1965), la pédale de fuzz. Contrebalançant le côté éthéré de l'ensemble, elle apporte un gras subtil dans les solos « Longing to Be the Mountain », parfois plus épais, voire carrément boueux lors des power chords ("Morning Song", "Cosmonaut", "Quickening", "Eye of the Storm"). Dans tous les cas, les effets de fuzz sont vraiment bien employés et servent le propos de manière juste. Si vous aimez la fuzz, vous serez ravis car elle est particulièrement bien modulée dans ses différentes sonorités et possibilités. On est ici vraiment loin des effets de distorsion froids et nets que l'on retrouve généralement chez les groupes de metal ou d'une fuzz poussée exagérément dans ses derniers retranchements tout du long, et que l'on peut entendre chez quelques groupes de stoner et assimilés.

La grande force de Longing to Be the Mountain, c'est surtout près de 42 minutes de musique et six chansons (dont trois avoisinent les dix minutes) sans aucun remplissage, sans aucun filler. Le trio nous propose véritablement 42 minutes de très bonne musique de la première à la dernière note. Une musique qui sait alterner de manière intelligente entre moments calmes et moments où les amplis vont dégueuler l'électricité. Une musique certes plutôt apaisée, notamment dû au chant, où l'on n'hésite pas à recourir à la guitare folk * ("Morning Song", "Longing to Be the Mountain"), sans être avare de moments plus tumultueux qui pénètrent de plein pied dans des territoires stoner. Mais l'impression générale qui se dégage au final est plutôt celle d'une musique rock psychédélique et sereine, absolument pas agressive (les solos même bien fuzzy privilégient les notes, le son et les atmosphères à la vitesse). Une musique qui vous transporte toujours... avec quelques légères incursions dans des contrées moyen-orientales ("Cosmonaut", "Eye of the Storm"). On appréciera également les synthés drony très vintages introduisant "Longing to Be the Mountain" qui renforcent ce sentiment d'avoir affaire à une formation qui vénère les bonnes choses du passé.

J'ai déjà eu l'occasion de dire que je passais pas mal de temps à écouter de nouvelles sorties au niveau mondial avec ces derniers temps une prédilection pour tout ce qui touche au psychédélisme, au stoner et au doom. Longing to be the Mountain m'a immédiatement convaincu même si la confirmation de tenir là un excellent album m'est venue au bout de la troisième écoute. Longing to be the Mountain est un album flatteur pour les oreilles, finement composé et arrangé, mélangeant subtilement climats éthérés et une lourdeur crade issue de la boue de la fuzz. A la fois léger et puissant, atmosphérique et organique, le trio américain a sorti là un des albums les plus enchanteurs de cette année 2018.

* jouée par Ben McLeod du groupe ALL THEM WITCHES, par ailleurs crédité en tant que producteur

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par STREETCLEANER :


The FLAMING LIPS
The Terror (2013)
Un album très contemplatif




The FLAMING LIPS
Clouds Taste Metallic (1995)
Libérons les animaux du zoo !


Marquez et partagez







 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Sean Mcvay (guitare, chant, synthés)
- Dan Reynolds (basse, synthés)
- Scott Donaldson (batterie, percussions)
- Musicien Additionnel :
- Ben Mcleod (guitare acoustique, production)


1. Morning Song
2. Sun Shivers
3. Cosmonaut
4. Quickening
5. Longing To Be The Mountain
6. Eye Of The Storm



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod