Recherche avancée       Liste groupes



      
REGGAE  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Peter Tosh

Bob MARLEY & THE WAILERS - Exodus (1977)
Par CYRIL le 15 Décembre 2006          Consultée 8529 fois

Exodus, c’est l’exode. Celui (souhaité) des afro-américains vers leur terre d’origine, celui (réel) de Bob Marley vers le vieux continent suite à une tentative d’assassinat contre lui, sa femme Rita et Don Taylor, en pleine campagne électorale jamaïcaine. N’oublions tout de même pas qu’avant de s’envoler pour l’Angleterre, les Wailers jouèrent au festival « Smile Jamaica », ce qui permit à Bob Marley d’exhiber ses blessures au torse et au bras seulement deux jours après la fusillade… C’est donc à Londres que vient s’installer le groupe, la capitale anglaise abritant une forte communauté jamaïcaine depuis l’indépendance de l’île en 1962.

Londres 1977, c’est la déflagration (et c’est peu dire) punk personnifiée par les Sex Pistols, les Clash, The Jam ou encore The Damned. D’une manière générale, l’année 1977 est marquée sur le plan musical par un bouillonnement créatif hors du commun ; Rumours (Fleetwood Mac), News Of The World (Queen) ou encore Animals (Pink Floyd) sont autant d’opus qui font de cette année un grand cru. Mais définitivement, 1977 c’est l’ « ANNEE PUNK » ! On est – je le concède – dans le lieu commun mais ce sont bel et bien les notions d’insoumission, de rébellion et de révolte qui dominent les débats, quoi qu’on en dise. Ce n’est donc pas un hasard si les punks adoptent en masse le reggae. Et le reggae (à l’époque et pour toujours), c’est Exodus.

Musicalement, le disque se veut plus global et plus influencé par la culture européenne, comme en témoigne l’arrivée du guitariste Junior Marvin au jeu teinté de rock comme on l’envisage sur « The Heathen ». L’album est donc plus « ouvert », sans toutefois renier les fondements spirituels et politiques. Le thème du rapatriement des noirs américains vers l’Afrique est central, tout comme la célébration de Jah. C’est ainsi que « Natural Mystic » dévoile d’entrée sa classe dans un crescendo inimitable. « Exodus », la pierre angulaire du disque, enfonce le clou avec sa fameuse invective (« Movement of Jah People »), volontiers insistante sur « Move ». Pour renforcer son impact, cette phrase est inscrite au dos de la pochette. Exodus est profondément habité par l’espoir d’un monde meilleur (« One Love / People Get Ready ») mais aussi par l’amour avec la superbe ballade « Turn Your Light Down Low », qui lorgne vers la soul music. A coup sûr, les mauvaises langues se gausseront devant ce déballage de bons sentiments (« Three Little Birds ») en y voyant de banales utopies ou pire, des chimères. Qu’importe, on veut y croire, on doit y croire.

Exodus est d’ailleurs plébiscité. « Jamming » et « Waiting In Vain » deviennent des tubes universels. La preuve que l’idéal proposé n’est peut-être pas inaccessible. Les petits oiseaux sont à portée de main !
Exodus. Le manifeste du reggae.

A lire aussi en REGGAE par CYRIL :


Bob MARLEY & THE WAILERS
Survival (1979)
Une sorte de nirvana, d'apogée




Bob MARLEY & THE WAILERS
Natty Dread (1974)
Premier essai solo de bob marley


Marquez et partagez





 
   CYRIL

 
  N/A



- Bob Marley (chant, guitare, guitare rythmique, percussions)
- Aston Barrett (basse, guitare, percussions)
- Carlton Barrett (batterie, percussions)
- Tyrone Downie (claviers, percussions, choeurs)
- Alvin Patterson (percussions)
- Junior Marvin (guitare)
- The I-threes (choeurs)


1. Natural Mystic
2. So Much Things To Say
3. Guiltiness
4. The Heathen
5. Exodus
6. Jammin'
7. Waiting In Vain
8. Turn Your Lights Down Low
9. Three Little Birds
10. One Love / People Get Ready



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod