Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Dead Weather , The Raconteurs , Jack White

The WHITE STRIPES - The White Stripes (1999)
Par MICKAW le 19 Décembre 2006          Consultée 3557 fois

Haaa, The White Stripes, groupe en passe de rentrer dans la légende du rock (et ils le sont déjà si l’on en croit Philippe Manoeuvre de Rock n’Folk qui a classé « Elephant » parmi les 100 meilleurs albums de rock à posséder).
Beaucoup d’entre nous les ont découverts grâce à l’album cité précédemment (moi le premier d’ailleurs) et quelle claque ce fût ! Mais nous ne sommes pas ici pour s’intéresser à ce best seller, mais plutôt pour parler du début, du début de l’invasion de nos chaînes hi-fi par les 2 compères...

Il était une fois, en Amérique, pays du bon Rock n’ Roll, un couple de musiciens (enfin, Jack oui, Meg... pas encore !!). On pourrait imaginer la création des premiers titres assez facilement :
Jack : Hey, Meg, regarde ce que je t’ai ramené !! Une batterie !!
Meg : Heu... merci, mais je sais pas jouer !!
Jack : C’est pas grave, tape dessus, je prends ma guitare !
Meg : Bom, bam, boum, ding !!
Jack : Yeah, it rocks !!!!
Et voila !! Les Whites Stripes étaient nés !

Plus sérieusement, ce premier album éponyme est une révélation pour tous ceux qui ont eu la chance de les découvrir à cette époque. La musique est à la fois totalement dépouillée (une guitare, une batterie, une voix et de temps en temps des petites notes de piano...) mais remplit l’espace sonore a merveille et donne envie de secouer la tête dès les premières notes !
Le duo mélange de nombreux styles (punk, rock, blues...), le tout très électrifié !! Autant prévenir tout de suite, l’objectif de cet album n’est pas de reposer ! C’est du rock, pur et dur, avec des amplis poussés à 11, une batterie lourde et la voix éraillée si typique de Jack ! Le calme après la tempête sera pour « Get Behind Me Satan ».
L’album commence sur un titre hyper énergique qui donne le ton immédiatement : « Jimmy The Exploder », avec son riff entraînant et la batterie tout en roulement ! La suite est du même acabit, des morceaux enchaînés à la vitesse de l’éclair, un peu trop peu être (les chansons dépassent rarement les 2 minutes 30), plein de sueur et de Rock ’n Roll !

On pourra citer en exemple de morceaux très réussi « The big three kill my baby » un peu plus lent, mais vraiment entraînant, « When I hear my name », « Broken brucks » et « Slisjer drips » brûlots punk de la grande époque ou encore « Stop breaking down » et « Susy Lee » dans lesquels le bottleneck (élément typique du jeu des Whites Stripes) est mis en avant.
Les seuls moments où l’on repose nos oreilles (tout est relatif) de cette explosion de décibels sont « Sugar never tasted so good », titre sans grand intérêt, « Wasting my time », étoffé de petites notes aux relents de blues New-Yorkais du plus bel effet et « One more cup or coffee ». On imaginerait d’ailleurs facilement ces 2 titres dans la BO d’un film de Tarantino aux vues de l’ambiance qu’ils dégagent.

Dans cet album, malgré sa simplicité apparente, Jack nous fait déjà exposition de ses talents de musicien accompli (guitare slide, petits solos bien bluesy, notes de piano (à travers « St James Infirmary Blues ») et son chant purement dans l’esprit : c’est juste, c’est faux, on s’en fout, l’essentiel c’est que ça envoie !!!). Meg, elle, nous étale sa précision de métronome toute relative (c’est pour ça qu’on l’aime) !
De plus, on peut percevoir l’influence que les Whites Stripes peuvent avoir sur d’autres groupes, notamment « Do » dont le riff est quasiment identique à celui de « Are you gonna be my girl » de Jet ! Plagiat ?
Malgré cela, l’album, peut se révéler répétitif par moments, peut être un peu trop long (17 titres) et des chansons qui auraient mérités d’être légèrement rallongés (rooh, il sait pas ce qu’il veut lui....) ! Mais, finalement, est-ce que ce n’est pas ça qui fait leur charme ?
En conclusion, The White Stripes est un très bon album (surtout pour un premier), dans la plus pure tradition Rock n’ Roll des 70’s, avec ses petits défauts qui peuvent être perçus comme des qualités pour certains... A vous de juger !

A lire aussi en ROCK :


FIDDLER'S GREEN
Devil's Dozen (2016)
On n'est pas sérieux quand on a 25 ans !




Bruce SPRINGSTEEN
Born To Run (1975)
A Star is born (to run) !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   MICKAW

 
  N/A



- Jack White (guitare, voix, piano)
- Meg (batterie)


1. Jimmy The Exploder
2. Stop Breking Down
3. The Big Three Killed My Baby
4. Suzy Lee
5. Sugar Never Tasted So Good
6. Wasting My Time
7. Cannon
8. Astro
9. Broken Brucks
10. When I Hear My Name
11. Do
12. Screwdriver
13. One More Cup Of Coffee
14. Little People
15. Slicjer Drips
16. St James Infirmary Blues
17. I Fought Piranhas



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod