Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


The CHELSEA SMILES - Thirty-six Hours Later (2006)
Par CYRIL le 7 Février 2007          Consultée 1979 fois

Prenez un groupe. Mettez le au vert pendant trente-six heures. Vous obtiendrez un album. Impossible, me direz-vous ? Pas pour les Chelsea Smiles. Emmenée par l’infatigable Todd Youth (ex-à-peu-près-tout !), cette formation a effectivement accouché d’un disque en un jour et demi. Info ou intox ? Exploit ou arnaque ? Il convient d’écarter d’emblée ce genre de débat digne d’une bonne émission de M6 et de se plonger directement au cœur de cet opus, dont on peut tout suite dire qu’il est énergique, entraînant et homogène.

Aucun titre ne surnage vraiment et tout est très calculé. En clair, l’auditeur ne peut pas se tromper sur la marchandise et celui qui cherche autre chose que du punk-rock n’aimera pas les Chelsea Smiles. Ce groupe n’a pas d’autre ambition que de servir des titres destinés à nous faire danser et pogotter lors de nos beuveries endiablées. Ici, pas de surprise, pas de révolution de style. D’entrée avec « Nothing To Lose », le message se veut classique : on disait la même chose il y a 30, voire 40 ans. A l’écoute du disque, on ne peut s’empêcher certaines comparaisons, des New York Dolls (« Built To Last ») aux Foo Fighters (« Feelin’ To Kill »), des Ramones aux Stooges. Ce n’est effectivement pas l’originalité qui nous étouffera avec Thirty-Six Hours Later. Tout ceci est finalement très conventionnel mais reste enjoué comme on l'envisage sur la pochette, simple mais efficace. Car même si on ressent à coup une impression de déjà-vu, on ne peut s’empêcher de claquer des doigts, de taper du pied et de se prendre au jeu, ne serait-ce que sur « Pillbox », « Alright, Alright » et la reprise « Chatterbox », chansons qui possèdent des atours tubesques incontestables.

Ce groupe a de l’énergie à revendre, c’est indéniable. Aucun amateur de rock ne pourra totalement détester cet album concis, aux fondamentaux solides : une basse, deux guitares, une batterie, un chant. 12 titres, 33 minutes, 36 heures. Voici un disque bien envoyé, pas prise de tête et sans temps mort. L’exercice ne fait pas de mal et ne peut laisser indifférent. Les Chelsea Smiles possèdent un vrai potentiel et ont du talent, c’est une évidence. Ne nous enflammons toutefois pas. Si le professionnalisme est là, il manque à coup sûr un brin de personnalité qui aurait donné à ce sympathique premier effort une toute autre dimension. Ce disque laisse des promesses, pas des certitudes.

A lire aussi en PUNK-ROCK :


LEXINGTON FIELD
No Man's War (2013)
La sueur dansante de l'enivrant violon




DISCHARGE
Disensitise (2008)
Retour à l'underground et aux valeurs sûres.


Marquez et partagez





 
   CYRIL

 
  N/A



- Todd Youth (chant, guitare)
- Johnny Martin (basse)
- Skye Vaughan Jayne (guitare)
- Karl Rosqvist (batterie)


1. Nothing Wrong
2. I Want More
3. Heart Attack
4. Nothing To Lose
5. Pillbox
6. Alright, Alright
7. News For You
8. You Can’t Give Me Anything
9. Built To Last
10. Something’s Gotta Give
11. Chatterbox
12. Feelin’ To Kill



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod