Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Tal WILKENFELD - Love Remains (2019)
Par BAKER le 30 Août 2019          Consultée 676 fois

Même si je n'ai jamais été fan à outrance de la demoiselle, il faut reconnaître que Tal WILKENFELD a réussi à franchement marquer son territoire dans le paysage des requins de studio. Sa basse a accompagné les plus grands du monde, dans la tradition des A- et B-list de la côte ouest, et si son pinacle reste sûrement sa collaboration live avec un Jeff BECK au firmament, la demoiselle a également dans son C.V. une liste très impressionnante de featurings. Il est naturel que la sortie d'un premier "vrai" album avec ses compositions et sa voix intrigue. Virtuose dans le domaine du jazz fusion, dans quelle catégorie la bouclée Australienne allait-elle verser une fois lâchée dans la nature ?

Le premier contact avec le disque sera stupéfiant. Très loin des attentes légitimes, Tal a sorti un album de pur rock indépendant, crasseux, pouilleux, nihiliste, franc du collier et où la basse, nonobstant l'intro de "Haunted Love", est tout sauf mise en avant. On est largement plus proche du début des 90s, avec des influences SOUNDGARDEN ("Corner Painter") ou HOLE, que des démonstrations techniques. Quant à la voix, elle surprendra aussi, une voix rauque, grave, mal assurée, pleine de fiel. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé, ni si c'est là l'origine de ce premier album, mais il est clair que WILKENFELD en a gros sur la patate. En fait, vous prenez la délicieuse adolescente pulpeuse qui jouait des trilliouzes de notes sautillantes avec un sourire contagieux, vous imaginez l'exact opposé, et voici "Love Remains".

Une fois la surprise digérée, eh bien il faut reconnaître une certaine patte, une identité pas piquée des vers sur cet album cathartique. Ne se laissant aller que très rarement à la sensiblerie ("Pieces of Me" est destabilisant, "One Thing Leads" a beau être douce, elle déborde de rancoeur), Tal mélange les refrains typiques du grunge, à savoir mélodiques mais décalés, à la Frank BLACK, et les couplets crissants. Nulle virtuosité dans ce disque, nulle part, mais des arrangements francs et une approche musclée, sudoripare de la musique. Que ce soit l'inattendu doublement de tempo sur "Counterfeit", les cordes hantant "Haunted Love" (ça tombe bien), les synthés de "Fistful of Glass", l'hypnotisme de "Under the Sun", Tal sait comment mener sa barque. Les chansons surprennent puis mettent du temps à rentrer dans le cortex, comme un message difficile à avaler.

Les ratés sont là : le côté progressif de "Love Remains" qui confine au bazar total, l'envolée de boutique vocale de "Hard to Be" qui rappellera quelques têtes à claques féminines des 90s (ouin pabô lavie), mais le disque se tient, et distille une atmosphère pesante et, pour tout dire, culpabilisante, ce qui était probablement son intention première. On oublie totalement à qui on a affaire, à tel point que lors de l'unique morceau un tant soit peu groovy, l'excellente "Killing Me", on se demande qui joue de la basse. Ca, c'est fort. Pas inoubliable peut-être, mais suffisamment cool pour que ce premier essai "grand public" soit vu comme un cri de rage dûment expiré. J'en connais beaucoup qui auraient aimé être très près, tout près de la scène pendant le live de Jeff BECK ; peu oseraient approcher désormais cet adorable chaton qui vient de montrer de sérieuses griffes et crache à l'envi. Pari réussi donc, mais attention, celui qui est venu chercher de la propreté chez Tal, y s'ment.

Note finale : 3,5 / 5 monté à 4

A lire aussi en ROCK par BAKER :


Jean-louis AUBERT
Comme On A Fait (dvd) (2003)
Une leçon de pop rock à la française




OINGO BOINGO
Dead Man's Party (1985)
Laissez votre âme à l'entrée !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Tal Wilkenfeld (chant, basse, guitare, claviers, percussions)
- Benmont Tench (claviers)
- Zac Rae (claviers)
- Paul Stacey (claviers, guitare)
- Blake Mills (guitare)
- Sonya Kitchell (guitare, choeurs)
- Michael Landau (dobro)
- Jeremy Stacey (batterie)
- Jay Bellerose (batterie)
- Andrew Parker (alto)
- Max Baillie (alto)
- Rachel Bolt (alto)
- Peter Lale (alto)
- Cathy Thompson (violon)
- Chris Tombling (violon)
- Dai Emanuel (violon)
- Jacqueline Hartley (violon)
- John Bradbury (violon)
- Mark Berrow (violon)
- Oliver Langford (violon)
- Patrick Kiernan (violon)
- Tom Pigott-smith (violon)
- Peter Hanson (violon)
- Perry Montague-mason (violon)
- Shiva Ramamurthi (violon)
- Chris Worsey (violoncelle)
- Frank Schaefer (violoncelle)
- Nick Cooper (violoncelle)
- David Daniels (violoncelle)
- David Fuest (clarinette)
- Phil Todd (flûte)
- Jamie Talbot (flûte, clarinette)
- Dave Arch (bois)
- Molly Sarlé (choeurs)


1. Corner Painter
2. Counterfeit
3. Hard To Be Alone
4. Haunted Love
5. Love Remains
6. Fistful Of Glass
7. Under The Sun
8. One Thing After Another
9. Killing Me
10. Pieces Of Me



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod