Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Agitation Free, Popol Vuh

YATHA SIDHRA - A Meditation Mass (1974)
Par JOVIAL le 30 Novembre 2020          Consultée 375 fois

Ce qui est rare est cher. Une loi élémentaire à laquelle le monde de la musique n'échappe pas. En septembre 2020 par exemple, une édition originale limitée japonaise de The Piper at the Gates of Dawn de PINK FLOYD était adjugée pour la modique somme de 6000 dollars. Mais à cette règle, à la rigueur parfaitement compréhensible, s'en est adjointe une autre, qui affirme désormais que, comme pour mieux défendre la première, ce qui est rare et cher est forcément bon. Le phénomène n'est pas nouveau, et nous l'avions d'ailleurs déjà évoqué en ces lignes. Ont ainsi été vendues à prix d'or des centaines de vieux vinyles, oubliés dans la poussière des greniers, sous prétexte qu'ils étaient subitement devenus des chefs d'œuvre. Et pourtant, en s'intéressant de plus près à ces œuvres, en consultant notamment les listes de l'indispensable Discogs, on constate aisément que sous ces prétendus albums cultes se cachent en vérité des productions souvent passables voire sans intérêt. Mais ce n'est heureusement pas toujours le cas. Les collectionneurs savent aussi parfois déterrer de vrais trésors.

L'exemple du jour s'appelle YATHA SIDHRA. Le nom évoque les Indes, mais ce quatuor a bien été formé en Allemagne, plus exactement à Fribourg, autour des frères Rolf (batterie) et Klaus Fichter (claviers, guitare, chant), que rejoignent en 1973 Matthias Nicolai (guitare, basse) et Peter Elbracht (flûte). Le groupe se sépare trois ans plus tard, en ayant tout de même pris le soin de produire A Meditation Mass, unique album enregistré en compagnie de l'inévitable Dieter Dierks et initialement paru chez Brain. En ouvrant la pochette, un mandala hindou et une courte prière d'Achim Reichel (A.R. & MACHINES) donnent la couleur : venez, fermez vos yeux et détendez-vous.

S'il fallait absolument situer YATHA SIDHRA au sein de la nébuleuse krautrock, on le verrait idéalement plutôt proche de POPOL VUH et d'AGITATION FREE, entre musique planante et rock psychédélique. Quelques passages rappellent furtivement The COSMIC JOKERS, mais dans ces décrochages le groupe s'aventure aussi sur des terrains plus jazz-rock. Quatre pistes sur A Meditation Mass, pour en réalité un long et même jam d'une quarantaine de minutes.

Quarante minutes d'une progression merveilleusement paisible et orinique, où s'entrecroisent donc les influences des formations citées plus haut. En guise d'introduction, « Part 1 » laisse l'auditeur lentement dériver au gré des soli de flûte traversière et de synthétiseurs, soutenus en arrière-plan par une guitare discrète et juste assez de percussions, s'éclipsant provisoirement par la suite pour laisser place au chant et au vibraphone. En « Part 4 », YATHA SIDHRA concluera en reprenant exactement le même mantra. Entre les deux s'étirent une improvisation, d'abord menée par une ligne de basse hypnotique, puis par un long solo de guitare alors que le rythme s'emballe. Le tour de force de cet album, c'est aussi de nous convoyer avec une fluidité déconcertante d'une atmosphère à une autre, de climats au départ plutôt bucoliques à des excursions jazzy ou carrément cosmiques. En résumé, A Meditation Mass est un petit trésor de psychédélisme qui s'écoute d'une traite, un disque jamais lassant, tranquille et agréable, et qui mérite bien une petite place dans n'importe quelle collection krautrock digne de ce nom.

Avis aux amateurs, plusieurs rééditions tout à fait correctes existent, notamment chez le label parisien Spalax Music ou encore chez Brain eux-mêmes. Mais pour ceux qui voudraient se procurer le vinyle original, il leur faudra alors débourser entre 200 et 600 euros. Ce qui rare est cher.

Note : 4/5

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par JOVIAL :


AGITATION FREE
Malesch (1972)
Dunes, ruines, étoiles, Orient et LSD.




AMON DÜÜL II
Yeti (1970)
Psychédélisme extrémiste.


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Klaus Fichter (batterie)
- Rolf Fichter (guitare/chant/synthés)
- Matthias Nicolai (guitare/basse)
- Peter Elbracht (flûte)


1. Part 1
2. Part 2
3. Part 3
4. Part 4



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod