Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ricky Nelson
- Membre : Dillinger Girl & Bbface Nelson, French Cowboy, French Cowboy & Lisa Li-lund

The LITTLE RABBITS - Dedalus (1993)
Par BARZ le 15 Novembre 2007          Consultée 3094 fois

La première chose à laquelle on pense quand le mot "lapin" est évoqué, c'est la grandeur des oreilles de l'animal. Les esprits mal placés me diront "Ah non, moi je pense d'abord à la fornication." mais ils m'avoueront que la grandeur des oreilles arrivera à leur pensée en deuxième ou troisième place après, donc, la fornication et, éventuellement, la queue en forme de pompon. D'ailleurs, quand il s'agit de dessiner un lapin, on en rajoute toujours sur les oreilles que l'on fait démesurément grandes. Les dents sont longues également, rongeur oblige.

The Little Rabbits portent bien leur nom, ils ont d'immenses oreilles qui leur permettent de capter les sons de l'Angleterre, du nord de l'Angleterre, des années 80, du post-punk et de la new-wave. Et comme ces musiques rentrent dans une oreille mais ne sortent pas par l'autre, il faut bien qu'elles ressortent quelque part, sinon ils vont exploser ces petits lapins ! Eh bien toutes ces musiques, et d'autres choses comme l'amour, la mer, l'amitié, la folie, ressortent des têtes de nos lapins à travers leurs petites pattes qui jouent des instruments et leurs petites voix exquises entre deux dégustations de carotte.

Les carottes, parlons-en. Elles rendent aimables si on en mange, mais quand on n'en mange pas... Oncle Charly semble avoir donné toutes ses carottes à sa Caroline qui devient si aimable que Charly en souffre, il ne peut pas la baiser, c'est la mère Teresa du village ! (Uncle Charly Part One) Un peu plus loin dans le village, une famille qui a tout pour être heureuse, une belle cuisine et des coussins près du téléphone, mais pourtant, l'ennui les ronge. Une belle histoire, de quoi en faire un tube ! (Wasting Time) Et le disque vogue ainsi, de coups de blues en petites histoires ressemblant à des faits divers (le retour de l'Oncle Charly n'a rien de banal) tout en passant par une chanson à liste : "So Many Friends Of Mine". Bien oui, ce n’est pas tout de raconter des histoires d'amour qui finissent mal, des gens qui s'emmerdent et des délires psychédéliques, quand on a une tripotée d'amis qui nous procurent une joie immense comme seule sait le faire l'amitié, pourquoi ne pas rendre hommage à ces amis ? En faire une chanson du genre... "Jack is just another friend of mine/Jim is just another friend of mine/John is just another friend of mine/Jess is just another friend of mine..." et ce pendant quatre bonnes minutes. Voilà, pas besoin d'insérer des remerciements interminables dans le livret du disque, les potes figurent directement sur la galette ! Ils en profitent à nouveau (ils avaient repris un titre des Australiens The Go-Between sur le premier disque) pour mettre en avant une de leurs influences fétiches, le néo-zélandais Chris Knox, en reprenant un titre merveilleux : "And I Will Cry".

Voilà donc grossièrement le visage de ces Little Rabbits en plein apprentissage d'eux-mêmes. Une bande de potes qui découvre que l'on peut parler de la vie quotidienne, du vide de telle ou telle situation. Que l'on peut chanter une rupture amoureuse sans mettre des tonnes de métaphores mais juste dire que oui, mon prochain anniversaire je le passerai tout seul (My Next Birthday), et il n'y a pas besoin d'en dire plus pour être ému. Ceci dit, rien n'empêche de se taper un petit délire poétique en transformant allégoriquement une partie de jambe en l'air à un tour du monde en mer depuis une baignoire (Lament Of The Bathroom Sailor), on ne résiste pas à l'appel des sirènes.

De toutes ces histoires toutes plus touchantes les unes que les autres et, surtout, toutes merveilleusement bien écrites dans leur dépouillement, certains auront tendance à vouloir les rapprocher, les unir, les ficeler pour que ces treize titres forment une histoire. Bien sûr, il y a des personnages partout (Oncle Charly, Aunt Sally, Harry, Mary, Oncle Bob, et le référent de la première personne 'I' qui a l'air assez mal dans ses baskets, il faut le dire...) et certaines chansons en appellent d'autres dans le vocabulaire, le thème, l'ambiance. Mais l'album ne souffre pas de cet aspect quasi conceptuel puisqu'à part "Uncle Charly Part One" et "Uncle Charly Part Two", chaque titre peut être compris indépendamment des autres.

Venons-en enfin à l'aspect musicale de cette deuxième galette très réussie. Les lapins se diversifient beaucoup plus. Le premier opus était très acoustique, celui-ci est plus électrique et plus hétérogène dans les ambiances, il y a un tube en puissance "Wasting Time", une chanson terrifiante de cruauté "Aunt Sally", une sublime envolée psychédélique "Lament Of The Bathroom Sailor", etc... Chaque titre a une atmosphère vraiment particulière et le disque ne crée pas de lassitude sur la longueur de l'écoute comme pouvait le faire Dans Les Faux Puits Rouges Et Gris. Les voix de Federico et de Stéphane se marient de mieux en mieux, l'une grave et nasillarde, l'autre frêle et aérienne permettant d'avoir des choeurs de toute beauté. La basse de Gaëtan semble de plus en plus hantée (on en avait été déjà enchanté précédemment) et les fûts d'Eric permettent d'installer une ambiance assez pesante et parfois malsaine. La présence d'harmonica est désormais anecdotique, les claviers d'Olivier semblant prendre le dessus...

C'est un opus d'une rare beauté que livrent ici les petits lapins hexagonaux. Héritage direct de la new-wave outre-manche, ils font en sorte de faire entrer cette façon d'écrire et de penser l'infiniment petit dans une France qui a un chouia de retard dans le domaine. Bien heureusement, d'autres oreilles traînent dans les parages et les Little Rabbits vont se faire plein de nouveaux amis qui les remercieront plus tard d'avoir ouvert quelques brèches.

A lire aussi en FOLK par BARZ :


MANSFIELD.TYA
June (2005)
Un album qui vous prend en otage

(+ 1 kro-express)



AXE RIVERBOY
Tutu To Tango (2007)
La belle échappée de la voix de Tahiti 80


Marquez et partagez





 
   BARZ

 
  N/A



- Stephane (voix, guitares)
- Federico (voix, guitares)
- Gaëtan (basse)
- Eric (batterie)
- Olivier (claviers, harmonica)


1. Uncle Charly Part One
2. Wasting Time
3. And I Will Cry
4. So Many Friends Of Mine
5. Milton's Paradise Lost
6. My Next Birthday
7. Lament Of The Bathroom Sailor
8. Dedalus
9. Another Breakfast Out
10. Uncle Charly Part Two
11. Crazy Notion
12. Aunt Sally
13. Rosemary Queen Of Prunes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod