Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Jérôme ATTAL - Comme Elle Se Donne (2005)
Par POSSOPO le 5 Avril 2008          Consultée 1858 fois

Jérôme Attal, c'est un personnage. Un personnage que l'on peut aimer. Ou pas. Paumé amoureux des filles qui lui rendent bien. Précieux précis maniéré salement raffiné. Pseudo dandy des années 2000 qui joue tout le paquet de cartes du sensible à fin de romantisme. Il y a de quoi trouver ça énervant, et même lamentablement grotesque. Tout ce triste accablement poétique manque de détachement, d'ironie, de naturel évidemment.
Ça, c'est la version jalouse. Elle se comprend aisément. Mais il suffira d'un rien pour balayer les préjugés aigres, un rien nommé "Comme Elle Se Donne".

Et on plonge sans même mouiller la nuque dans un univers riche. Rare plutôt. Surtout. Car lorsque la chanson française joue si souvent la facilité, entre vrai faux décalage, humour pseudo sensible et narration du quotidien, Jérôme Attal ose s'aventurer ailleurs. Totalement ailleurs. Brûlons vite l'étiquette chanson française qui n'a rien à foutre ici, "Comme Elle Se Donne", c'est de la pop anglaise. Française. Aux légers relents des Américains d’INTERPOL. Une basse ronde qui claque comme on ne le faisait plus depuis les vertes années de la new wave. Une basse qui affole par son importance et sa nervosité, tandis que les guitares se laissent noyer par une reverb qu'on attribuera (ou pas) à une écoute prolongée de CURE. Et puis, le rythme sent NEW ORDER, en plus moderne forcément. Inutile de multiplier les références, le catalogue est tellement grand.
Il fallait oser se dresser fièrement face à ces mastodontes du rock, en tout cas à côté. Il faudra une petite écoute pour comprendre que la partie est déjà gagnée. Il en faudra plus pour comprendre à quel point le relief est élevé. Des paroles intelligibles et intelligentes. Et poc, ce raffinement, ces manières, cette précision, cette préciosité deviennent succulents. Ridiculement beaux. Encore n'a-t-on pas évoqué le lourd problème de la voix. Problème de ceux qui rendent la vie plus intéressante. Jérôme Attal traîne son organe apprêté avec une fausse nonchalance chichiteuse. Il va tomber, le pauvre, tant il semble chétif et malhabile. Même Antoine Doinel possédait plus de testostérone. Car voilà une nouvelle référence parfaitement évidente et totalement assumée. Véritable écrivain, Jérôme Attal avale les pellicules chargées de dialogues tellement écrits de Truffaut. Un Jean-Pierre Léaud féminisé, débarrassé de son impulsivité et de son côté enfant turbulent, voilà pour le caractère au ton désuet.

Cela pourrait suffire si je n'avais oublié plus de la moitié des morceaux. Car je n'ai parlé là que de "Laisse-moi Devenir Ton Homme", "Comme Elle Se Donne", "Le Pays Qui Sentent Bon", d'autres à degré moindre.
Fouillons la poubelle pour récupérer cette étiquette "chanson française". "Le Jeune Homme Changé En Arbre", un piano qui supporte un texte et point.
Et il y a tout le reste, de l'entre-deux, un rythme qui tombe, et qui s'accorde avec plus de logique à cette voix qui lutte sans muscle contre le frein à main. Lancinant tout en gardant de la percussion. La basse continue souvent à inonder le spectre, toujours plus ronde, toujours plus large, tandis que les effets des guitares nappent l'ensemble comme dans un joli disque de SLOWDIVE, la touche ambient cependant moins appuyée.
Et enfin, bonus track si bien intégré à l'ensemble, une chanson de Noël au climat presque féerique, la faute à un synthétiseur qui salue le meilleur du shoegaze.

Alors oui, Jérôme Attal force le trait, il goûte à la caricature, il va même jusqu'à s'appuyer sur les plus jolies actrices du moment pour renforcer ses effets. Marie Denarnaud, Vahina Giocante ou Mélanie Laurent, aux côtés d'un artiste qui se met toujours en scène.
Mais quelle caricature sublime. Et le coquet, avec toutes ses exagérations option tête à claques, vaut dix fois plus qu'un Bénabar épuisant de son naturel très provincial ou un Vincent Delerm empêtré dans ses textes baignés d'ordinaire.

A lire aussi en NEW-WAVE :


COCTEAU TWINS
Garlands (1982)
1er album, 1ère pièce essentielle.

(+ 1 kro-express)



DEPECHE MODE
The Singles 81-85 (1985)
Un best-of incontournable


Marquez et partagez





 
   POSSOPO

 
  N/A



Non disponible


1. Comme Elle Se Donne
2. Laisse-moi Devenir Ton Homme
3. Demain Sans Importance
4. La Prémonition
5. La Théorie Des Nuages
6. Le Monstre Sous La Palissade
7. Quand Tu Ne M'aimeras Plus
8. Le Pays Des Filles Qui Sentent Bon
9. Le Jeune Jomme Changé En Arbre
10. Au Plaisir



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod