Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ-FUSION  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Shawn LANE - Powers Of Ten (1992)
Par LUCASTER le 1er Mai 2008          Consultée 2580 fois

C'est pour moi un immense honneur que d'écrire quelque chose sur l'album incroyable d'un artiste qui me tient particulièrement à cœur.

Shawn Lane était un musicien fabuleux. Il a succombé à la maladie à la fin du mois de Septembre 2003, reconnu d'un public d'amateurs alors qu'il méritait tellement plus. Ce Powers of Ten est donc sorti en 1992 au terme de deux ans de travail dans son studio personnel, à Memphis. Shawn a tout composé et joue tous les instruments sur cet album.
Musicien surdoué, il a d'abord commencé par le piano, qu'il maîtrisait parfaitement avant d'atteindre l'adolescence. Rapidement il se tourne vers la guitare, qu'il commence à pratiquer de manière intensive vers 12 ans. Il expliquait d'ailleurs dans une interview qu'à 13 ans sa technique était déjà très développée, et qu'il n'a plus réellement progressé à partir de 16 ans. Certaines vidéos de Shawn en concert en 1979 (il avait alors 16 ans) sont disponibles sur Internet, montrant toute l'étendue de la musicalité et de la technique ahurissante de l'artiste, bien avant le raz-de-marrée et la mode des guitar heroes des années 1980.
Les commentaires révérencieux, pleins de gratitude, et même souvent émus des internautes sur les vidéos de l'artiste attestent de l'importance qu'il avait dans le cœur de nombreux guitaristes.

Mais revenons à l'album qui nous intéresse aujourd'hui. Powers of Ten est donc un album entièrement instrumental. 11 pistes, autant d'atmosphères, de mélodies et de styles musicaux différents. On le qualifiera de Jazz-Fusion à défaut d'autre chose, tant la musique y est à la croisée de genres différents.
Jamais la technique ne prend le pas sur la mélodie chez Shawn. Rien de superficiel, rien de manquant non plus. Les ambiances aux claviers sont parfois intrigantes, parfois entraînantes, tantôt joyeuses, tantôt mélancoliques.
Très composite, Powers of Ten reste doté d'une âme et d'un univers qui lui est propre. La guitare, instrument central dans cet album, déchire les nappes de claviers (comme dans l'intro de « Rules of the Game » par exemple), ou se fait au contraire l'écho de son sentiment, à travers la magnifique ballade « Epilogue for Lisa », dédiée à sa sœur décédée. Toujours, la musique reste empreinte d'émotion, Shawn réussissant à exprimer sous ses doigts une sensibilité à fleur de peau vraiment exceptionnelle.
Parfois très blues/rock, comme sur « West Side Boogie », ou purement Jazz (comme l'intro d' « Esperanto »), la musique reste difficile à décrire, chaque morceau regorgeant de breaks différents, de mélodies sorties de nulle part et pourtant facilement mémorisables, de rythmes, d'hymnes rares... « Gray Pianos Flying », titre superbe au demeurant, résume assez bien Powers of Ten : musical, technique, original, émouvant, parfois entraînant, parfois planant... Les qualificatifs manquent pour parler d'un mélange à la fois savoureux et unique, une alchimie où le musicien sait, à chaque fois sans exception, se placer là où on ne l'attend pas.

Je crois sincèrement que chroniquer un tel chef-d'œuvre reste vain, tant les mots paraissent froids et réducteurs. Il faut s'y plonger, découvrir, comprendre, voyager, apprécier cet autre monde, et finalement regretter que ce soit déjà terminé. Ce court texte n'est pas vraiment une chronique, mais plutôt une invitation à découvrir tout l'univers et le talent d'un artiste digne de ce nom, qui méritait une reconnaissance qu'il n'a pas pleinement eu de son vivant.
Vous l'aurez compris, Powers of Ten m'est cher, tant il est riche et fait preuve d'une qualité et d'une musicalité hors-du-commun. Il m'a énormément marqué, et constitue une des quelques pierres angulaires de ma discographie personnelle, une de ces œuvres qui vous marque durablement, en influençant votre épanouissement de mélomane et de musicien. Et je ne suis pas le seul. Au nom de tous, merci Shawn. RIP.

A lire aussi en JAZZ :


John COLTRANE
Crescent (1964)
Jazz-fusion




Alain CARON
Play (1997)
L'oeuvre d'un grand bassiste québécois


Marquez et partagez





 
   LUCASTER

 
  N/A



- Shawn Lane (guitares, basses, batteries, claviers)


1. Not Again
2. Illusions
3. Get You Back
4. West Side Boogie
5. Powers Of Ten: Suite
6. Piano Concertino: Transformation Of Themes
7. Paris
8. Esperanto
9. Rules Of The Game
10. Gray Pianos Flying
11. Epilogue (for Lisa)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod