Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Nils Petter Molvaer
- Membre : Cosmik Connection

Erik TRUFFAZ - Arkhangelsk (2007)
Par CAMEO172 le 12 Juin 2008          Consultée 2551 fois

Erik Truffaz est au jazz ce que Dali est à la peinture : on peut définir des palettes, des couleurs, des sons, il saura aller là où on ne l'attend pas.
Erik Truffaz c'est un métissage fou tirant vers le Trip Hop, l'atmosphérique, la pop et bien sûr le Jazz. C'est un trompettiste discret, qui ne cherche pas à faire 400 notes à la minute mais qui cherche le bon son au bon moment, la bonne vibration en osmose avec le reste de son groupe à géométrie variable.

Pour son voyage, il a décidé d'emmener avec lui son quartet relativement habituel composé de l'atmosphérique Patrick Muller au piano, de l'excellent Marcello Giuliani à la basse et du parfait Marc Erbetta aux percussions. Ce même quartet avait sévi sur de nombreux autres albums.
Comme très souvent avec Truffaz, des chanteurs viennent accompagner la partie instrumentale. Pour cette fois nous avons le ténébreux Ed Harcourt qui a apporté sa voix rauque. Nous avons aussi Nya, déjà présent sur les albums The Dawn et Saloua, qui intervient sur un titre pour y apporter son débit de parole très poche du rap. Enfin, nous avons notre respectable Christophe qui vient chanter sur une chanson de sa composition.

L'introduction faite, rentrons un peu dans ce dernier album, Arkhangelsk, et voyons vers où les artistes ont décidé de nous emmener. Le titre même de l'album et sa pochette devraient nous mettre la puce à l'oreille : Arkhangelsk est, comme le décrit le livret du CD, une ville russe au milieu de la neige où le groupe a joué quelques soirs. Les lendemains de concerts, le groupe succombait à ces paysages d'un autre monde, aidé en cela par l'alcool local il est vrai.
Cet album c'est tout à fait cette ville au petit matin : c'est calme, harmonieux, un peu froid, un peu nostalgique, une ambiance un peu lourde avec un peu d'écho, mais c'est tellement beau et poétique, comme toute ville sous la neige.

Cette ambiance est là dès la première note de Miss Kaba où l'on entend le souffle de Truffaz au travers de sa trompette. On est alors à pied dans la ville, le froid nous envahissant et le vent soufflant assez fort. Puis ce titre part plus électro, plus trip hop avec toujours cette trompette atmosphérique avec un léger écho.
Tout l'album est résumé ici et la suite est alors irrémédiablement du même acabit : les styles improbables se mélangent et les oreilles sont forcément heureuses.

Les titres avec Ed Harcourt sont d'une beauté rare. On ne sort pas indemne de l'hypnotique Red cloud et ses paroles décrivant un dieu avalant notre âme. On se laisse envahir par Snake Charmer Man et la voix limite crooner d'Ed. On rigole presque sur Nobody Puts Baby On The Corner avec sa guitare limite country. On est proche des larmes sur Anonymous tant on ressent de l'émotion de partout. Enfin, on est sidéré par l'interprétation de Manon, chanson de Gainsbourg. Je ne suis pas sûr d'avoir entendu plus bel hommage, plus belle reprise : c'est simple, c'est parfait. A tel point que quelques mois après l'achat de cet album je commençais à attaquer la discographie de ce chanteur pour y retrouver sa voix et son spleen.

Nya et son rap sont aussi tout à fait adaptés à Trippin' The Lovelight Fantastic où Truffaz nous prouve une fois de plus que l'on peut mélanger le jazz au rap, au trip hop et à une musique plus électronique. Le jeu de basse sur ce titre est bluffant.
Le titre de Christophe, l'un dans l'autre, est bien évidemment aussi à l'image de cet album. Jamais je n'aurais cru une telle pureté pour cet artiste que je ne connaissais que pour son titre Aline, de 1965 tout de même ; soit d'une autre époque et d'un autre rythme. Non là sa voix est un filet assez aigu mais très émouvant, très hypnotique et qui se marie parfaitement avec la trompette, l'orgue Hammond, la basse ou la boîte à rythme. Les paroles sont en plus parfaitement en adéquation avec la musique.

Les trois titres purement instrumentaux sont du même acabit que les chansons et au final on obtient un album parfait qui mérite d'être très largement diffusé et connu ! Forcément jazz, mais aussi trip hop, pop et même rap c'est un beau mélange et un sublime résumé de ce que peux faire Truffaz avec son quartet et quelques voix en invité.
Je ne peux donc que vivement conseiller cet album et à ce jour tous ceux de mon entourage qui l'ont écouté l'ont adoré !
C'est un début parfait pour débuter dans l'univers de cet homme à la trompette. Mais attention y rentrer c'est en sortir avec une petite dizaine de CD !

A lire aussi en JAZZ par CAMEO172 :


Dave BRUBECK
Time Out (1959)
Une introduction idéale au jazz




Bebel GILBERTO
Tanto Tempo (2000)
Un bonbon au miel à base de bossa nova


Marquez et partagez





 
   CAMEO172

 
  N/A



- Erik Truffaz (trompette)
- Patrick Muller (piano)
- Marcello Giuliani (basse)
- Marc Erbetta (batterie)
- Ed Harcourt (voix)
- Nya (voix)
- Christophe (voix)


1. Miss Kaba
2. Red Cloud
3. Trippin' The Lovelight Fantastic
4. Snake Charmer Man
5. Nobody Puts Baby In The Corner
6. Les Nuits De Monsieur Naj
7. Arkhangels
8. L'un Dans L'autre
9. Akiko
10. Entre Le Ciel Et L'eau
11. Anonymous
12. Manon



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod