Recherche avancée       Liste groupes



      
OPERA INCLASSABLE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Blur, Gorillaz
- Style + Membre : Damon Albarn
 

 Site Officiel (467)

MONKEY - Journey To The West (2008)
Par SASKATCHEWAN le 27 Octobre 2008          Consultée 2649 fois

On a tous, un jour où l’autre, l’irrésistible envie d’achever un projet délirant, une œuvre dantesque dont l’humanité garderait la trace pour les sièèèècles des sièèècleuuuuh. Ainsi l’Histoire est jalonnée de tentatives désespérées, de monuments bancals, de campagnes hasardeuses et autres phénomènes accouchés d’un ego démesuré. On peut citer, avec une (très) légère pointe d’ironie, de grandes réussites appelées à traverser les siècles, que dis-je, les millénaires, tel que le Canal de la Mer Blanche, ou encore, plus franco-français, la formidable expédition mexicaine, responsable de plus d’un fou rire chez nos très sérieuses et très honorables têtes blanches. Damon ALBARN, lui, en guise de projet mégalomane, s’est tourné vers la composition d’un opéra moderne basé sur un grand classique de la littérature chinoise : Le Voyage en Occident de Wu Cheng’en. Voilà au moins une lubie innocente qui ne fera pas une hécatombe parmi ses petits camarades, d’où l’intérêt d’appliquer sa folie des grandeurs au domaine artistique.

Les amateurs de BLUR et de GORILLAZ auront reconnu en Damon ALBARN l’une des têtes pensantes de leurs projets chéris, les autres feraient bien de s’y mettre, sous peine de coups de règles sur les doigts. Evidemment, l’intéressé, aussi talentueux soit-il, n’a pas mis tout le roman en musique, le texte intégral*¹ dépassant allègrement les deux mille pages. L’opéra ne contient donc que neuf scènes, interprétées en mandarin par des acteurs chinois et un orchestre anglo-chinois. Le spectacle initial atteignant les deux heures, Damon ALBARN a pris le parti d’en offrir une version épurée et réarrangée de quarante-cinq minutes sur CD : MONKEY – Journey To The West.

Premier bon point : le roman est assez fidèlement respecté malgré les coupes franches du compositeur. On suit, dans un premier temps, les pérégrinations du Grand Singe Sage Egal-du-Ciel, immortel simiesque au caractère bien trempé, bientôt enfermé sous sa montagne par ses pairs pour trouble de l’ordre mythique. Survient alors Tripitaka, moine bouddhiste froussard mais généreux, cheminant vers l’Inde, où sont conservées les Saintes Ecritures, destinées à civiliser la Chine. En échange de sa liberté, le Singe devient le disciple du pèlerin, qu’il jure de protéger tout au long de son périple à travers l’Asie. Au fil de ses aventures, le moine s’adjoint aussi les services du Pourceau, Général Céleste lubrique condamné à vivre sous la forme d’une créature mi-homme mi-porc, de Sandy (Sablon dans la traduction française), autre Général Céleste transformé en monstre marin et enfin du Cheval, héritier d’un Roi Dragon changé en baudet par la Bodhisattva Guan Yin. L’album est logiquement divisé en deux parties symétriques de onze morceaux, l’une dédiée aux méfaits du Singe, l’autre au pèlerinage vers l’Inde.

La musique en elle-même est le reflet de la confusion des styles qui parcourt le roman. La musique électronique répond à la musique classique, le tout émaillé de musique traditionnelle chinoise. Ainsi, l’électro aux teintes aquatiques de « Out Of The Eastern Sea » laisse place au thème traditionnelle de « Heavenly Peach Banquet », avant que les deux univers ne se rejoignent sur un « Battle In Heaven » à l’atmosphère oppressante. Il faudrait aussi évoquer des titres comme « Confessions Of A Pig » et « March Of The Iron Army », qui rendent hommage au côté satirique du Voyage en Occident. Le premier est une sorte de pastiche de ballet d’une élégance caricaturale, en référence à la balourdise du Pourceau, qui couvre les notes délicates des instruments traditionnels de sa grosse voix essoufflée. Le second, « March Of The Iron Army », avec ses chœurs majestueux et guerriers, n’est pas sans rappeler, ironiquement, l’autre ex-communiste du globe.

Journey To The West n’est pourtant pas exempt de tout défaut. Le premier, et non des moindres, c’est ça longueur : quarante-cinq minutes pour vingt-deux chansons, c’est peu, surtout quand on le compare au matériel original. Peut-être qu’un DVD du spectacle viendra pallier ce manque dans un futur proche. Le second défaut, directement lié au premier, c’est le caractère anodin de certaines compositions qui n’atteignent pas la minute (« The Iron Rod » notamment), qui remplissent certes efficacement leur rôle de transition, mais laissent un peu l’auditeur sur sa faim. Reste qu’un titre comme « Monkey Bee », mélange savamment dosé de pop et de musique traditionnelle, a tout pour emporter l’adhésion, et plus encore, pour faire de ce Journey To The West l’œuvre originale de la Rentrée que l’on attendait pas, après un été bien morne musicalement.


*¹ Note : Le Voyage en Occident de Wu Cheng’en est disponible en version intégrale chez La Pléiade (cher, très cher), et en version abrégée (comptez 400 pages) aux éditions Payot, sous le titre « Le singe pèlerin ou le pèlerinage d’occident », avec Wou Tch’eng-en comme nom d’auteur.

A lire aussi en DIVERS :


Anthony PHILLIPS
Anthology (1995)
Un résumé idéal de cette faste carrière




IONA
Woven Cord (1999)
Live avec orchestre


Marquez et partagez







 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Damon Albarn (compositeur, arrangements)
- Chen Shi-zheng (metteur en scène)
- Fei Yang (singe)
- Zeng Li (reine du ciel)
- Tang Ling (poisson)
- Wang Wei (roi dragon)
- Jia Ruhan (guan yin)
- He Zijun (sablon)
- Zhou Haolu (femme araignée)
- Xu Keija (porceau)
- Choeur De Pékin (choeurs)
- Choeur Du Royaume-uni (choeurs)
- Orchestre (arrangements)


1. Monkey's World
2. Monkey Travel
3. Into The Eastern Sea
4. The Living Sea
5. The Dragon King
6. Iron Rod
7. Out Of The Eastern Sea
8. Heavenly Peach Banquet
9. Battle In Heaven
10. O Mi To Fu
11. Whisper
12. Tripitaka's Curse
13. Confessions Of A Pig
14. Sandy The River Demon
15. March Of The Volunteers
16. The White Skeleton Demon
17. Monk's Song
18. I Love Buddha
19. March Of The Iron Army
20. Pigsy In Space
21. Monkey Bee
22. Disappearing Volcano



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod