Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CELTIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Space Art

STONE AGE - Les Chronophages (1997)
Par GEGERS le 4 Mai 2009          Consultée 1468 fois

Le renouveau celtique des années 90 a permis l’émergence de nombreux groupes de grande qualité, que ce soit dans notre pays ou dans le reste du monde. Et si, de façon surprenante, ce sont les groupes de metal qui ont tiré le profit artistique le plus intéressant de ce renouveau culturel sincère mais biaisé (qui peut prétendre aujourd’hui comprendre et se déclarer comme successeur d’un insaisissable patrimoine celtique à jamais perdu ?), bon nombre de styles ont vu leur nom se ‘celtiser’. Celtic Metal, Celtic Rock, Celtic Folk, sans parler du Celtic Musette et du Celtic Atmospheric Progressive Doom.
Mais comme toute mouvance, le renouveau celtique a également eu son lot de laissés pour compte, de groupes embourbés dans les méandres d’un renouveau culturel peu maîtrisé et ouvert aux quatre vents, de combos sans doute sincères forcés à tendre la main sur le bord de la route de la reconnaissance, quémandant modestement une maigre oreille attentive, rien de plus.

Enfonçons la main au fond du sac, trifouillons un peu le tout et extrayons l’un d’entre eux. Bonne pioche : STONE AGE, dont le simple nom nous fait déjà prendre le groupe en pitié. Les pauvres, leur imagination est-elle donc si limitée qu’elle les a handicapés jusque dans le choix de leur patronyme, clichesque au possible ? L’album dont il est question dans cette chronique (le deuxième du groupe) possède lui un nom plus recherché : Les Chronovoyageurs. Un nom quelque peu mystérieux (mais pas trop non plus), afin de soutenir un concept plutôt foireux (à peu près autant que sa pochette) : la nature mauvaise de l’homme causant des ravages inacceptables, les druides de l’Âge de Pierre décidèrent de dissimuler une pierre sacrée, clé céleste permettant les voyages dans le temps. L’humanité s’enfonça alors dans les ténèbres jusqu’à ce que les aventuriers de STONE AGE exhument cette pierre et se remettent à visiter le passé, le résultat de ces voyages dans le temps étant, justement, les 12 pistes de cet album. Que dire à cela, si ce n’est que parfois, il vaut mieux laisser le passé bien enfoui. Car, ne mâchons pas nos mots, cet album de STONE AGE est globalement raté. Sorte de folk atmosphérique et électronique, cet album, qui se veut sans doute spirituel et invitant à la méditation, à la communion avec les éléments (le rajout inutile de bruitages divers et variés se révèle rapidement irritant), est aussi mémorable qu’une collaboration entre Didier Barbelivien et Serge Lama. Mêlant essentiellement mélodies informatiques, vielle à roue, violon et guitares discrètes, les morceaux de ce Chronovoyageurs ne réussissent qu’en de très rares moments à convaincre leur auditoire. Certaines mélodies intéressantes, à l’image de celle d’Er Morglaz, soutenue par une guitare acoustique inspirée, se voient malheureusement gâchées par des arrangements vocaux totalement à côté de la plaque (ah, cette voix de robot…). Seul le morceau Maureen Maguire, basé sur une musique discrète, une mélodie cette fois vraiment réussie et une alternance de voix féminines et masculines, se révèle une vraie réussite. Et alors que l’on prend plaisir à écouter certaines mélodies vocales ouvertement copiées sur les intemporelles Sœurs Goadec (qui doivent se retourner dans leur tombe) sur Maribrengaël et Reverans, les quelques soli intéressants de cet album (tel celui de Le Dragon de Noz-Art, exécuté par Patrick RONDAT) se voient gâchés par un mixage hasardeux des guitares électriques. Le reste n’est qu’anecdotique. Oui la vielle à roue parfaitement maîtrisée fait un travail intéressant mais l’indigence des compositions, basées sur une succession sans queue ni tête de mélodies toutes plus inintéressantes les unes que les autres, fait de l’écoute intégrale de cet album un chemin de croix que l’on ne souhaite à aucun amateur de musique celtique de qualité.

Véritable débandade artistique, ce deuxième album de STONE AGE ferait honte aux artistes tels que Alan SIMON (saga Excalibur) qui s’évertuent vraiment à produire une musique novatrice mais également de qualité.
En basant sa musique sur le tout électronique ou presque, STONE AGE se tire une balle mortelle dans le pied. Un album à fuir, et au plus vite. Espérons que les Chronovoyageurs, toujours en activité, se feront dévorer bien vite par une bande de chronophages passant par là…

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par GEGERS :


TRI YANN
Le Concert Des 40 Ans (2012)
Chantons sous la pluie...




TRI YANN
Les Incontournables 1970 - 2015 (2015)
Y'a trois marins, qui ont écrit l'histoire...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Jannette Woollacott : Chant (1/5)
- Marielle Hervé : Chant (1/2/6/7/8,chœurs)
- Brenda Hervé : Chant (2/8)
- Gaëlle Hervé : Chant (2/8,chœurs)
- Edith Lefel : Chant (7)
- Y.leberre : Flûtes,pipes (1/2/9/10/11)
- Loïc Taillebrest : Pipes (1/2/11)
- Patrik Rondat : Guit électrique (9/11)
- René Lebhar : Guit élec/ac (4/8)
- Gilles Chabenat : Vielle à Roue (7/9)
- Claude Samard : Guit Acoustique,pedal St (6/10)
- Richard Arame : Guit électrique (3)
- Robert Legall : Violon (10)
- Jean François Perrier : Guit Acoustique (5)


1. Lines Of Stone
2. Maribrengaël
3. La Nuit Des Korrigans
4. Perceval
5. Maureen Maguire
6. Podour Bihan
7. Morglaz
8. Reverans
9. Liz
10. L'homme-goëland
11. Le Dragon De Noz-art
12. H2µr



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod