Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Black Flag, Danzig

SOCIAL DISTORTION - Social Distortion (1990)
Par FROMAGE_ENRAGE le 15 Juin 2009          Consultée 2040 fois

Voici notre minute flashback.

Je m'en rappelle encore : surfant au hasard d'un site d'écoute de musique en ligne dont je tairai le nom, voici que je tombe sur « Story Of My Life » du groupe Social Distortion ! Un nom qui, jusqu'à présent, m'était tout à fait inconnu. Quelques écoutes du titre suffisent à me conquérir, et, des soirées durant, je me repasse en boucle ce véritable hit.
Vous l'aurez compris, cet album est important pour moi, car c'est avec lui que j'ai fait la découverte de cet exemplaire combo américain. Je ne suis pas très original, en fin de compte : découvrir Social Distortion avec « Story Of My Life », c'est un peu comme découvrir Deep Purple avec « Smoke On The Water » ou AC/DC avec « Highway To Hell ».

Et pourquoi ne pas commencer par ce fameux titre ? Comme je le disais, c'est l'un des plus connus de Social Distortion. Et il le mérite : il est tout simplement magnifique ! Plutôt posé, nanti d'un superbe refrain agrémenté de chœurs, et de parties instrumentales au feeling sans équivalent. Il y a dans cette troisième piste quelque chose d'insaisissable, qui oscille entre douceur et amertume. Et il ne peut guère y avoir, à mon sens, de meilleure porte d'entrée vers le groupe.

Bien. Après ce coup de cœur sur lequel je souhaitais réellement mettre l'accent, considérons l'album dans son ensemble. Il s'agit du troisième opus du groupe, qui marque le début du succès pour la bande à Mike Ness (les deux premiers albums, Mommy's Little Monster et Prison Bound, sont plus confidentiels). Là encore, pas de mauvaises surprises : on est face à une offrande rock des plus convaincantes. Cet album constitue le premier pas de Social Distortion vers un son plus puissant, plus agressif, qui s'amplifiera déjà nettement sur « Somewhere Between Heaven And Hell » et culminera avec « White Light, White Heat, White Trash ». Comprenez par là que cet album n'est pas aussi soutenu que ces deux successeurs, c'est aussi sans doute celui qui est le plus porté, dans l'ensemble, sur l'ambiance.
A mon sens, c'est là que réside tout le talent de Social Distortion : sans faire dans la démonstration de force, le groupe nous assène un rock à double tranchant, aussi bien capable de délivrer une grande variété d'émotions que de vous entraîner dans une spirale d'énergie très positive.

La première facette, c'est « Ball And Chain » : un riff principal enivrant, relevé d'un soupçon de guitare sèche, qui risque bien de s'incruster pour un moment dans votre boîte crânienne, un refrain tout simplement magique, et des paroles attachantes.
C'est aussi « Ring Of Fire », reprise du célèbre Johnny Cash. Que dire, si ce n'est que le groupe s'est approprié ce morceau d'une façon remarquable et tout à fait pertinente.
Le deuxième aspect de la musique du groupe, ce serait d'avantage un morceau tel que « Let It Be Me », qui libère des soli endiablés très très plaisants. « So Far Away », ouverture de l'album, n'est pas en reste à ce niveau-là.

Ce disque regorge également de "hits" : le fameux « Story Of My Life », que j'évoquais plus haut, mais aussi « Sick Boys », classique du groupe, ou encore « She's A Knockout ».
Certains morceaux, vers la fin de l'album, prennent d'ailleurs une coloration western/country plutôt surprenante, mais tout à fait à propos. Écoutez « It Coulda Been Me » ou « Drug Train », nantis de touches d'harmonica qui plongent l'auditeur dans une ambiance saisissante.
Enfin, je rajouterais que comme à son habitude, Mike Ness assure comme un chef derrière le micro, c'est pour moi un des meilleurs chanteurs/guitaristes de rock.

Cet album éponyme mérite bien que l'on fasse l'effort de l'acquérir et de lui consacrer la plus grande attention. Bien pourvu d'un bon paquet de perles, ce troisième opus se révèle comme une très bonne production des Américains, dont la carrière ne présente finalement pas de réels faux pas.

Assez à part des autres albums, unique, mais tellement bon.

A lire aussi en ROCK par FROMAGE_ENRAGE :


SOCIAL DISTORTION
White Light, White Heat, White Trash (1996)
Sacré cru !




BLOC PARTY
A Weekend In The City (2007)
Non ! Bof... Ah ? Oui !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   FROMAGE_ENRAGE

 
  N/A



- Mike Ness (chant, guitare)
- Denis Dannell (guitare)
- John Maurer (basse)
- Christopher Reece (batterie)


1. So Far Away
2. Let It Be Me
3. Story Of My Life
4. Sick Boys
5. Ring Of Fire
6. Ball And Chain
7. It Coulda Been Me
8. She's A Knockout
9. A Place In My Heart
10. Drug Train



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod