Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO-INDUS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Hocico, Wumpscut, Funker Vogt

SUICIDE COMMANDO - Critical Stage (1994)
Par STREETCLEANER le 29 Septembre 2009          Consultée 1433 fois

SUICIDE COMMANDO : derrière ce nom se cache le projet d'un seul homme, Johan Van Roy. Le Belge figure parmi les précurseurs de l'Electro-Indus, bien qu'influencé comme beaucoup par ses compatriotes de (The) KLINIK notamment.

S'il a en réalité débuté au milieu des années 80 ce n'est qu'avec ce premier album qu'il va commencer à rencontrer la reconnaissance. Reconnaissance notable bien sûr chez un public amateur d'Electro-Indus/EBM (Electronic Body Music) mais aussi plus large puisque cette scène attire également des familiers du mouvement Post-Punk/Gothique, du Rock Industriel ou même du Metal. SUICIDE COMMANDO est donc devenu un grand nom de ce courant électronique au même titre que :WUMPSCUT:, Front 242, FUNKER VOGT...

La recette de SUICIDE COMMANDO ne variera pas beaucoup avec le temps. Une Electro-Indus utilisant une voix complètement déformée, limite proférée par un aliéné, des rythmiques évidemment martiales, une atmosphère froide, voire carrément glaciale, le tout enveloppé par des ténèbres malsaines et d'un noir profond.

Ces ténèbres qui ne peuvent évoquer en vous que d'horribles images, en noir et blanc bien entendu. Surtout pas en couleur ! Car il n'y a aucune joie dans la musique de SUICIDE COMMANDO. Mais uniquement du désespoir et des histoires glauques. Le Belge n'a de cesse d'explorer la face sombre de l'humanité. Il n'y a pas d'échappatoires ou d'alternatives ici. Seule la mort dans d'interminables souffrances attend l'auditeur au bout du parcours. Une musique éprouvante donc et en cela SUICIDE COMMANDO remplit bien le cahier des charges du genre extrême.

Toutefois, le Belge n'a jamais oublié d'introduire des mélodies (ce n'est pas DEPECHE MODE non plus hein) dans ses oeuvres. Parfois subtiles, parfois tout simplement imparables. Sa musique est donc accrocheuse. Trop pour certains. Mais attention SUICIDE COMMANDO fait partie de ces groupes qui restent d'emblématiques représentants de la face sombre de l'électronique. En cela il n'est pas non plus accessible au premier venu, qui devra surmonter cette sensation d'oppression permanente et cette voix distordue qui navigue entre folie et agressivité.

Premier album et première claque. Et déjà deux gros classiques : l'hypnotisant et dansant "Traumatize" qui s'ouvre sur un sample de film d'horreur, et "Necrophilia", déclamé comme un fou, avec un final dévastateur. Final percutant qui contraste avec une musique plutôt basée dans l'ensemble sur la lourdeur que la vitesse. De manière générale SUICIDE COMMANDO n'est en effet pas partisan de la vitesse. Ce qui aide également à le rendre accessible.

A côté de ces deux gros hits on trouve de très bons titres qui les côtoient sans être toutefois aussi monstrueux : c'est notamment le cas de "Sheer Horror", "H.I.V. +", le plus mélodique "So many questions", "Time", le très lourd "Fate" ou le plus syncopé "Where do we go from here ?" chanté par Dirk Ivens (ex KLINIK), également auteur des paroles.

Seul l'instrumental éponyme qui ouvre l'album, plutôt convenu, et le dernier titre "The Dreamhouse" sont un peu en dessous du reste. Rien de grave toutefois, ils ne nuisent pas à cet ensemble de très grande qualité.

Que conclure au sujet de cette première oeuvre ? On dira tout simplement que s'il n'entend pas révolutionner le genre ce premier album ne saurait mentir : le type a évidemment de l'expérience, un sacré parcours derrière lui, et ne débarque pas là comme le premier venu. Premier album mais déjà un album à la hauteur de ce que l'on est en droit d'attendre. Efficace ! Et indispensable pour tout amateur du genre bien entendu ...

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par STREETCLEANER :


NAUTILIS
Sketches (2002)
Petit bijou ambient et glitch




NITZER EBB
That Total Age (1987)
Force, machine, muscle, haine et ordre


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Johan Van Roy (tout, sauf where do we go from here ? : voix par d)


1. Critical Stage
2. Sheer Horror
3. H.i.v.+
4. Traumatize
5. So Many Questions
6. Time
7. Fate
8. Necrophilia
9. Revenge
10. Where Do We Go From Here ?
11. Under God's Eyes
12. The Dreamhouse (mental Version)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod