Recherche avancée       Liste groupes



      
DUB TECHNO / MINIMAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2010 Nocturne
 

- Style : Monolake, Martin Schulte , Echospace, Rhythm & Sound

ONMUTU MECHANICKS - Nocturne (2010)
Par STREETCLEANER le 5 Mars 2011          Consultée 1196 fois

Nocturne est le second album, sorti fin 2010, sous la signature d’ONMUTU MECHANICKS, nom d’un projet de musique électronique de l’Allemand Arne Weinberg (et qui est actuellement domicilié chez le label Echocord). Weinberg, qui possède déjà un bon petit CV depuis le début des années 2000, avait déjà approché ce genre de techno précédemment, et notamment avec son EP Blossom / Hypophysica (2008). « Bossom » se révélait être une composition aux relents industrieux et exploitait déjà le thème de la nuit, de ses lumières blanchâtres, bleutées et orangées si particulières, et de ses échos ou résonances qui se perdent dans l’espace alors même que le silence et l’obscurité recouvrent de leur manteau l’ensemble du décor à perte de vue. Evidemment, impossible de ne pas penser au visuel du fameux album Cinemascope de MONOLAKE, groupe de référence s’il en est en matière de dub techno de Berlin, ou celui plus récent de ECHOSPACE (Liumin), autre grande référence du dub, côté grande tour techno de Detroit.

Nocturne se trouve donc être dans la continuité de ces travaux précédents avec cette fois-ci une évocation particulièrement explicite des atmosphères dans lesquelles Weinberg veut plonger son auditoire. Car Nocturne est un nom particulièrement idéal pour un album de dub techno, probablement le genre musical le plus adapté à la représentation visuelle ou imagée d’une ville vide la nuit ou d’un complexe industriel fonctionnant d’une manière autonome et solitaire au beau milieu de l’obscurité alors que l’activité humaine a cessé tout autour. Ainsi, « Catatonic » nous plonge d’emblée dans des rythmes mécaniques qui ne sont pas sans nous rappeler l’EP Atlas ou l’album Silence de MONOLAKE, lesquels nous immergeaient eux aussi, par moments, au cœur d’une usine et de ses machines automatiques. On pourrait aussi évoquer, pourquoi pas, un échange de balles de ping-pong, sonorités devenues un exercice assez largement partagé (on pensera par exemple aux récents Cosmogramma de Flying Lotus avec son morceau « Table Tennis » ou Chamber Music de Raudive avec « Is It Dark In Here » etc). La tension monte sur le suivant « Aspiring To Aspire » fait d’atmosphères plus inquiétantes car certains échos s’avèrent être peu rassurants. Oui, la dub techno est aussi une musique que l’on pourrait régulièrement classer dans la catégorie ambient ! Ainsi, Nocturne est un album bien plus adapté à ceux qui recherchent une musique cérébrale que dancefloor…

« Lupus Moon », précédemment réalisé sur un EP, représente quant à lui un parfait mélange de rythmes paisiblement chaloupés aux profondes sonorités héritées du reggae, et atmosphères nocturnes dans lesquelles le pouvoir fascinant et hypnotique de la pleine lune est sous-entendu, alors que l’efficace « When You Return » combine percussions industrieuses (on pensera à « Bossom »), rythmes plus dancefloors, et samples qui semblent reproduire des enregistrements de liaisons CB de services de police ou de secours (écoutez aussi « 911 » de Martin Schulte sur l’album Silent Stars). On imaginera parfaitement les lumières des buildings éclairant la chaussée alors que les gyrophares de véhicules d’intervention lancent des lumières vives bleues et rouges illuminant tels des flashs les bâtiments, à la manière d’une boule à facette dont les lumières pourraient rebondir sur les murs et miroirs d’un night club. L’énergie ralentit sur « Across the Styx » (1), minimalement superbe, pour favoriser des atmosphères ou images plus contemplatives. S’agit-il de la fameuse traversée de ce mythique fleuve des Enfers que suggère Weinberg ? Possible, en tout cas on sent que le passeur navigue lentement, sans volonté de bousculer son passager. « Your Touch Is So Electric » introduit quant à lui quelques passages parlés, passages qui sont parfois un peu décriés car pas véritablement indispensables à la création d’une ambiance. Mais tant qu’ils restent employés dans des proportions raisonnables (comme dans le cas présent) cela n’est à mon sens pas vraiment problématique.

Nocturne est un album assez long (plus de soixante-dix minutes) mais écouté en mode ambient (comme il se doit) l’ensemble défile sans lasser. Weinberg réussit à produire une oeuvre qui sort du lot, qui possède de la personnalité et s’avère être réellement enthousiasmante, avec des titres solides qui contiennent tous les ingrédients qu’on attend généralement du style. A ce titre, Nocturne est une belle porte d’entrée récente dans le monde de la dub techno.

Verdict : particulièrement bon et recommandé !

Morceaux préférés : Lupus Moon, When You Return, Aspiring To Aspire, Across the Styx, Neutrino, Constant X

(1) on pourrait penser au morceau “Ionized” sur l'album Cinemascope (Monolake)

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par STREETCLEANER :


WUMPSCUT
Music For A Slaughtering Tribe (1993)
Premier album et première claque




Brian ENO
Apollo: Atmospheres & Soundtracks (1983)
En apesanteur...


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Arne Weinberg (tout)


1. Catatonic
2. Aspiring To Aspire
3. Lupus Moon
4. Neutrino
5. Constant X
6. When You Return
7. Across The Styx
8. Your Touch Is So Electric
9. On Silent Wings



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod