Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Elvis Presley , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

EDDIE COCHRAN - My Way (1964)
Par ERWIN le 7 Avril 2010          Consultée 1950 fois

My Way est le dernier album officiel de EDDIE COCHRAN chez Liberty. Il sort plus de trois ans après le décès de ce dernier et n'est donc plus vraiment d'actualité à une époque ou le Rock'n'roll est moribond. De ce fait il va passer totalement inaperçu au regard des critiques comme de le jeunesse.
L’album débute sur le titre éponyme qui n’est pas une énième version du tube de Cloclo. En effet, ce My Way est un rock entraînant, appuyé par un saxophone, certes sans génie mais sympathique. Ni plus ni moins que "Little angel" adressé à sa fiancée Sharon Shelley, on a connu Cochran plus incisif et percutant. "Love again" est un slow sirupeux... Un premier constat s'impose: il est clair que les producteurs de Liberty ont réuni les ultimes bandes disponibles afin de sortir un dernier album du regretté artiste.

Deux reprises de tubes célèbres émaillent le disque : sa version de "Blue suede shoes" est fidèle à l’originale mais n’atteint pas au sublime de la version du King, pas plus que sa resucée de "Long tall Sally", finalement anecdotique. Il n’est jamais aussi bon que dans ses propres compositions, celles qui ont trouvé vie par la grâce de ses mains sur sa Gretsch rouge, il est définitivement un créateur plus qu’un interprète. Évidemment cela semble sévère, mais il faut juger le résultat à l'aune des versions préexistantes, et le doute n'est pas permis: il ne fait pas mieux qu'ELVIS et LITTLE RICHARD. Je vois venir les regards désapprobateurs du lectorat... Cet album a-t-il seulement un intérêt ? La réponse est limpide : il est clair que ce quatrième et dernier album « officiel » vaut avant tout pour la présentation du travail de Cochran en tant que guitariste. Les nombreux instrumentaux qui parsèment ce disque en sont la preuve tangible. L’œuvre gravée sur le sillon intéressera beaucoup moins les aficionados de fête de rock et de slow. Il ravira en revanche les amateurs de guitare car il ne se présente pas moins que comme la contribution d’EDDIE COCHRAN au petit monde de la guitare. Après Scotty Moore le guitariste d’ELVIS, Eddie fait partie des rares guitar heroes des 50’s : CHUCK BERRY, CARL PERKINS, Cliff Gallup des BLUE CAPS, de GENE VINCENT et James Burton qui accompagne ELVIS et RICKY NELSON.
L’instrument n’en est qu’à ses premiers balbutiements, c’est le cas de le dire ! Elle n’est au départ destinée qu'à soutenir le chant ou à défaut lui faire contrepoids. La guitare solo commence tout juste à gagner ses lettres de noblesse avec l’apparition du rock instrumental et des artistes comme DICK DALE ou LINK WRAY, puis au début des 60’s les SHADOWS et les VENTURES.
EDDIE COCHRAN occupe une place prépondérante parmi ces pionniers de la guitare électrique. Les 4 instrumentaux inclus dans ce disque nous le prouvent à bien des égards. Sur "Eddie’s blues" visiblement une session improvisée au studio sur laquelle Eddie fait preuve de toute sa maîtrise : coups de pattes rythmiques, utilisation de la reverb, soli incendiaires, très révélateur de sa personnalité, il ne cherche pas à impressionner par sa vitesse, on le sent au contraire recherchant l’innovation, le son, la texture. Le dernier solo est à couper le souffle pour l’époque, quelle imagination pour un si jeune musicien dans un monde ou la technique n’est que rudimentaire.
"Guybo" dédié à son camarade bassiste Connie "Guybo" Francis, est prétexte à une superbe rythmique de Cochran ainsi qu’à des solos résolument modernes. La basse vrombit et soutient l’ensemble avec beaucoup d’entrain. Un morceau jouissif, qui ouvre véritablement la porte aux formations instrumentistes.
"Jam Sandwich" et "Hammy blues" ne sont que d’autres occasions pour EDDIE COCHRAN de montrer l’étendue de son talent. Les compositions brillent moins que les deux précédentes mais qu’importe, la guitare règne en maîtresse sur le microsillon.

Ainsi s’achève la discographie « officielle » de ce monstre sacré qu’est COCHRAN, il est illusoire d’affirmer qu’elle est complète. Eddie aura participé durant sa courte vie à de très nombreuses sessions, pour d’autres chanteurs, avec ses divers acolytes Hank Cochran ou Jerry Capehart, son manager et ami. Au gré des multiples compils sorties depuis plus de 48 ans, des bandes sont dépoussiérées, ajoutées comme bonus à chaque nouveau « best of », et cela risque de continuer encore un certain temps.
Soyons clair, les 4 albums chroniqués contiennent l’essentiel de l’œuvre, ce petit dernier présentant l’aspect guitare. Vous savez ce qu’il vous reste à faire si vous ne souhaitez pas passer à côté d’un tel monument.
Alors Bonne bourre et Long Live Eddie !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Jerry Lee LEWIS
High School Confidential (1958)
Les débuts du killer




Elvis PRESLEY
50,000,000 Elvis Fans Can't Be Wrong: Elvis' Gold Records 2 (1959)
50 millions de fans ont raison


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. My Way
2. Little Angel
3. Eddie's Blues
4. Love Again
5. I Almost Lost My Mind
6. Jam Sandwich
7. Little Lou
8. Blue Suede Shoes
9. Hammy Blues
10. Milk Cow Blues
11. My Love To Remember
12. Guybo
13. Long Tall Sally



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod