Recherche avancée       Liste groupes



      
AMBIENT TECHNO/ACID HOUSE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



The FUTURE SOUND OF LONDON - Accelerator (1991)
Par SEIJITSU le 26 Décembre 2009          Consultée 1702 fois

Les débuts d’un groupe sont toujours intéressants. Même s’ils ne sont pas forcément incroyables, voire très loin du niveau que le groupe atteindra plus tard, il n’est pas inutile de se procurer les premiers essais d’une formation que l’on apprécie pour satisfaire sa curiosité.
Il faut bien démarrer quelque part un jour ? Le futur son de Londres débute donc ici, dans cet habillage de sons acides, ancré dans une époque révolue, espoir d’une scène qui surprendra son monde… pour finalement s’essouffler passé l’an 2000.
Mais nous n’en sommes pas encore là, FSOL est très loin de ses travaux d’ambient teinté de sons et d’instruments acoustiques, et par conséquent, on est forcément déçu. Accelerator n’est pourtant pas un mauvais disque, bien au contraire. Une gymnastique de l’esprit est d’abord indispensable pour juger à sa juste valeur cet album loin d’être aussi frais qu’à son époque. Remettons-le dans le contexte et faisons abstraction de son côté daté.

La première piste, « Expander », est ce que l’on pourrait communément appeler de l’Ambient Techno, un morceau pas loin d’être relaxant grâce à ses voix féminines et à ses nappes de claviers atmosphériques. Le titre reste pourtant énergique et n’hésite pas à accélérer le rythme. Accelerator fait donc irrémédiablement penser à d’autres figures du genre, Aphex Twin et Orbital, au hasard, qui eux aussi n’hésiteront pas à se lancer sur le créneau Acid House, une vague de musique électronique émergente qui envahira le Royaume-Uni. Le pays se rendra immédiatement et sera tout de suite emballé par ce nouveau courant (on les comprend).
Cependant le premier essai de FSOL n’est pas aussi irréprochable que ceux des deux futurs géants que je viens de citer, car le groupe ne s’affirme pas et préfère jouer la sécurité.
Si les arrangements du duo sont parfois remarquables et possèdent une « patte » reconnaissable entre mille, Garry Cobain et Brian Dougans pèchent par une volonté de vouloir à tout prix rendre leur musique diffusable dans n’importe quelle rave party du DJ du coin. « Stolen Documents » est dansant, c’est vrai, pourtant ce titre est ennuyeux. Il en est de même pour « Moscow », qui malgré son côté entraînant, est loin d’être passionnant.
FSOL n’est pas fait pour cela tout simplement. Orbital sera capable de réaliser des morceaux dansants sans pour autant sacrifier son caractère de musique « écoutable en salon », FSOL n’y arrive pas. Le groupe touche du doigt quelque chose lorsqu’il s’oriente vers une musique plus apaisante, moins rythmée. Ces moments sont rares mais ils existent bel et bien, comme le single « Papua New Guinea », qui marqua son époque avec un clip très hippie au doux parfum assumé de musique ‘70s’.

Mais le véritable problème de ce disque est que le duo lorgne sur trop de genres à la fois ; il recherche une identité, tâtonne, hésite… Il est fréquent de se retrouver avec un morceau d’humeur joyeuse (« Calcium ») pour enchaîner ensuite sur un titre aux sonorités inquiétantes (« It's Not My Problem »). On cherche parfois la cohérence, en vain, parce qu’il n’y en a pas. Accelerator fait penser à une compilation plutôt qu’à un véritable album.
Mais malgré de nombreuses maladresses et quelques titres inutiles, la sauce prend. Il est difficile d’être sévère envers cet album très attachant, contenant quelques perles et des morceaux déjà tournés vers l’avenir comme « Central Industrial », que l’on pourrait peut-être considérer comme du proto-IDM.

Accelerator est donc un album imparfait dont les chances de plaire à un amateur de musiques électroniques actuelles sont faibles, néanmoins le connaisseur d’Acid House cherchant un disque électro sympathique pourra peut-être éprouver de l’intérêt pour l’objet. Et si cet amateur est en plus un fervent supporter des travaux suivants de ce groupe, il lui est conseillé d’écouter cet album agréable. Vous voilà prévenus !

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SEIJITSU :


ORBITAL
In Sides (1996)
Ecologique, intelligent et admirable




UNDERWORLD
Dubnobasswithmyheadman (1994)
Sombre et long…


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
  N/A



- Garry Cobain (tout)
- Brian Dougans (tout)


1. Expander
2. Stolen Documents
3. While Others Cry
4. Calcium
5. It's Not My Problem
6. Papua New Guinea
7. Moscow
8. 1 In 8
9. Pulse State
10. Central Industrial



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod