Recherche avancée       Liste groupes



      
E.B.M.  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Nitzer Ebb

FRONT 242 - Tyranny (for You) (1991)
Par STREETCLEANER le 15 Avril 2010          Consultée 1873 fois

Pour cette première chronique d'un album de FRONT 242 sur Forces Parallèles, je me dois de présenter rapidement l'essentiel à connaître au sujet de ce fameux groupe. Les belges de FRONT 242, groupe précurseur dans l'expérimentation électronique aux côtés de quelques-autres (NITZER EBB, The NEON JUDGEMENT...), seront à l'origine de ces fameuses initiales E.B.M désormais plus largement connues dans leur signification : Electronic Body Music. Le combo se fait remarquer avec le single "Body To Body" en 1981 (mais que j'ai connu avec leur album No Comment de 1985 avec le fameux "Commando Mix"), trouvant ses inspirations dans la musique électronique et industrielle telles celles de KRAFTWERK ou de CABARET VOLTAIRE (mais aussi on le dit moins NEU, CAN, TANGERINE DREAM ont été pas mal écoutés), toutefois il a vraiment acquis sa renommée avec l'excellent album Official Version (1987). On notera également que FRONT 242 a toujours lutté contre une certaine hégémonie du rock anglo-saxon et a fortement influencé certains groupes, dont NIN, ou MINISTRY par exemple, avec qui il a fait quelques dates en 1984. Al Jourgensen, la tête pensante de MINISTRY s'orientera ainsi dès 1986 (album Twitch) vers une musique très industrielle et électronique.

Leur E.B.M allie rythmes dansants (c'est une musique pour le corps qui prend toute son ampleur en concert, d’ailleurs dans un album de FRONT 242 les bpm – beats per minute- de chaque chanson sont indiqués) et martiaux (tenue paramilitaire de rigueur et lunettes noires s'il vous plaît !), ce qui, en sus du look des membres du groupe, ne sera pas sans poser quelques problèmes d'image. En effet, en 1992, un certain Christophe Bourseiller (New Look) lancera plus ou moins volontairement une fausse information selon laquelle FRONT 242 serait un groupe idéologiquement affilié aux mouvements d'extrême-droite. Bourseiller fera publiquement son mea-culpa quelques années plus tard mais le mal sera fait, même si le groupe a heureusement survécu à une campagne de suspicion qui s'ensuivra et à l'interdiction de ses concerts pendant un moment (en France notamment). Quand on lui parle encore de ces rumeurs voilà ce que répond Jean-Luc de Meyer non sans humour : "de toute façon, il n’y a jamais aucun groupe facho qui a utilisé des synthés. Ils sont trop cons pour ça..." (1). Refermons la parenthèse et revenons au disque.

Il était difficile de succéder aux excellents Official Version (1987) et Front By Front (1988). Ce dernier album avait fait très fort avec son fameux "Headhunter", sans doute l'un des titres les plus remixés dans le monde de la musique électronique. Pourtant, vu sa qualité, Tyranny (For You) n'a absolument pas à rougir face à ses deux prédécesseurs même s'il est peut-être moins emblématique. D'ailleurs il n'est pas entièrement pertinent de comparer ces albums. Si le registre E.B.M est là encore parfaitement tenu, on notera quelques inflexions assez perceptibles. Front By Front était un album taillé pour les dance floors et relativement accessible malgré son côté froid et mécanique. Côté accessibilité, on notera aussi que c'est en 1988 que le groupe ouvrira pour DEPECHE MODE…

Mais avec Tyranny (For You) la musique va perdre en accessibilité ce qu'elle va gagner en complexité et en noirceur. Le côté dance floor se fait un peu moins sentir : si le rythme ne semble pas moins rapide l’ensemble est un peu plus lourd. Le tout se ressent comme étant plus pesant. Les textures sont plus riches, plus épaisses, et les arrangements sont plus conséquents, toujours mieux travaillés et plus nombreux. Mais il n'y a pas que les compositions qui sont plus complexes, plus profondes ("Rhythm Of Time", "Tragedy (For You")). Les atmosphères le sont aussi un peu plus… Même si l’idée est de continuer à explorer les thématiques de l’album précédent. Et notamment la religion. Ainsi le titre évocateur de cet album fait référence aux personnes abandonnant volontairement une partie de leur liberté afin de les confier à un « tyran » qui managera ainsi leur vie. Les paroles ne sont dans l’ensemble pas très sombres, comme sur "Rhythm Of Time" où il est question de croire dans le futur de la race humaine.

Si Front By Front n'était pas pour autant un album serein, loin de là, on sent ici que les Belges introduisent toutefois quelques éléments inquiétants dans leur musique. Si elle demeure toujours froide et bien rythmée, voilà qu'elle parle moins au corps et plus à l'esprit. Un bon exemple d'ambiguïté se rencontre sur un titre comme "Trigger 2" au motif sous-jacent angoissant et très carpenterien (le réalisateur et compositeur John Carpenter) et qui revient de temps à autre et qui semble en réalité sortir tout droit de la musique de son célèbre film d'horreur Halloween (ou La Nuit des Masques). Quelques moments sont aussi clairement menaçants comme sur "Neurobashing" avec ses cris en forme d’ordres militaires en arrière-plan, qui réussit un étrange mélange technoïde et martial (comme "Moldavia", "Trigger 2" ou "Soul Manager") mais sans jamais basculer dans l'horreur car il n'y a rien d'horrifique dans cette musique. Même "Leitmotiv 136" avec ses nappes inquiétantes ne bascule pas du côté du précipice, car c'est encore l'aspect froid et martial ou industriel qui l'emporte, comme la plupart du temps ("Rhythm Of Time", "The Untold"). Un côté martial/indus vraiment exacerbé d'ailleurs sur "Soul Manager" aux martèlements sacrément percutants.

Et puis un petit côté electro-goth/dark se fait nettement sentir comme sur un "Tragedy (For You)", axé dance floor avec sa rythmique et son refrain catchy, un petit côté goth ou dark qui n'est pas désagréable et on pensera inévitablement aux compositions futures du groupe allemand PROJECT PITCHFORK. Un petit côté qu’on peut aussi ressentir dans le chant sur « Sacrifice ». Ou quand De Meyer aurait pu se faire chanteur à la Peter Spilles...

Ce disque n'a clairement pas fait l'unanimité lors de sa sortie. Pourtant cette nouvelle inclinaison (plus qu'une nouvelle orientation) qui voit le groupe montrer son intérêt pour des atmosphères plus sombres n'est pas sans déplaire. Peut-être est-ce une erreur de ma part mais je ressens cette musique comme plus réfléchie, volontairement moins accessible, peut-être un peu moins facile et évidente qu'avant. Tyranny (For You) ne révolutionne pas fondamentalement l'E.B.M. de FRONT 242 mais l'incline suffisamment pour avoir provoqué un certain malaise ou une certaine interrogation chez les fans. Un seul vrai regret toutefois : il manque sans doute ici un ou deux titres plus évidents pour que Tyranny (For You) puisse prétendre se hisser au niveau de son prédécesseur. Mais soyons clair : Tyranny (For You) demeure très bon, c’est simplement qu’il aurait pu être génial… mais chez FRONT 242 un album se fait toujours sans compromissions. Et comme ils le disent eux-mêmes : Tyranny (For You) n’est absolument pas un album commercial …".

Note : un bon 4/5.


(1) interview de Front 242 sur http://www.pop-rock.com

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par STREETCLEANER :


ONMUTU MECHANICKS
Nocturne (2010)
Musique pour capter le coeur de la nuit...




RAUDIVE
Chamber Music (2010)
Techno clubby, expérimentale et dark. prenant...


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Jean-luc De Meyer (paroles, chant)
- Richard 23 (paroles, chant, samplers, percussions)
- Patrick Codenys (programmation, claviers)
- Daniel Bressanutti (programmation, mixage, claviers)


1. Sacrifice
2. Rhythm Of Time
3. Moldavia
4. Trigger 2 (anatomy Of A Shot)
5. Gripped By Fear
6. Tragedy (for You)
7. The Untold
8. Neurobashing
9. Leitmotiv 136
10. Soul Manager



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod