Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP, HIP-HOP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Public Enemy
 

 Site Officiel (304)

ICE-T - O.g. Original Gangsta (1991)
Par ERWIN le 24 Juin 2010          Consultée 1678 fois

Le musculeux gars à la sympathique trogne renfrogné ornant la pochette n’est rien moins qu’un prophète en son pays. Aujourd’hui bien longtemps après avoir écumé les clubs de la côte ouest pour imposer son rap lancinant et accusateur, Tracy Marrow est un personnage central des États-Unis, respectable et représentatif, un comble ! Voilà donc le 4ème tome des aventures de Ice-T, leader de la scène rap, personnage clef de la culture noire de la fin du 20ème siècle.

« Home of the Bodybag » annonce la couleur, du noir et du rouge sang. L.A, ville de tous les excès est le théâtre des scènes de l'album : Watts le quartier le plus dangereux des USA, les plus grandes amplitudes entre riches et pauvres sont là, dans la cité du vice, la cité des anges. L’accusation de Tracy Marrow, Ice« muthafuckin »-T n’est pas lancée au hasard après les terribles émeutes dont la ville fut le théâtre. Les beats funky de « Mic Contract » tapent dans les standards du rap de ces années de gloire. On note la présence du fameux thème de « New Jack Hustler », le titre qui donna à Ice-T toute sa notoriété, et lui ouvrit les portes d’un star system dont on ne sait toujours pas s’il en est l’instrument ou le maître des marionnette. Le morceau est un classique mais son aspect trop hip hop le handicape dans la hiérarchie des opus du Gangsta.
Beaucoup de samples sont issus des œuvres complètes de James Brown, principale influence de notre rappeur, comme sur le célèbre titre éponyme, « New Jack Hustler » mais aussi sur « Escape From the Killing Fieds » ainsi que sur le réussi « Street Killer ».

Cet album est la bible du rap des 90’s, il est pourtant étonnant à bien des égards. En farfouillant dans le bordel infâme et rempli jusqu’à la gueule qu’est ce skeud, vous aurez la surprise de tomber sur « Body Count » , morceau qui quitte drastiquement les rivages du rap et ceux de la black music pour s’aventurer avec talent sur des rivages éloignés, ceux d’un hard core du meilleur cru. Toute la versatilité du Ice est ici à son paroxysme. Le morceau sera le prélude à la création du groupe de metal « Body Count »  le bien nommé avec Ice-T au chant. Un ensemble très métallisé dont vous avez pu suivre les péripéties sur Nime, une carrière de quatre albums honorables ainsi qu’un classique avec le hit « Cop Killer ». Et un statut d’icône pour Tracy, aussi à l’aise dans le monde du metal que dans celui du rap, acteur, réalisateur, présentateur de shows... drôle de mec ! Soulignons d’ailleurs sur l'excellent « Midnight » les emprunts au Black Sabbath et à Led Zep dont on reconnaîtra avec surprise « When the Levee Breaks ». Quel bluffeur !

Car son talent est réellement sans pareil, j’en veux pour preuve le titre qui clôture l’album du Gangsta : « The Tower », pour votre serviteur le meilleur morceau de rap jamais écrit. Ice s’est ici servi du talent de compositeur du réalisateur John Carpenter, spécialiste des lignes lancinantes de piano dans ses BO. Voilà celle de « Halloween » et Ice va lui imposer un traitement extrême, le beat de batterie, son charleston syncopé, et la voix du leader qui narre l’arrivée à la prison d’un détenu et sa première journée. Un chef d’œuvre de puissance, et un lick de synthé qui renforce la violence sourde émanant des lyrics. This is a fuckin Masterpiece ! Impératif!

Le petit speech de fin d’album vous fera sourire suite au petit nom donné par Ice a la première dame des USA -la maman de W!-. Pas trop la langue de bois notre garçon. Voilà comment naît un genre musical. La violence invraisemblable qui émane des paroles du « OG Original Gangsta » n’est pas à prendre à la légère, et fera de ce disque le grand classique du bonhomme. Quand on y pense, ce disque a près de 20 ans, mais il n’a pas pris une ride. Et « By the way », n’ignorons pas la menace qui pèse sur tout bon rappeur qui se respecte et qui n’aimerait pas l’opus : « Suck my mother fuckin dick »… En toute innocence, en toute bienséance. La classe non ?

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par ERWIN :


EMINEM
Recovery (2010)
Rétablissement




EMINEM
Relapse (2009)
Rechute


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Home Of The Bodybag
2. First Impression
3. Ziplock
4. Mic Contract
5. Mindover Matter
6. New Jack Hustler
7. Ed
8. Bitches 2
9. Straight Up Nigga
10. O.g. Original Gangsta
11. The House
12. Evil E
13. Fly By
14. Midnight
15. Fried Chicken
16. M.v.p.s
17. Lifestyles Of The Rich And Famous
18. Body Count
19. Prepare To Die
20. Escape From The Killing Fields
21. Street Killer
22. Pulse Of The Rhyme
23. The Tower
24. Ya Shoulda Killed Me Last Year



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod