Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-VARIéTé MODERNE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Elsa LUNGHINI - De Lave Et De Sève (2004)
Par MARCO STIVELL le 22 Août 2010          Consultée 1447 fois

La vie n'est décidément pas rose pour beaucoup de monde. Dans une carrière musicale, quand on cherche à se faire une place, il est difficile de la garder une fois obtenue, et il n'y a rien de pire que d'être rejeté avec un claquement de porte. Rien de pire, ou presque. Le claquement de porte, on peut le connaître à certains endroits, mais il reste l'espérance que d'autres s'ouvriront. Ces maisons ne sont pas des habitations courantes car hébergeant bien trop de monde. Ce sont celles-là mêmes que l'on appelle "maisons de disques". Le propriétaire vous fait signer un joli papier s'il vous accepte, mais vous n'êtes pas tenu de rester en bon accord avec lui, ou carrément de rester pour toujours, loin de là. Le premier entraîne souvent l'autre, on a déjà vu des départs fracassants : Mike OLDFIELD de chez Virgin, en est un bon exemple, même si son contrat d'origine prenait fin à ce moment-là.

Elsa, elle, voyait le succès s'éloigner depuis son premier album ou même carrément son premier single. Elle s'est traînée une certaine image pendant des années, et a encore plus perdu après avoir voulu la casser. C'est ainsi, et malheureusement il est difficile de changer les choses à présent à moins qu'un éclair de lucidité se produise, qui permettrait aux plus médisants, ou au moins à un public qui ne l'a que peu suivie, de se dire que malgré un nombre d'albums réduit la chanteuse a bien changé depuis ses débuts... Toujours est-il qu'après l'échec commercial de son superbe album Chaque Jour Est un Long Chemin qui se distinguait vraiment du paysage musical français d'alors, la belle a connu des déboires en raison de sa mésentente avec sa maison de disques. Il aura même fallu attendre 2004 pour que son nouvel opus, De Lave et de Sève, voit vraiment le jour sur le label Mercury. Plus de huit ans ! Vous vous rendez compte ?

Derrière un titre quelque peu énigmatique se cache un album très différent de son prédécesseur. Chaque Jour Est un Long Chemin misait, malgré quelques instruments courants, sur une certaine épuration folk alors que De Lave et de Sève, qui n'en est pas moins tout autant un disque appartenant au style "variété française de luxe", tranche nettement avec le retour des instruments rock ainsi que de nombreuses programmations, des sonorités que ne renierait pas une autre chanteuse de cette catégorie : ZAZIE. C'est donc vers une sorte de pop-rock "branché" que nous conduisent les douze chansons de ce nouvel opus. Sans chercher à retrouver les mêmes qualités que sur les albums de l'interprète de "Larsen" et "Rue de la Paix", reste à savoir si De Lave et de Sève confirme le succès qu'aurait mérité Elsa depuis 1996.

Déjà une remarque que l'on peut faire : même si elle n'égale pas ZAZIE sur le plan de la production écrite, Elsa a tout de même participé à la confection d'une poignée de ces nouvelles chansons, et son père Georges n'est désormais plus présent du tout. "Mon Amour" donne un bon aperçu de ce que l'on doit attendre de ce disque, toujours le même thème relation homme-femme d'un point de vue textuel, et du côté de la musique, une rythmique carrée avec Laurent VERNEREY - quel artiste français ne l'a pas fait jouer sur son album ces dix dernières années ? -, des guitares plus ou moins acérées, des claviers aériens et des petits bidouillages qui apportent la touche électro, très sympathique d'ailleurs. La chanson se présente un peu comme une intro, avec un fade-out quelque peu frustrant tout de même. Au passage, c'est le seul titre de l'album co-composé par Benjamin BIOLAY et Keren ANN. "Lune Noire", une des chansons qui contient la pâte de la chanteuse, sonne un peu plus acoustique avec un joli arrangement de cordes. Et il n'y a pas que cela de joli d'ailleurs, on peut aisément parler aussi du refrain, de l'effet "phono" posé sur la voix d'Elsa à 2min30, des parties de guitares cristallines... "Connexions", plus curieuse, nous offre Elsa... rappant... sur une rythmique rap tout en restant rock quand même... Très surprenant et même si ça ne concerne que les couplets, du rap comme ça on aimerait en entendre plus souvent. Le refrain est plus mélodique, la chanson dans son entièreté est agréable, plutôt courte comme ses deux grandes soeurs placées avant. "Me Dis Pas Que tu m'Aimes" joue un peu le rôle de slow - ça faisait longtemps -, et bon en plus ! Reposant sur une grille d'accords simples, cette chanson en particulier pourra paraître naïve, mais on peut s'y laisse prendre... Arrive ensuite "L'Or et la Poussière", en duo avec Etienne "baryton" DAHO, à croire que toutes les chanteuses de ce style ont chanté avec lui. Il parle tellement dans les graves que l'on reconnaît à peine sa voix. Et là du coup, avec en plus les intonations que met Elsa, le texte parait moins, beaucoup moins naïf. Chanson très intéressante, avec de bonnes ambiances. On arrive enfin à "A Quoi ça Sert" qui n'est pas un remake d'une chanson de Jean-Jacques GOLDMAN, mais véritablement LA chanson qui avec sa simplicité doublée d'une redoutable efficacité, aurait largement permis à l'album de décoller. Décidément, quel gâchis...

On peut dire la même chose de "Comme un Fou", avec sa petite guitare acoustique, ses sonorités de clavier ainsi que le pont où la voix d'Elsa se réserve une belle échappée, qui la rendent franchement excellente. L'intro de "On Tombe" a sa propre atmosphère, très prenante grâce aux jeux de basse et de guitare en son propre. Elle nous amène vers une chanson au tempo un peu plus rapide et dont le refrain repose sur des harmonies vocales. Loin d'être désagréable tout ça, encore une fois. Sans oublier le petit fondu de la partie "instrumentale"... Le jeu des guitares (avec l'une d'entre elles qui se fait plus nerveuse sur le final), y compris la basse, ainsi que la batterie légère font partie des points forts de la chanson suivante, "Pris Dans le Système". "Seuls Dans l'Univers" met plus l'accent sur des nouveaux traitements, comme des nappes réalisées à partir des guitares. Là encore, très joli refrain, ça commence à faire beaucoup de chansons qui auraient pu remporter les faveurs du public, et pas seulement celui d'Elsa. Ajoutons à cela que cette dernière a vraiment une très belle voix. "Un Bel Eté en Enfer" arrive ensuite avec un ton un peu moins sucré et qui sonne un peu comme du rock californien, plutôt ensoleillé (on reste néanmoins loin de SUM 41), très sympathique également. On termine avec la magnifique "Pour une Vue du Paradis", très axée sur les claviers, hmmmmmm... Voilà un bel hymne qui figurerait très bien en guise de rappel pour les concerts (si jamais Elsa en donne)...

En deux mots, De Lave et de Sève, et de mon propre aveu, un de ces albums qui ne vous poussent pas à les apprécier directement. Il faut y revenir plusieurs fois et bien prendre le temps de découvrir les mélodies qu'il contient, bien cachées au milieu de cet amas de sons trafiquotés. De Lave et de Sève est un excellent disque de rock-variété moderne, peut-être encore meilleur que ne l'était le précédent album même si dans un style différent et sur tous les points.

Note réelle : 4,5 (je ne pensais pas lui mettre autant un jour)

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Gilles SERVAT
Je Ne Hurlerai Pas Avec Les Loups (1983)
Très bel album hybride de chanson bretonne




RENAUD
Paris-provinces (1996)
Merci Renaud


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Elsa Lunghini (chant)
- Régis Ceccarelli (batterie)
- Matthieu Rabate (batterie)
- Laurent Vernerey (basse)
- Hugo Ripoli (guitares)
- Franck Pilant (guitares)
- Steve Forward (claviers, programmations)
- Marie-jeanne Serrero (direction des cordes et de l'orchestre)


1. Mon Amour
2. Lune Noire
3. Connexions
4. Ne Dis Pas Que Tu M'aimes
5. L'or Et La Poussière
6. A Quoi ça Sert
7. Comme Un Fou
8. On Tombe
9. Pris Dans Le Système
10. Seuls Dans L'univers
11. Un Bel Eté En Enfer
12. Pour Une Vue Du Paradis



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod