Recherche avancée       Liste groupes



      
MODERN ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ANBERLIN - Dark Is The Way, Light Is The Place (2010)
Par GEGERS le 14 Novembre 2010          Consultée 844 fois

Qu'y a-t'il aujourd'hui de plus simple que d'être le groupe d'un seul tube ? Un titre « Bombastic » et formaté, de préférence radiophonique, qui sera vendu 99 cents sur une plateforme de téléchargement quelconque et qui, avec un peu de chance, illustrera une pub pour la nouvelle voiture d'un fabricant allemand ou japonais. Un single jetable et malléable, mis en forme de préférence par un producteur à la mode, et qui, au bout de la 42ème diffusion quotidienne, provoquera spasmes et nausée chez n'importe quel auditeur normalement constitué.

« Impossible », extrait du nouvel album du groupe américain ANBERLIN, rentre sans aucun doute dans cette catégorie. Riff plaqué, refrain immédiat, rage contrôlée pour parler aux jeunes sans choquer leurs parents puritains, toutes les caractéristiques sont là. Sans oublier le producteur « bankable » du moment, en l'occurrence Brendan O'Brien (AC/DC, Bruce Springsteen, Pearl Jam...). Tous les ingrédients sont là, et cet extrait du cinquième album du groupe de rock moderne et alternatif s'est imposé en heavy rotation sur les stations de radio du pays de l'Oncle Sam.

Faut-il pour autant y voir un groupe opportuniste, prêt à vendre sa mère pour son quart d'heure de gloire ? Certainement pas. La carrière d'ANBERLIN s'est construite doucement mais sûrement. Prenant le temps de grandir, le groupe a évolué naturellement pour finalement laisser tomber (et c'est tant mieux) ses influences punk-rock pour skaters et se consacrer pleinement à développer son modern-rock percutant et mélodique.

Et puis si « Impossible » est sans conteste LE tube de cet opus (qui tire son nom d'un poème de Dylan Thomas) il n'est finalement que l'arbre qui cache la forêt. Car décidément, en matière de composition, ANBERLIN sait y faire. Que ce soit avec le mordant et saturé « We Owe This to Ourselves » qui constitue une parfaite entrée en matière, ou le popisant « Take Me as You Found Me », le groupe aguiche l'auditeur qui ne résiste pas longtemps à ces mélopées, certes souvent « faciles » et utilisant des ficelles archi-connues, mais généralement irrésistibles et très séduisantes.

Globalement tous construits sur la dualité douceur du couplet / énergie brute du refrain, les dix morceaux qui composent cet opus ont une constance et homogénéité qui offrent à l'album force et cohérence. ANBERLIN ne réinvente pas la poudre, mais la fait parler avec efficacité et précision : que ce soit la ballade « The Art of War », le persistant « Pray Tell » ou le hargneux « To the Wolves » (probablement le meilleur titre de l'opus), chaque pièce a son utilité et parvient à convaincre en quelques écoutes à peine. Certes, l'album n'est pas exempt de remplissage, en témoignent la ballade acoustique « Down », et l'ennuyeux « Depraved » qui clôt l'album de manière étrange et laisse l'auditeur sur une impression mitigée.

Reste qu'avec Dark is the Way, Light is the Place, ANBERLIN livre un album de modern rock sympathique et doté d'arguments certains qui feront très certainement mouche chez les amateurs du style. Agréable et convaincant !

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


RUNRIG
The Story (2015)
Une carte postale d'Ecosse




DETROIT
Horizons (2013)
Cantat seul face au déluge


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Nathan Young (batterie)
- Christian Mcalhaney (guitare)
- Joseph Milligan (guitare)
- Deon Rexroat (basse)
- Stephen Christian (chant et guitare)


1. We Owe This To Ourselves
2. Impossible
3. Take Me (as You Found Me)
4. Closer
5. You Belong To Me
6. Pray Tell
7. Art Of War
8. To The Wolves
9. Down
10. Depraved



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod