Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Runrig, Big Country, The Porters , Levellers, Creeds Cross

The SAW DOCTORS - The Further Adventures Of The Saw Doctors (2010)
Par GEGERS le 9 Décembre 2010          Consultée 989 fois

Véritable institution en Irlande, son pays d'origine (le groupe a reçu l'an passé un trophée récompensant l'ensemble de sa carrière) ainsi qu'aux États-Unis, The SAW DOCTORS traîne sa carcasse sur les routes depuis quasiment 25 ans. Entretenant l'intérêt des amateurs par une certaine discrétion et une faible productivité musicale, le groupe propose aujourd'hui un septième album judicieusement intitulé The Further Adventures of... the Saw Doctors. Un peu bouffi, mais toujours bon pied bon œil (et revigoré par l'arrivée en son sein d'un peu de sang frais en la personne du batteur/compositeur Éimhín Cradock), le combo poursuit l'écriture d'un livre haletant, entièrement voué à la cause d'un rock mélodique et chiadé.

En témoigne le premier morceau et single de l'album, « Takin' the Train ». Une mélodie délicate et entêtante saisit immédiatement l'auditeur, puis un riff entraînant, couplé à la voix hypnotisante de Davy Carton, transforme ce morceau énergique en véritable pépite pour une parfaite mise en bouche. Entre Runrig et Big Country, les SAW DOCTORS affirment avec ce titre imparable qu'ils maîtrisent encore parfaitement le rock conscientisé qui a fait leur renommée par le passé.

Et si les titres dans cette veine se feront plutôt rares sur cet opus (seul l'énervé « Hazared » se veut porteur d'une énergie similaire), ce n'est que pour laisser plus de place à un rock fait de morceaux mid-tempo délicats et sincères. Le semi-acoustique « Friday Town » s'en fait l'avatar, embarquant l'auditeur sur les routes irlandaises en un clin d'œil. Non pas par l'utilisation d'instruments traditionnels (le groupe n'y a recours sur aucun des titres de l'album), mais simplement en distillant ces ambiances feutrées et porteuses d'une certaine grandeur d'âme, qualités que l'on aime attribuer aux Irlandais. Et si le groupe tend parfois à tomber dans le piège d'une niaiserie un peu décevante (« Someone Loves You »), il se fait bien plus souvent authentique et bouleversant. Pour s'en convaincre, il suffit d'écouter le morceau qui constitue sans doute le chef-d'œuvre de cet opus : « Be Yourself ». Ode à l'acceptation de soi, ce titre tout en nuances grandit en l'auditeur alors qu'il s'allonge en durée, jusqu'à l'explosion finale des émotions compressées. De par sa délicatesse et se cachant derrière une tendresse rugueuse et bourrue, le groupe signe là une power-ballad (au sens noble du terme), transpirant le vécu et et l'expérience de ses géniteurs (« Si tu ne peux pas être toi-même, tu seras seul », voici une phrase qui doit faire écho chez des musiciens à succès ayant derrière eux 25 ans de carrière...). Dans la même veine, bien que plus enjoué, et doté d'une intro aérienne à la Runrig, le semi-acoustique « Goodbye Again » constitue un morceau final riche en émotions, et laisse l'auditeur dans un état de plénitude et de bien-être intérieur que peu d'artistes parviennent à procurer. Un véritable bonheur.

Album hétérogène, The Further Adventures of the Saw Doctors n'offre pas que ces moments de grâce, et propose quelques morceaux plus anecdotiques qui, s'ils ne sont pas désagréables, servent avant tout de faire-valoir aux perles de l'album. Ainsi, la ballade « Last Call » constitue un intermède sympathique avant le torturé « As the Light Fades » sans que l'on en retienne grand chose. « Well Byes », malgré son piano et ses chœurs guillerets, ne parvient pas à embarquer l'auditeur dans cette petite sucrerie rock 80's anecdotique. Mais il faut bien l'avouer, The SAW DOCTORS proposent ici un album riche en qualités et d'un niveau de qualité très honorable, qui devrait lui permettre de poursuivre sa carrière avec les honneurs. Et ne serait-ce que pour le morceau « Be Yourself », cet album mérite qu'on lui accorde une oreille attentive. Authentique et apaisant !

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


FIDDLER'S GREEN
25 Blarney Roses - Live In Cologne (2015)
La vie commence à 25 ans




NOIR DéSIR
Soyons Désinvoltes, N'ayons L'air De Rien (2011)
Le vent l'emportera...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Leo Moran (guitare)
- Davy Carton (chant)
- Kevin Duffy (claviers)
- Anthony Thistlethwaite (basse)
- Eímhín Craddock (batterie)


1. Takin' The Train
2. Friday Town
3. Someone Loves You
4. Hazard
5. Indian Summer
6. Well Byes
7. Be Yourself
8. Last Call
9. As The Light Fades
10. Songs And Stars
11. Goodbye Again



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod