Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTPOP/ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Beak>, Minami Deutsch, Föllakzoid, Agitation Free, Camera
- Membre : Faust, Kraftwerk, La Düsseldorf, Harmonia
- Style + Membre : Guru Guru, Thomas Dinger , Klaus Dinger

NEU! - Neu!'86 (2010)
Par JOVIAL le 18 Janvier 2011          Consultée 1783 fois

Celui-là, je le voyais venir à deux kilomètres, je savais d’avance qu’il allait me décevoir… Et je ne me suis pas trompé.

Comme son nom l’indique, Neu!’86 ne date pas de 2010, mais fut enregistré en 1986. Séparé en 1975, Klaus Dinger et Michael Rother, après 10 ans de boudage réciproque, décident de reformer NEU!, dans l’espoir d’écrire un nouvel album. Ce dernier sera enregistré à Düsseldorf durant plusieurs longs mois, mais, après une nouvelle dispute, nos deux Allemands décident purement et simplement d’abandonner l’enregistrement et le mixage. Au début des années 90, les pistes sont récupérées par divers labels et sortent sur quelques bootlegs illégaux. Dinger, désespéré de voir son travail saboté par ces mêmes labels, décide alors dans l’urgence de faire, avec l’accord de Rother, la réalisation finale de ce quatrième album de NEU!, alors baptisé Neu! 4. Ce dernier sort sur le label japonais Captain Trip Record, cette fois-ci sans le consentement de Rother, qui ne fut d’ailleurs mis au courant qu’après quelques semaines. La réaction de ce dernier sera cinglante : « Neu! 4 n’est ni un album de NEU!, ni un album légal », et refusera de voir le skeud sortir en CD. Nouveau et triste rebondissement le 21 mars 2008, Klaus Dinger meurt d’une crise cardiaque. Par compassion et par respect pour son ancien ami, Rother accepte finalement la sortie de Neu! 4, renommé alors Neu!’86.

Voilà, après les aventures rocambolesques du disque, place désormais à ce qui nous intéresse le plus : son contenu. Pour être direct, si on ne peut pas franchement le qualifier de « mauvais », il est tout de même sacrément décevant pour un groupe de l’envergure de NEU!. L’explication est simple : le groupe a tout simplement sacrifié son art au profit d’une musique plus simple, certes plus engageante, mais surtout plus en rapport avec les années 80. Certains diront que notre duo a tout simplement voulu faire évoluer sa musique, mais lorsque l’on voit la direction prise, on ne peut que se prendre la tête entre les mains, et se dire « Merde, ils font quoi là ? ». Ironiquement, les styles pour qui NEU! avait été l’une des principales influences, en particulier la new wave, finiront à leur tour par inspirer leurs instigateurs. Le groupe abandonne quasiment le krautrock, et passe à une musique électronique radiophonique, peut-être en réaction à la synthpop à succès de leurs ex-collègues de Kraftwerk. Encore, on ne se plaindrait pas si le résultat était potable, si ce brusque changement de style avait été intéressant. Mais non, Neu!’86 est dans la grande majorité de ses morceaux d’une nullité affligeante. L’exemple le plus représentatif en est « La Bomba (Stop Apartheid World-Wide!) ». Alors d’accord, c’est peut-être sympathique pour une soirée en camp de vacances, mais enfin ça reste affolant pour tout bon fanatique de Neu! qui se respecte.

Je sens que je vais m’énerver, alors je tente d’être indulgent. Je passe l’éponge sur les inutiles « KD » et « Vier 1/2 », ni plus ni moins qu’un amas de bruits et de cris sans intérêt, qui ont au moins la politesse de ne pas durer trop longtemps. Je passe l’éponge sur les pathétiques tentatives de se remettre à l’ambient d’« Intro », « Elanoizan » et « November » qui ne mènent au final pas bien loin, mais qui, elles aussi, ont la politesse de ne pas s’éterniser. Je passe l’éponge enfin sur les chansons du type « Wave Mother » et « Euphoria », qui ne ressemblent qu’à des pistes pour karaoké, certes de qualité, sur laquelle Neu! n‘a oublié qu‘une chose, du chant. Quoique lorsqu’on écoute la popisante « Good Life », on se demande si cela n’est pas mieux comme ça.

Ouais mais dis donc, à force de passer l’éponge, il ne reste plus grand-chose sur le tableau. De Neu!’86, je n’arrive à retenir trois morceaux, qui survolent de très haut tout le reste, et qui sauvent entièrement l’album. Si « Dänzig », peut paraître un peu naïve au premier abord, elle conserve une énergie joviale et communicative, tout comme sa suivante, « Crazy », plus punk et plus addictive. « Drive (Grundfunken) » enfin, est sans doute la moins mauvaise du disque, et voit le groupe revenir à son krautrock originel, au motorik puissant, que complète une guitare efficace.

Ce qui m’empêche de descendre au rang de « mauvais album », c’est outre les trois chansons citées plus haut, que l’écoute de Neu!’86 en elle-même n’est pas un calvaire. Elle reste, toutes proportions gardées, sympathique, et je pense que nul ne pourra se plaindre de s’être réellement ennuyé durant ses 45 minutes. Reste que, après trois premiers albums plaçant NEU! au firmament des groupes de krautrock, cet album a forcément du mal à passer, et ne peut que décevoir ceux qui connaissent les capacités d’un des meilleurs groupes allemands des années 70. On avait beau s’y attendre, c’est une bien triste fin pour NEU! …

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par JOVIAL :


The NORMAL
T.v.o.d. / Warm Leatherette (1978)
Les plaisirs malsains d'un certain David Miller




FEVER RAY
Fever Ray (2009)
Album de l'Année 2009


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Klaus Dinger (chant/batterie/guitare/claviers)
- Michael Rother (guitare/basse/claviers/fairlight)
- Georg Sessenhausen (batterie sur 3,4,8 et 11)
- Michael Grund (basse/percussions sur 8)
- Jochen (chant sur 5)
- Birgit (chant sur 5)


1. Intro
2. Dänzing
3. Crazy
4. Drive (grundfunken)
5. La Bomba (stop Apartheid World-wide!)
6. Elanoizan
7. Wave Mother
8. Paradise Walk
9. Euphoria
10. Vier 1/2
11. Good Life
12. November
13. Kd



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod