Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (249)

BOT'OX - Babylon By Car (2010)
Par SASKATCHEWAN le 23 Janvier 2011          Consultée 1142 fois

Un soir, on s’endort au coin du feu, les pieds confortablement nichés dans une paire de charentaises. Dehors, la belle campagne française résonne des hululements accablés du hibou. Une tranche de pain tartinée de rillettes vacille dangereusement au rebord de la fenêtre, en attendant d’être happée par le renard du canton. Les mânes du grand Napoléon Bonaparte veillent sur la belle Marianne assoupie.

Le lendemain matin, le chroniqueur se réveille le visage froissé, la dentelle du fauteuil imprimé en rouge vif sur la joue droite. Il s’étire, baille, se gratte le fondement, et jette un coup d’œil incertain par la fenêtre. Un fait étrange s’est produit pendant la nuit : une bonne grosse fournée de très bons albums d’électro française est tombée comme une giboulée au printemps. Les disques jonchent la cour ; l’un d’entre eux a même brisé net le rétroviseur de la 2CV. Celui-là s’appelle Babylon by Car, et renseignement pris, semble avoir été commis par un duo tout beau tout neuf : BOT’OX.

Non, je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler tout ce que la scène française a pu compter de duos talentueux. Le duo rythme l’histoire de notre beau pays depuis Astérix et Obélix (au moins). BOT’OX, ça sent bon, c’est tout, c’est le flair d’un trappeur de la boîte à rythmes qui parle (si vous voulez savoir comment un nez peut parler, lisez Le Nez, de Gogol). Déjà, un album qui parle de bagnoles, c’est lumineux, ça fait tout de suite dresser l’oreille aux connoisseurs.

« Ahah tunning, beauf, matérialisme, techno, démagogue, la honte ! »

Non M. Cliché, vous n’y êtes pas ! La voiture est la divine muse de l’électronique, et ce depuis ses première couches sales. Ça, BOT’OX l’a bien compris. L’album s’ouvre sur « Motor City », qui n’est pas sans évoquer les premiers développements du mythique Autobahn de KRAFTWERK (oui, carrément). Et puis, et puis, « Motor City » c’est aussi le surnom de Détroit, célèbre pour son industrie automobile, et pour avoir donné naissance au mouvement Techno, rien que ça. Face à de telles références, je m’incline bien bas et j’ôte mon chapeau de mousquetaire.

La suite de l’album fait honneur à son intro. Babylon by Car est la bande son idéale des longs trajets de nuit. C’est à la fois rythmé et apaisant, et toujours bien foutu. L’éventail de sonorités grappillé par Julien BRIFFAZ et Benjamin BOGUET est assez impressionnant. On passe de l’électro-house à la techno minimaliste sans s’en rendre compte. La guitare apporte une dose de vitamines non négligeable. Les nappes de synthés, rêveuses, les basses, modestes, sont les amortisseurs de cette grosse cylindrée qui file à toute allure sur une autoroute interminable.

BOT’OX accélère et décélère avec malice. « Overdrive » monte jusqu’à 130 ; « Slow Burn » ferme le disque sur un honnête 50 à l’heure. Certains titres, comme tous les longs trajets, ont quelques passages un peu monotones (« Crashed Cadillac », « Car Jacked »). « Tout passe, tout lasse, tout casse » brise un peu la dynamique de l’ensemble avec un motto pas très heureux (c’est vraiment la seule faute de goût qu’on peut reprocher à Babylon by Car). Mais ces quelques coups de mou sont vite oubliés face à un « Blue Steel » complètement envoûtant ou un « Rue de l’Arsenal » particulièrement inventif.

Dans la profusion des très bonnes sorties françaises de cette année en électro, Babylon by Car se démarque par sa richesse sonore et par ses influences parfaitement digérées. Il y a de la graine de champion chez ce duo-là, j’y mets ma main à couper. Encore quelques albums comme ça avant le jour de l’An, et je sors un remix de la Marseillaise à la TB-303.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


AIR
Le Voyage Dans La Lune (2012)
3, 2, 1, ignition !




MOHN
Mohn (2012)
Deux grands de la techno allemande s'associent.


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
   STREETCLEANER

 
   (2 chroniques)



- Julien Briffaz (arrangements électroniques)
- Benjamin Boguet (arrangements électroniques)
- Anna Jean (invitée, chant)
- Judy Nylon (invitée, chant)
- Mark 'bogus' Kerr (invité, chant)


1. Motor City
2. Bearded Lady Motorcycle Show
3. Blue Steel
4. Overdrive
5. Crashed Cadillac
6. Tout Passe, Tout Lasse, Tout Casse
7. Babylon By Car
8. Rue De L'arsenal
9. Car Jacked
10. Tragedy Symphony
11. Slow Burn



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod