Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK CELTIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Dropkick Murphys, Booze Brothers, Mr Irish Bastard, Bastards On Parade

The MAHONES - The Black Irish (2010)
Par GEGERS le 6 Février 2011          Consultée 1143 fois

Une pochette colorée de rouge et de noir, sombre et sanguinolente. Un nom de groupe en « The », un titre d'album en référence à l'assimilation des peuples irlandais exilés dans les communautés sud-américaines dans le courant du 19ème siècle... Pas de doute, THE MAHONES œuvre au service d'un punk-rock d'obédience celtique. Depuis plus de 20 ans, le groupe canadien roule sa bosse sur les scènes nord-américaines et européennes, sa popularité ne cessant de grandir depuis 2009 et une fameuse et fumeuse tournée en compagnie des Dropkick Murphys.

The Black Irish constitue la première réalisation studio du groupe depuis l'estimé Take No Prisoners (2006). Inutile de préciser que le groupe maîtrise parfaitement son propos, et offre une nouvelle fois un punk-rock celtique autant marqué par l'influence des Pogues que par celle des Waterboys, permettant au groupe de mêler énergie, hargne et douceur dans une fusion des genres sympathique, à défaut d'être originale. Il faut dire que, de plus en plus, le punk celtique semble se mordre la queue et tourner en rond. THE MAHONES n'échappe pas au phénomène : les morceaux proposés par le groupe donnent cette désagréable impression de déjà-entendu qui caractérise les sorties actuelles du genre. Ainsi, il semble possible d'isoler un schéma-type de l'album punk celtique, schéma que le groupe canadien applique parfaitement sur The Black Irish :

- Le titre d'intro qui dépote : en l'occurrence « A Great Night on the Lash ». Doté d'un refrain imparable et d'une énergie communicative, ce morceau constitue sans doute la meilleure réalisation de l'album. Punk et folk acoustique se mêlent dans ce titre qui s'impose dès la première écoute, malgré la voix limitée et presque désagréable du chanteur Finny McConnell ainsi qu'un mixage très approximatif, rendant quasiment inaudibles les interventions des instruments traditionnels (flûte, accordéon).

- Les chansons à boire, gratuites et n'ayant d'autre but que provoquer une irrésistible envie de taper du pied et lever le coude. « A Pain From Yesterday » appartient à cette catégorie, et ne propose rien de plus ou de moins que les 23976 morceaux basés sur un schéma totalement identique. Sympathique et anecdotique.

- Les reprises de traditionnels celtiques : en l'occurence « The Wild Rover », morceau que tout groupe de punk-celtique a repris au moins une fois dans sa carrière, les Booze Brothers s'étant fait les meilleurs représentants du "Vagabond sauvage", proposant une relecture de ce classique sur chacun de ses albums... Inutile donc de préciser que cette énième reprise fera peut-être lever le kiki des novices, mais laissera totalement dubitatif les autres.

- Les ballades folk : au nombre de deux sur cet album (« Girl With Galway Eyes », « Whiskey Under the Bridge »), elles n'offrent pas la sensibilité et la conviction nécessaires pour que l'auditeur se prenne au jeu...

- Les titres sombres et heavy, sortes de justificatifs de sérieux, les groupes de punk celtique prenant à cœur de prouver que s'ils aiment faire la fête, ils savent aussi manier leurs instruments et proposer des titres introspectifs et réfléchis. Et ils faut dire que c'est bien souvent cet exercice qui permet aux groupes de convaincre réellement. Mais si Fiddler's Green ou les Booze Brothers se sont faits maîtres en la matière, les MAHONES ne sont pas en reste : avec « The Blood is on Your Hand » et « Lord of the Dirty Hordes », le groupe se fait agressif tout en restant mélodique, gagne en crédibilité et en conviction. Au final, ces deux titres constituent, avec le punk « A Great Night on the Lash », les trois pépites qui permettent à l'album d'éviter le naufrage.

Handicapé par une production indigne, The Black Irish est donc un album de plus dans le giron punk-celtique, mais ne propose rien de différent ou de foncièrement meilleur lui permettant de s'extirper du lot. Un album qui devrait ravir les amateurs du groupe, mais qui laissera totalement indifférents ceux qui, comme votre serviteur, espèrent que ce style sympathique va finir par se remettre (ne serait-ce que légèrement) en question avant de tourner en rond jusqu'à s'éteindre...

A lire aussi en PUNK-ROCK par GEGERS :


IRISH MOUTARDE
Raise 'em All (2013)
Ensemble, réinventons le punk celtique !




PADDY AND THE RATS
Hymns For Bastards (2011)
Punk-rock celtique innovant. miracle !


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Finny Mcconnell (lead vocals, guitar, mandolin)
- Dom 'the Bomb' Whelan (drums, vocals)
- Katie Mcconnell (accordion, vocals)
- Sean Winter (banjo, mandolin, harmonica, vocals)
- Sean 'riot' Ryan (bass, vocals)


1. A Great Night On The Lash
2. Ghost Of A Whiskey Devil
3. The Wild Rover
4. A Pain From Yesterday
5. The Blood Is On Your Hands
6. Girl With Galway Eyes
7. The Shamrock Shore
8. Give It All Ya Got (or Forget About It)
9. Lord Of The Dirty Hordes
10. Whiskey Under The Bridge
11. Paint The Town Red 2010 – ‘the Fighter’ Mix (bonus
12. Here Comes A Regular (bonus Track)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod