Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-SOUL-R\'N\'B-REGGAE..  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Bruno MARS - Doo-wops & Hooligans (2010)
Par MARCO STIVELL le 20 Février 2011          Consultée 2016 fois

Qui de mieux que Bruno MARS, dont le patronyme entier est une association de pseudonymes (Peter Gene Hernandez en vrai), pouvait apporter un peu de chaleur à nos tristes automne et hiver européens ? Le portoricain né à Hawaii, après avoir oeuvré pour divers artistes (on se souvient notamment de la collaboration avec B.o.B, le titre "Nothin' on you"), publie enfin la suite à un EP et une poignée de singles, son véritable premier album. Le succès escompté (55000 exemplaires vendus rien qu'aux Etats-Unis), young Bruno n'aura eu que peu le temps de le savourer, car à l'heure où nous sommes il attend le jugement qui doit lui être rendu pour avoir consommé de la cocaïne, la première fois selon lui. Il est passible de plusieurs années de prison et d'une forte amende, espérons qu'il s'en sortira et en cas d'échec, remercions le ciel pour avoir eu cet album dans les temps.

Bruno MARS, chanteur à la voix en or, dans un registre médium-alto mais aux possibilités assez étendues - surtout en voix de tête - et qui n'est paraît-il que la partie immergée de l'iceberg (on lui connaîtrait une voix plus "sombre"), est un amoureux de pop-rock, de reggae, de r'n'b, de soul et, ô surprise, de doo-wop. Autant dire en grande partie des influences riches du côté "noir" de la Force musicale. Du doo-wop, on retient chez Bruno MARS surtout le côté chansons d'amour, les choeurs "wouhou" et l'emploi d'anatoles (soit des enchaînements d'accords Do-La-Fa-Sol ou Do-La-Ré-Sol) comme on peut le constater rien que sur "Grenade", mélangé avec un son pop et l'ensemble a tout pour séduire. Ce seul titre est un tube potentiel enivrant, porté par une mélodie et un refrain imparables, sans oublier des arrangements bien léchés ainsi qu'une voix des plus charmeuses.

Cependant, "réduire" la musique de Bruno MARS a de la pop gentille serait bâcler le propos car en dehors du doo-wop comme influence originale (pour un chanteur de variété), il y a Michael Jackson ("Just the Way you Are" entre autres), le r'n'b ("Grenade"), et bien sûr le reggae. La fleur de la Jamaïque, on l'hume à plein nez sur des morceaux tels que "The Lazy Song" (le reggae ensoleillé à la Jimmy Cliff), "Our First Time" ou encore "Liquor Store Blues", avec comme invité sur ce dernier ni plus ni moins que Damian Marley, le célèbre "fils du père béni" qui est un pilier du genre.

Mais ces titres gardent eux aussi un son pop, et surtout une efficacité prodigieuse à tous les niveaux. Beaucoup de morceaux de ce Doo-Wops & Hooligans ont cette empreinte tubesque qui saurait convenir à beaucoup de gens, aussi bien les amateurs de ces musiques noires que ceux de variété internationale. Peut-être encore plus ceux de variété internationale d'ailleurs, car les autres cités pourraient néanmoins se plaindre d'une trop faible prononciation du côté "roots".

Personnellement, je vois plutôt Bruno MARS et sa musique comme une bonne porte d'entrée à des musiques qui ne m'ont pas forcément séduit jusqu'à maintenant, le reggae en particulier, et je dois dire que cela fonctionne. Ceux qui font carrément une allergie aux fameux genres risquent en revanche de ne pas aller bien loin dans l'album (quoique ?). Chose qui serait bien dommage. Car comment résister à cette voix, ces musiques certes très léchées mais définitivement mémorables ? "Marry you", "Just the Way you Are" et "Somewhere in Brooklyn" ont tout pour lancer l'artiste sur les ondes internationales. "Talking to the Moon", aussi bien dans sa version normale que celle "allégée" avec piano acoustique proposée en bonus, reste un travail d'orfèvre pop-r'n'b, "Runaway Baby" a un bon gros son soul et un chant très michaeljacksonien (c'est un peu son "Beat it" à lui), "Count on me" un bel esprit feu de camp et des influences californiennes (j'y retrouve quelque chose de Jack Johnson), et "The Other Side" un super... tout ! Ce morceau, ces choeurs graves, ce refrain vibrant, c'est quand même la grande classe. Chapeau, mister MARS, et bien que je sache que vous ne venez pas de Mars comme vous le disiez au filles, merci pour cette gâterie (l'album) qui réchauffe les coeurs, mieux et moins dangereux qu'un alcool.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Elton JOHN
Wonderful Crazy Night (2016)
Jeune premier




Sally OLDFIELD
Celebration (1980)
Le disque pour vous célébrer, qui que vous soyez.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Grenade
2. Just The Way You Are
3. Our First Time
4. Runaway Baby
5. The Lazy Song
6. Marry You
7. Talking To The Moon
8. Liquor Store Blues
9. Count On Me
10. The Other Side
11. Somewhere In Brooklyn
12. Talking To The Moon (version Piano Acoustique)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod