Recherche avancée       Liste groupes



      
TECHNO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Robag Wruhme , Oxia
 

 Label Infiné (483)

AGORIA - Impermanence (2010)
Par SASKATCHEWAN le 18 Mars 2011          Consultée 1073 fois

AGORIA, c’est peut-être un détail pour vous, mais pour la scène techno française, ça veut dire beaucoup. Des Sébastien DEVAUD (le monsieur d’AGORIA, hein, on a compris), il en faudrait un par village, comme les clochers. Le co-fondateur du célèbre label Infiné anime depuis des années la capitale des Gaules, et aux dernières nouvelles, les Lyonnais ne se sont jamais plaints de cette profusion d’évènements et de sorties électroniques. D’ailleurs si on jette un coup d’œil sur la jaquette d’Impermanence, son dernier album, on peut remarquer un discret logo de la Région Rhône-Alpes.

Oh mon Dieu… non… attendez… Un album de techno subventionné par une institution française ! C’est un miracle ! Une nouvelle nuit du 4 août ! Fuyez hobereaux de tout poil, le Trèsor Public abreuve les drogués et les asociaux ! Non, plus sérieusement, ça fait plaisir de voir que nos impôts ne servent pas qu’à installer des caméras aux carrefours. D’ailleurs je me suis toujours demandé qui pilotait ce genre de gadgets. Y a-t-il un singe à cymbales derrière chaque terminal de vidéosurveillance ? La question mériterait d’être posée à l’Assemblée, rien que pour voir comment le traducteur en langage des signes exprime le concept de singe à cymbales.

En attendant de voir un pauvre homme grimaçant et tapant des mains dans le coin inférieur droit de votre écran, vous pouvez toujours essayer de jeter une oreille sur Impermanence, ça ne mange pas de pain. Vous y trouverez du très bon… et du moins bon. Après dix ans de carrière, AGORIA se trouve à la croisée des chemins, quand un DJ doit décider s’il doit appliquer la même recette jusqu’à la fin de ses quarante et unes annuités, ou s’il doit se lancer sur la voie de l’expérimentation le poignard entre les dents. Impermance est un peu le résultat de ce questionnement existentiel ; AGORIA semble hésiter beaucoup, et finalement, ne choisit rien.

On retrouvera donc à la fois de la Techno assez classique et des compositions plus inhabituelles. Le piano, le violoncelle, font des apparitions remarquées, qui tempèrent un peu le naufrage des chanteurs/chanteuses. KID A oscille entre le timbre de CŒUR DE PIRATE (« Kiss My Soul ») et celui de Sinéad O’CONNOR (« Heart Beating »), sans jamais sublimer les morceaux sur lesquels elle apparaît. Les paroles, dans le plus pur style « petit-anglais-électro », n’arrangent rien. La palme revient à Carl CRAIG sur « Speechless », qui pose ses intonations lascives sur un beat à peine digne d’illustrer un va-et-vient pornographique.

Les meilleurs morceaux d’Impermanence sont ceux qui font l’économie d’un invité. DJ Techno reconnu, AGORIA excelle dans les longues montées en puissance et les détours synthétiques. « Panta Rei », « Grande Torino » et « Libellules » font tout trois la synthèse d’une techno douce à la française, entre influences américaines et explorations inédites. « Grande Torino », en particulier, parvient à distiller une mélancolie inattendue sur fond de percussions boisées.

Impermanence s’appuie trop souvent sur des invités défaillants, et c’est là son principal défaut. L’ouverture vers la musique de chambre était une excellente idée, surtout le traitement technoïde du piano en intro de « Kiss My Soul », mais l’essai est bien trop timide pour imprimer sa marque à l’album dans son ensemble. Reste la bonne vieille Techno de derrière les fagots, qui limite la casse en attendant qu’AGORIA parviennent à redéfinir son identité sonore. Pas facile-facile, et plutôt courageux de sa part, il faut bien l’admettre.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


Amon TOBIN
Chaos Theory (2005)
Amon tobin vs. sam fisher




APHEX TWIN
Digeridoo (1992)
Richard au pays des kangourous


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Sébastien 'agoria' Devaud (arrangements électroniques)
- Sylvain Rebut-minotti (invité, arrangements)
- Nicolas Colas (invité, arrangements)
- Amélie Bouard (invitée, violoncelle, choeurs)
- Nzeng (invité, cor)
- Kid A (invitée, chant)
- Seth Troxler (invité, chant)
- Carl Craig (invité, chant)


1. Kiss My Soul
2. Souless Dreamer
3. Panta Rei
4. Simon
5. Speechless
6. Grande Torino
7. Heart Beating
8. Little Shaman
9. Under The River
10. Libellues



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod