Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP FRANçAIS  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Akhenaton
- Style + Membre : Iam

SHURIK'N - Où Je Vis (1998)
Par MARCO STIVELL le 3 Août 2011          Consultée 2764 fois

Le rap français, ou la musique que l'on catégorise et sur laquelle on tire plus vite que son ombre. Pourtant, et je ne vais pas prendre un raccourci facile en disant qu'il y a les "plus" et les "moins", mais comme dans tous les genres, il y a de vrais artistes, d'excellents artistes. Passé le cap d'un chant invectivé assez déroutant, et aussi un peu celui du genre de rappeurs que les radios ont tendance à matraquer (à notre époque en France c'est plus Booba que IAM, soyons honnêtes), on trouve facilement des perles, aussi bien du côté de la chanson que de ceux qui la font. SHURIK'N est de ceux-là.

Geoffroy Mussard de son vrai nom, SHURIK'N le malgacho-réunionnais d'origine s'est très vite intéressé au rap et tout aussi rapidement fait un nom au sein d'une des têtes de gondole du genre en France : IAM, les mêmes marseillais cités plus haut. Tout amateur de bon rap français a au moins L'Ecole du Micro d'Argent dans sa discothèque, même si IAM ne se résume pas à ce grand disque. Néanmoins son succès aura permis à chaque membre de vaquer à ses petites occupations, de concrétiser des désirs personnels. Akhenaton aura la renommée qu'on connait, mais SHURIK'N jouiera aussi d'une belle acclamation avec Où je Vis (double disque d'or), et on peut dire que c'est mérité.

Dès son entrée dans IAM, SHURIK'N s'est démarqué de ses petits collègues (plus grands que lui en taille en fait). En effet alors qu'eux ont puisé dans l'ancienne Egypte pour choisir leurs noms d'artistes, SHURIK'N a d'emblée affirmé sa passion pour une région située beaucoup plus à l'est. Adepte du taoïsme, pour le moins très discipliné en arts martiaux, Geoffroy connait (entre autres) sa Chine et son Japon sur le bout des doigts. Il a osé le parallèle avec le rap, affirmant que pour lui c'est un art martial comme un autre, défend qu'il est lui aussi très bénéfique pour la conduite et l'esprit (extrait de Wikipédia). C'est cette démarquation qui en fait un personnage immédiatement attachant.

Mais pas seulement car SHURIK'N est doté d'une grande personnalité musicale. Contrairement à leurs confrères d'NTM, IAM n'a jamais affirmé de "nique la police" et bien que contestataires (c'est dans la nature du rappeur), lançant des paroles invectivées, ils passent pour de gentils rappeurs. Même si j'apprécie le groupe dans son ensemble, SHURIK'N est celui pour lequel j'ai toujours eu la plus grande admiration. Pour commencer, il a une belle bouille (non, je ne suis pas homo). Ensuite, il a une super voix. Il ne s'en sert pas assez pour chanter - chose qu'il sait très bien faire -, par contre lorsqu'il déclame ses paroles, son flow est tel que même s'il le fait rapidement, on comprend bien ce qu'il dit. Sa diction est parfaite, on sent le rappeur qui bosse et a de l'expérience. Ceci dit juste pour le fun, son accent marseillais n'est pas à couper au couteau, comme c'est le cas de Freeman (ex-IAM) ou le frère de Geoffroy, Faf Larage. Ce n'est pas un hasard si je les cite, ils figurent tout deux sur Où je Vis, en featuring sur deux morceaux chacun, et Akhenaton aussi sur un, sans oublier 3ème Oeil et Sat de la Fonky Family.

SHURIK'N a aussi ça d'attachant qu'il fait vivre son amour pour l'Extrême-Orient dans sa musique. S'il n'en a pas trop la liberté avec IAM, il se lâche pour Où je Vis. Ainsi, les sempiternelles rythmiques assénées sur les temps forts de la musique côtoient les bons vieux samples d'instruments parfois classico-orchestraux (comme dans ceux de "Lettre", "Manifeste", "Sûr de Rien" ou "Samurai"), mais aussi ceux d'instruments de l'Extrême-Orient come le koto (harpe japonaise), le shamisen (violon à cordes frappées japonais), la flûte chinoise ou le shakuhachi (flûte en bambou japonaise). C'est original et en même temps assez délicieux. Où je Vis prend le temps d'installer ces ambiances sur bon nombre de titres ("Mon Clan", "Lef", "Oncle Shu" et son kiaï amusant) et l'on s'en délecte facilement. Pour continuer sur le plan strictement musical, les autres samples sont à la fois simplistes et excellents, et la voix de la trop rare Sista Micky sur "Y a Pas le Choix" même dotée d'une certaine fêlure, nous fait presque regretter que l'album ne soit pas plus chanté.

Côté textes cette fois, Où je Vis est, à l'instar de 80 % des albums de bon rap français, assez sombre. La pochette nous annonce déjà ce décalage entre le rappeur et sa ville illuminée. SHURIK'N parle ici des difficultés que rencontrent beaucoup dans ces villes ("Lef", initiales référence au symbole de la République Française, "Esprit Anesthésié", "Où je Vis" et bien d'autres), à l'école ("Samurai"), les rêves déchus quelque soit le bord (le superbe "J'Attends"...), nous fait part d'un retour sur soi émouvant ("Mémoire", "Les Miens")... Chaque chanson est porteuse d'un message lourd de sens, et l'on retient toujours un groupe de vers ou un refrain marquant, quand ce n'est pas l'ensemble ("Lettre"). "Oncle Shu" est le morceau sur lequel SHURIK'N fait le plus part de ses convictions martiales, et l'on remarque que ce titre lui convient parfaitement en guise de surnom. Le tout se conclue en beauté et on peut le dire, élégance avec "Manifeste" ainsi que le titre rajouté lors de la réédition du disque en 2000 et qui en est devenu un des essentiels : "J'lève mon Verre". Cette peinture de moult situations connues par les hommes, aussi différentes les unes des autres, négatives ou positives est susceptible d'émouvoir plus d'un anti-rap et de devenir avec le temps le meilleur texte de l'album.

Je suis très heureux d'avoir pu donner mon avis concernant ce disque d'un rappeur qui, l'un comme l'autre, son devenus mes préférés dans le milieu français. S'il est vrai que le rap deviendra difficilement un genre acclamé de manière unanime, il reste des albums justes et pleinement vibrants comme celui-ci (à tous les niveaux), qui peuvent facilement rejoindre ce que l'on doit en retenir de meilleur. A classer aux côtés des meilleurs IAM.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par MARCO STIVELL :


The STREETS
Computers And Blues (2011)
Fin de carrière en beauté




IAM
...de La Planète Mars (1991)
Revanchard et funky


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Shurik'n (rap)
- + Faf Larage (rap)
- Freeman (rap)
- 3ème Oeil (rap)
- Sista Micky (chant)
- Akhenaton (rap)


1. Samuraï
2. Où Je Vis
3. Lef
4. Mon Clan
5. J'attends
6. Fugitif
7. Les Miens
8. Rêves
9. Mémoire
10. Esprit Anesthésié
11. Lettre
12. Oncle Shu
13. Sûr De Rien
14. Y'a Pas Le Choix
15. Manifeste
16. J'lève Mon Verre



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod