Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Paul Mccartney
 

 Elvis Costello Homepage (156)

Elvis COSTELLO - This Year's Model (1978)
Par GUY LIGUILI le 18 Juin 2011          Consultée 1674 fois

En 2011, Elvis Costello est devenu copain avec tout le monde : Bruce Springsteen, Roy Orbison, Allen Toussaint, Burt Bacharach, Paul McCartney. C'est bien simple, dès qu'il y a un vétéran du blues, du rock ou de la country à célébrer, vous pouvez être certains que Declan Patrick Aloysius MacManus est dans le coin.
En 1978, il n'en était pas de même, il disait du mal de tout le monde et s'était même fait frapper par Bonnie Bartlett pour avoir insulté Ray Charles.
Tout ça pour vous situer le contexte dans lequel est sortie This Years Model, cette bombe à fragmentation. Son précédent album, My Aim Is True, était déjà hargneux, mais CLOVER, le groupe qui l'accompagnait (et qui accompagnera Huey Lewis) était trop classique. Heureusement que Jake Riviera, son manager, avait eu la sublime idée, en cette funèbre année 1977, de le rebaptiser Elvis et de faire une campagne publicitaire sur le thème « Elvis is back ! ».
Pour « This Years Model » il a enfin trouvé des musiciens du niveau de ses textes et de sa musique et avec lesquels il jouera des années durant, The Attractions et un grand producteur, Nick Lowe.

Ça commence avec « No Action », un rock vigoureux où entre méchanceté gratuite et jalousie, le narrateur persécute au téléphone une jeune femme qu'il juge pourtant aussi sensuelle que le bakélite du combiné téléphonique.
Dans « This Year's Girl » il s'attaque à la fille de l'année, la starlette qui sera « plutôt oubliée que perdue » et devant laquelle il est inutile de s'encombrer de « bonnes manières et de grammaire anglaise », le tout sur une superbe mélodie et un morceau entrainant.
« The Beat » est le morceau qui tue, avec une partie de basse et une partie d'orgue jouissives. Quand au texte, il est assez confus mais une chose est claire il n'est pas bienveillant.
Le texte de « Pump It Up » est assez verbeux mais le thème est clair : la coke, qu'il n'arrête pas de pomper avec ses narines pour arriver à composer ce rôle de « grand méchant Costello », imposé par son manager. Le morceau est obsédant avec sa basse répétitive, exténuant et c'est le premier grand classique de l'album.
Je n'ose à peine imaginer ce que sont ces « Little Triggers » que la jeune fille fait avec sa langue afin de calmer le narrateur, toujours est-il que, musicalement, le morceau, sur un rythme de valse, est plus détendu.
Sur un riff de guitare, d'orgue et de basse fortement inspiré du « The Last Time » des Stones, Costello déclare qu'il ne veut pas d'une fille qui lui dise « You Belong To Me », de toutes façon, c'est clair, « il n'est pas un gentil toutou et il ne veut de personne ».
Ceci ne l'empêche pas de promettre à la dulcinée de « Hand In Hand » que « s'il chute, il compte bien l'entrainer avec lui, qu'il ne compte pas du tout s'excuser, qu'il ne lui demande pas qu'elle le pardonne et qu'il n'est nul enfer où elle pourrait le mener qu'il ne connaisse déjà ». Programme alléchant, n'est-ce pas ? En attendant l'intro est bizarroïde et l'orgue s'amuse à faire des citations discrètes du « Runaway » de Del Shannon.
Second classique absolu de l'album « (I Don't Want To Go To) Chelsea » se distingue d'entrée par une intro de batterie inoubliable, suivie de l'arrivée de la basse aussi mémorable. Le thème du morceau est sans ambiguïté, il ne respecte même pas Chelsea, ses punks d'apparat et ses « This Year's Models », ce qui en 1978 est assez gonflé.
« Lip Service » est un rock agréable sans être mémorable où, pour ne pas changer, il est odieux avec une jeune fille (qui l'a repoussé) en lui disant « qu'il ne la désire que du bout des lèvres (limite pour lui faire plaisir) mais qu'elle peut lui écrire si elle change d'avis » (Super technique à essayer quand on se prend un râteau).
Avec « Living In Paradise », c'est basse-orgue sur une rythmique ska : la formule gagnante. Cela donne un morceau qui tourne bien, qui reste bien en tête avec un texte obscur et malsain, où le « héros » semble jaloux d'une fille au corps de rêve, qui couche, semble-t-il avec pas mal d'homme, sans que l'on sache s'il s'agit de la petite amie du protagoniste où s'il n'est qu'un voyeur érotomane.
« Lipstick Vogue » nous fait prendre conscience que sous cette méchanceté, cette aigreur, se cache un homme qui souffre tellement qu'il juge que « l'amour est une tumeur qu'il faut s'arracher ». En attendant l'intro de batterie rend ce morceau indispensable, une fois de plus.
« Night Rally » est le dernier morceau de l'album version britannique et sonne un peu comme un morceau bonus car il n'est pas totalement dans l'ambiance de l'album. C'est un bon morceau qui pose deux problèmes dont un, de taille, qui explique son absence de la version US. La première est que le texte est assez obscur et semble parler de fascisme, de réunions nocturnes pouvant évoquer le KKK, celle de taille est un passage où il est question de « chanter sous la douche », ce qui, en lien avec le sujet est de très mauvais goût.

Depuis Dylan 1965 et « Positively 4th Street » on avait rarement vu aussi hargneux.
Depuis 1966 et les Stones de « Under My Thumb » on avait jamais vu autant de morgue et de misogynie.
Depuis 1969 et la fin des Beatles on avait entendu d'aussi bonnes mélodies.
Depuis les Who de 1965-1969, on avait jamais entendu aussi bon batteur et aussi bon bassiste au service d'aussi bonnes chansons.
En 1998, le magazine Rolling Stone a désigné This Years Model 98ème meilleur album sur 500.

A lire aussi en ROCK par GUY LIGUILI :


Elton JOHN
Honky Chateau (1972)
Elton s'encanaille au château

(+ 1 kro-express)



The SHAGGS
Philosophy Of The World (1969)
Ed woodettes (1 ou 5 mais pas entre les deux)


Marquez et partagez





 
   GUY LIGUILI

 
  N/A



- Elvis Costello (guitare, chant)
- Steve Nieve (claviers)
- Bruce Thomas (basse)
- Pete Thomas (batterie)
- Nick Lowe (production)
- Roger Bechirian (ingénieur du son)


1. No Action
2. This Year's Girl
3. The Beat
4. Pump It Up
5. Little Triggers
6. You Belong To Me
7. Hand In Hand
8. (i Don't Want To Go To) Chelsea
9. Lip Service
10. Living In Paradise
11. Lipstick Vogue
12. Night Rally



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod