Recherche avancée       Liste groupes



      
GARAGE ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Myspace (235)

Yussuf JERUSALEM - A Heart Full Of Sorrow (2010)
Par JOVIAL le 1er Novembre 2011          Consultée 1393 fois

L’habit ne fait pas le moine disait un mec. Et il avait bougrement raison ce con. Tenez, prenez par exemple la dernière trouvaille de Born Bad Records, Benjamin Daures et son projet YUSSUF JERUSALEM : à première vue, on a la triste impression de se retrouver en face d’un énième groupe de black metal français, tout droit remonté de sa cave putride de Saint Ouen, gueulard et dégueulasse, ironiquement passionné par le Moyen Âge et les croisades de nos amis les Templiers. Mais non, comme disait l‘autre : l’habit ne fait pas le moine, et YUSSUF JERUSALEM n’est ni plus ni moins qu’un énième groupe de garage rock, comme Lutèce en compte par centaines aujourd’hui. Mais attention, si le gars est signé chez Born Bad Records, c’est forcément que c’est un bon, un qui mérite que l’on s’attarde sur son premier album, A Heart Full of Sorrow, qui nous réserve, je vous le promets, quelques bonnes petites surprises.

A Heart Full of Sorrow est en quelque sorte le manifeste du style YUSSUF JERUSALEM : une musique énergique mais aussi très crade, directe, sans chantilly, façonnée des seules mains de Benjamin Daures. On pourra aussi s’amuser à recenser les multiples influences qui s’y recoupent, mais personnellement je m’en branle un petit peu, même si je l’avoue, j’ai pensé aux Smiths en l’écoutant pour la première fois. De toute façon, et c’est certain, on pensera tous la même chose : les morceaux regroupés sur ce disque, on a directement l’impression de les avoir déjà entendu chez quelqu’un d’autre. « Multicolor » et « The One You Really Want » en particulier n’ont vraiment rien d’original, c’est simpliste, c’est du vu et revu, ça n’a vraiment rien de personnel. Mais il faut bien s’avouer que ça envoie quand même sévère : « We Ain’t Coming Back » et son riff à réveiller ta grand-mère morte l’année dernière ; les très épiques « A Heart Full of Sorrow » et « The End of Tomorrow » ; « Greetings From Novi Sad », souvenir assez prenant d’une tournée en Serbie (durant laquelle YUSSUF JERUSALEM fut dans les émeutes de Belgrade, au moment de l’indépendance du Kosovo) sont toutes plus excellentes les unes que les autres. « The One You Really Want » donne quant à elle dans le folk mélancolique, qui sent le vide, la triste réalité des relations éphémères, qui personnellement me touche également beaucoup. Plus inattendue, cette reprise de « With You In Mind » de Marianne Faithfull frappe également très fort, évitant parfaitement le côté cul-cul de l’original.

Côté négatif de cet album, c’est le son. C’est vraiment, mais vraiment, dégueulasse, et on regretterait presque durant les premières écoutes que Benjamin Daures ne sache pas se servir d’une table de mixage. Certes, ça fait son petit effet sur la majeure partie du disque, mais sur un morceau comme « The One You Really Want » et ses parasites sonores, volontaires ou non, ça devient très vite gonflant. N’est pas Sonic Youth qui veut mon ami. Ni Darkthrone non plus d’ailleurs. Bah oui, parce qu’en bon fanatique de black metal, le bonhomme n’a pas pu s’empêcher de nous pondre un morceau du genre, avec le seigneur « Gilles de Rais » . S’il reconnaît lui-même qu’il s’agit d’un morceau honnête et non d’une provocation, il aurait tout de même pu s’abstenir d’enregistrer un truc aussi pourrave et inaudible, que même mes amis black metalleux* trouvent absolument merdique. Enfin dernière petite déception, « Jihad », débordante de malsanité, est malheureusement beaucoup trop courte, alors qu’elle aurait pu être vraiment détonante si développement il y avait eu.

Tout le monde n’aimera pas ce premier effort de YUSSUF JERUSALEM, c’est certain. De mon côté, je reconnais avoir passé de très bons moments en l‘écoutant, malgré les quelques défauts cités plus haut. Un second album devrait sortir d’ici peu de temps, et ce que j’espère, c’est qu’il soit juste un peu plus personnel, que Benjamin Daures réussisse à digérer toutes ses influences et en recracher quelque chose d’encore meilleur. Comme disait encore un autre mec : « wait and see … »

*J’me suis quand même renseigné auprès de spécialistes du style avant de dire des conneries.

A lire aussi en PUNK-ROCK par JOVIAL :


The MONKS
Black Monk Time (1966)
Moines terroristes !




CHEVEU
Cheveu (2008)
Quand les Français savent faire de la musique ...


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
   MONSIEUR N

 
   (2 chroniques)



- Benjamin Daures (tout)


1. We Ain't Coming Back
2. Multicolor
3. The End Of Tomorrow
4. The One You Really Want
5. A Heart Full Of Sorrow
6. Greetings From Novi Sad
7. Jihad
8. Gilles De Rais



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod