Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ALTERNATIF/PUNK  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Metal Urbain
 

 Born Bad Records (252)

Les OLIVENSTEINS - Les Olivensteins (2011)
Par RED ONE le 27 Juin 2011          Consultée 2176 fois

Hormis METAL URBAIN, aucun des premiers groupes de punk 100 % made in France nés à la fin des années 1970 n'a réellement survécu aux affres de la tragique année 1979. Et encore, METAL URBAIN, ça se discute. Mais bon c'est un autre sujet ... Parmi, ces groupes, des noms oubliés tels que ASPHALT JUNGLE, STARSHOOTER, ou bien encore Les OLIVENSTEINS. Tiens, c'est qui eux ? Drôle de nom n'est-ce pas ? Tirant son nom d'un célèbre psychanalyste spécialiste des drogues de l'époque, Les OLIVENSTEINS, c'est un groupe de punk français formé à Rouen en 1978 autour des frères Gilles Tandy (chant) et Eric Tandy (textes). Le line-up du groupe va quelque peu varier durant sa très courte histoire, mais le noyau dur du groupe reste Gilles Tandy, à la voix si particulière, entre glam rock provocant et punk britannique old school à la SEX PISTOLS.

La carrière du groupe fut météorique : formé en 1978, le groupe sort une poignée de singles en 1979 mais échoue à convaincre un label de lui permettre d'enregistrer un premier album studio. Le groupe finit par s'auto-dissoudre en 1980 dans l'indifférence générale. Gilles Tandy tente ensuite de fonder de nouvelles formations dans le même style que celui des OLIVENSTEINS : ce seront les GLOIRES LOCALES, à l'existence plus qu'éphémère, et puis ensuite les RYTHMEURS, qui sortiront quand même un 45 tours chez New Rose. De nos jours, une reformation des OLIVENSTEINS est évidemment totalement à exclure, tous les membres étant passés à autre chose dans leur vie. Sauf que voilà, même si le groupe a connu un bref succès d'estime en 1979 et que depuis, peu de gens se souviennent d'eux, il faut quand même se rendre compte du génie avant-gardiste que déployait le combo pour l'époque : un son rageur précurseur de la new wave par certains aspects, des guitares garage mais déjà totalement punk, une basse ronflante aux rythmiques groovies et surtout, surtout, la voix de Gilles Tandy. Clode Panik de METAL URBAIN me ferait presque pitié à côté de ce frontman à la voix pleine d'outrage et d'irrévérence, comme remplie de venin.

De même côté texte, ça y allait plutôt sévère avec une provocation à toute blinde : "Fier de ne rien faire", "Euthanasie", "Pétain Darlan, c'était le bon temps", "Patrick Henry" ... le groupe ose tout (même prendre la défense d'un tueur d'enfants) car à cette époque, il est de bon ton de tout se permettre. En ce temps là, les punks ne sont pas vraiment engagés politiquement (hormis The CLASH) comme le seront leurs petits frères des années 1980. Ils préfèrent critiquer gratuitement, user de la provocation pour faire chier le monde sans but précis, et souvent, ça fait mouche. Rien que le nom de nos chers oiseaux, les OLIVENSTEINS, est une provocation en lui-même. Le personnage concerné, Claude Olievenstein, n'a d'ailleurs pas particulièrement apprécié la plaisanterie et a tout mis en oeuvre pour faire cesser les activités du groupe. Et il faut croire que ça a marché, puisque sa plainte a eu de l'influence sur la séparation du groupe.

Alors pourquoi reparlons nous des OLIVENSTEINS en 2011 ? Et bien tout simplement parce qu'un label punk parisien fort sympathique, Born Bad Records, a purement et simplement décidé de ressortir le groupe de l'oubli et de publier enfin, après des années de refus de la part des anciens membres du groupe, une compilation des OLIVENSTEINS. Les chansons des Normands étaient jusqu'à présent introuvables dans le commerce, hormis chez les collectionneurs de 45 tours. C'est de cette compilation dont il est question ici. Attention, il s'agit bien d'une vraie compilation, et non d'un album studio posthume réalisé artificiellement à partir de vieilles pistes mises bout à bout, comme le fut en son temps Les Hommes Morts Sont Dangereux de METAL URBAIN. Ici sont compilés les trois singles du groupe, quelques démos de ces mêmes titres, un ou deux inédits et des extraits live. Quelques unes de leurs chansons connues sont absentes, comme "Petain Darlan, c'était le bon temps", mais bon, le label a du aussi se contenter de ce qui avait survécu aux ravages du temps dans les réserves poussiéreuses de vieilles bandes magnétiques.

Le son a beaucoup vieilli sur certaines pistes, certes. Mais quelle jouissance de redécouvrir ces chansons méchantes, pleines de hargne et de provocation gratuite. Musicalement, ça envoie du lourd, les riffs sont affutés comme des lames de scalpels et les lignes de basses sont assez recherchées pour du punk, fut-il garage. Ca et là, quelques effets électroniques nous rappellent l'époque d'expérimentation que traverse le rock en France dans les années 1970 et sont comme une sorte de clin d'oeil discret au groupe français majeur de l'époque, METAL URBAIN. Les pistes démos sont en revanche plus difficiles d'accès que les extraits de singles, le groupe jouant souvent faux et sur des tonalités différentes des versions singles, le tout dans un brouhaha cacophonique délirant. Mais tout ça sent la violence à plein nez, et rapidement, on se prend au jeu. Si cet album n'est, en apparence, pas très homogène et un peu décousu, il nous permet réellement de nous replonger avec délectation dans l'univers sans compromis de ce groupe hors normes, malheureusement trop vite disparu.

Il était nécessaire que, la fin du monde approchant à grand pas (ou pas ?), les jeunes générations de punks français se souviennent de ce qu'elles doivent aux OLIVENSTEINS. Il était nécessaire qu'après autant de temps passé dans l'oubli, ces titres au contenu sulfureux et très corrosif ressortent de l'oubli afin que nous ne mourrions pas idiots. Les OLIVENSTEINS sortent un album en 2011 ? Génial ! Ca faisait plus de trente ans qu'on attendait ça !

A lire aussi en PUNK-ROCK par RED ONE :


GBH
Perfume And Piss (2010)
GBH, plus massif que jamais...




BLACK FLAG
Loose Nut (1985)
ANNIIIIIIIHILAAAATE !!!!!


Marquez et partagez







 
   RED ONE

 
  N/A



- Gilles Tandy (chant)
- Vincent Denis (guitare)
- Alain Royer (guitare)
- Alain Potier (guitare, basse)
- Bitos (basse)
- Philippe Bailly (batterie)


1. Fier De Ne Rien Faire
2. Euthanasie
3. Je Suis Négatif
4. J'ai Craché Mes Amidales
5. Je Hais Les Fils De Riches
6. Patrick Henry
7. Fier De Ne Rien Faire (demo)
8. Euthanasie (demo)
9. Le Spécialiste
10. La Nuit Tragique
11. Olievenstein Je T'ai Dans Les Veines (live)
12. Vivement Que Je Sois Vieux (live)
13. Je Hais Les Fils De Riche (live)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod