Recherche avancée       Liste groupes



      
SHOEGAZE / DREAM POP  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Slowdive
 

 Guide Shoegaze (113)

ALISON'S HALO - Eyedazzler 1992-1996 (1997)
Par SEIJITSU le 4 Décembre 2011          Consultée 1214 fois

L’émotion en musique.

Cette donnée si rare qu’on cherche désespérément au fur et à mesure que notre culture musicale (et donc notre exigence) augmente. On aura beau jouer aux critiques sûr de nous, toujours à la recherche de la moindre parcelle d’innovation dans ce que nous écoutons, ou bien de la moindre trace de ce quelque chose qu’il est toujours bon de qualifier d’expérimental ou d’avant-gardiste alors que la frontière avec le grand n’importe quoi reste finalement assez fine, la finalité reste la même. Nous recherchons finalement ce qui nous remue les tripes.

Qui connait ALISON’S HALO et surtout, qui s’en soucie ? Ma chronique est condamnée à sombrer dans les abimes du site mais si j’écrivais pour être lu, je ne perdrais pas mon temps avec eux et je m’attellerais immédiatement à la rédaction d’une critique sur le dernier KESHA (ou KE$HA pour les plus pointilleux, ce qui renforce cette impression qu’elle ne fait qu’une musique sans profondeur, faites pour plaire et donc, juste apte à remplir les poches de certains).

Alors oui, c’est encore du shoegaze et je risque d’être élogieux souvent avec les groupes de cette scène. Mais comme je suis le seul à m’intéresser à ce courant et qu’il faut bien que quelqu’un s’y colle, me voilà.
Pourquoi chroniquer une compilation déjà ? Tout simplement parce que ce groupe, comme beaucoup d’autres, n’a jamais eu l’occasion de sortir d’albums mais seulement des EP à cause d‘un manque de reconnaissance que soit de la part du public et des critiques.
Originaire de l’Arizona, il constituait avec LOVESLIESCRUSHING et quelques autres (dont il faudrait bien que j’en parle ici un jour) une petite scène locale bannie de la mémoire de beaucoup aujourd’hui, même si quelques uns ont eu la bonne idée de la faire connaitre via ce formidable outil qu’est l’internet.

Ce qui rend cette compilation exceptionnelle, c’est qu’elle ne souffre pas des incohérences qui sont le trait principal de ce genre de disque. Il est homogène et les chansons se suivent sans donner l’impression qu’elles n’ont aucun liens entre elles. Il reste la musique, ce shoegaze gracieux dont les musiciens capables réussissent à le rendre passionnant avec une maitrise instrumentale pourtant quelconque.
La section rythmique est là pour jouer son rôle, c’est-à-dire porter ces chansons vers les sommets tout en laissant la place aux dialogues entre le brouillard de guitares, les notes cristalline de la basse et la voix tellement touchante car personnelle de Catherine Cooper.

Des grands moments, il n’y a que de ça sur ce disque. Le tonnerre des guitares couplés aux voix venues d’ailleurs sur « Chime », la grâce immortelle de « Slowbleed » entre ses moments intimistes et la furie des guitares (l’influence sur le post-rock est particulièrement voyante). Quand à la mélodie de « Leech », elle ferait fondre le cœur de n’importe quel guerrier viking assoiffé de sang.

Vous trouvez que j’en fais trop ? Ecoutez donc ce disque et osez dire qu’il n’y avait pas quelque chose ici.. Vous savez ? Ce petit détail qui nous fait dire que tel groupe était grand, alors qu’ils jouaient comme leurs pieds. Ce machin qu’on appelle le feeling, l’âme ou je ne sais quoi encore. Cette composante si insaisissable qui renforce l’aura des chef d’œuvres.

Cette chronique traine de toute façon en longueur. Ce pavé que je suis obligé d’écrire juste pour vous convaincre de vous intéresser à ce groupe, alors que j’aurais pu tout simplement le résumer en quelques mots : la sincérité, l’authenticité, l’émotion, la beauté (sans la guimauve) et la maladresse tellement voyante qu’elle en devient touchante (Catherine Cooper hésite entre son chant de petite fille et celle d’une jeune femme), tout ceci, est regroupé ici.

A lire aussi en POP par SEIJITSU :


The BOO RADLEYS
Kingsize (1998)
Ce n’est qu’un au revoir…




PALE SAINTS
The Comforts Of Madness (1990)
Folie douce.


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Catherine Cooper (chant, guitare)
- Adam Cooper (guitare)
- David Rogers (basse, chant)
- Roger Brogan (batterie, percussion)


1. Raindrop
2. Wishes
3. Melt
4. Chime
5. Always April
6. Slowbleed
7. Torn
8. Leech
9. Sunshy
10. Chalkboard James
11. [strand Of Paul (live) / Calendar (live)]



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod