Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUES FOLKLORIQUES  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Membre : Didier Squiban
- Style + Membre : Carlos Nuñez , Dan Ar Braz , Alan Stivell

NUIT CELTIQUE - Nuit Celtique 2 (2003)
Par MR. AMEFORGEE le 31 Janvier 2005          Consultée 7780 fois

Fort du succès de l’an passé, la Nuit Celtique retrouve avec plaisir le chemin du Stade de France, reprenant la formule du premier spectacle et se déroulant à la même date : 15 mars, jour de la Saint Patrick.
Comme il se doit, on retrouvera un nombre impressionnant d’artistes venus d’un peu toutes les terres celtiques, avec cette année la région des Asturies, voisine de la Galice, en invitée d’honneur. En plus des bagadoù, des pipe bands, des danseurs folkloriques, des chœurs, on trouve cette fois l’Orchestre du Festival Interceltique de Lorient et parmi les grands noms : le grand pontife Alan Stivell, le petit chaperon rouge Sinead O’Connor, le virtuose de la cornemuse Liam O’Flynn, ainsi que le chanteur Denez Prigent, les instrumentistes André le Meut, John Kenny ou encore Carlos Nuñez pour une seconde année consécutive.

Dans l’ensemble, le spectacle est meilleur que l’année précédente, car les parties folkloriques, le gros de la représentation donc, sont bien moins austères : l’orchestre ajoute sa touche de lyrisme aux déferlements des cornemuses, certaines formations intègrent une section de cuivres, aux vertus également adoucissantes, le chœur gallois, très bon, est également davantage sollicité, et avec raison, car il s’agit d’une des meilleures parties ou tout du moins l’une de celles que je préfère. Ainsi, les parties folkloriques tiennent plutôt bien la distance, moins lassantes que dans le premier spectacle.

Pour ce qui est des solistes, les prestations sont plutôt réussies :
On trouvera John Kenny en ouverture : tromboniste, qui joue ici du carnyx, un instrument celtique ancien, sorte de longue trompette pointée vers le ciel dont l’extrémité est une sorte de tête de cheval stylisé (vous avez dit étrange ?) et au son passablement insolite. André Le Meut viendra ensuite interpréter à la bombarde un classique du répertoire traditionnel, Maro Eo Ma Mestrez, soutenu avec émotion par l’orchestre. Liam O’Flynn, maître sonneur nous offrira, quant à lui, un bon moment de cornemuse virtuose.
Le chanteur Denez Prigent et son groupe, pour leur part, proposent des morceaux plutôt entraînants, qui mêlent d’ailleurs quelques nappes électroniques aux mélodies typiquement celtes. On retrouvera aussi un esprit de fusion chez Sinead O’Connor, qui exécute quelques titres celtiques sur des rythmes reggaes, de manière assez originale.
La prestation la plus emballante, à mon sens, restera celle de Carlos Nuñez et de son groupe, qui allient la technicité de haut vol, l’entrain de mélodies imparables et un charisme indéniable : ils jouent bien et en plus ils donnent véritablement l’impression de s’éclater sur scène. Difficile de trouver plus enthousiasmant. Deux des trois titres joués sont d'ailleurs tirés de l'album un Galicien en Bretagne que j'apprécie particulièrement (Tro Breizh et une Autre Fin de Terre).
Le spectacle se terminera avec le grand Alan Stivell, qui ressort du placard quelques uns de ses plus grands succès comme la Suite Armoricaine ou bien le fameux Tri Martelod (mais si, vous savez, Manau, l’air entraînant de la Tribu de Dana !!!), avant de conclure sur le final de sa symphonie celtique. On pourra le trouver un peu fatigué quand il s’agit de chanter, mais la performance reste de qualité.
Les stars s’en tirent donc plutôt bien, même si ils ne dépassent pas la prestation précédente.

Mon avis est également meilleur en ce qui concerne l’agencement du stade et le jeu des lumières : d’une part, la scène des artistes a été réduite de taille, permettant la constitution d’une fosse de spectateurs qui peuvent s’ébattre et danser à loisir. C’est plus convivial. Un bon point. L’autre bon point, ce sont les lumières donc, qui proposent de très intéressantes variations tout au long du spectacle, plutôt colorées, et toujours très esthétiques. Un gros travail a donc été apporté ici aussi.
Finissons notre tour d’horizon des améliorations en évoquant le montage vidéo qui soutient également la comparaison avec celui de son prédécesseur : moderne sans être balourd. On a le droit à de nombreux mouvements de caméra, ce qui confère une fluidité au déroulement du spectacle. On note aussi l’usage du scindement d’écran, popularisé par la série 24 heures, ainsi que quelques effets de style ponctuels, pour souligner le point d’orgue de telle ou telle prestation. Ce parti-pris très actuel (sans être choquant) nous épargne donc au final les risques d’un ennui possible.
Le seul point qui sera négatif concernera les bonus qui brillent… par leur absence...

En conclusion donc, il s’agit d’un bon dvd, le spectacle est en moyenne meilleur que le précédent, même si il n’y a pas de bonus et même si les maîtres d’oeuvre ici ne parviennent pas totalement à effacer le souvenir des prestations d’un Didier Squiban ou d’un Dan Ar Braz (seul Carlos Nuñez se succède à lui-même avec brio). Mais au pire il suffit de se procurer les deux spectacles, proposés en coffret, me semble-t-il, pour un prix fort raisonnable. Si l’on apprécie, il n’y a pas de quoi se priver.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MR. AMEFORGEE :


Alan SIMON
Excalibur, Le Concert Mythique (2000)
La légende des celtes en live




Alan SIMON
Excalibur - La Légende Des Celtes (1998)
Les musiciens celtes réécrivent la légende

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
  N/A



Non disponible


1. John Kenny
2. André Le Meut, Orchestre Fil
3. Orchestre, Pipe Bands
4. Bagad De Lann Bihoué
5. Carlos Nuñez
6. Danseurs Asturiens
7. Choeurs Gallois
8. Choeurs Irlandais
9. Denez Prigent
10. Pipe Bands Eccossais
11. Choeurs Gallois
12. Pipe Bands Ecossais
13. Bagadoù
14. Sinead O'connor
15. Liam O'flynn
16. Alan Stivell



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod