Recherche avancée       Liste groupes



      
POP éLECTRONIQUE/TRIP-HOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


GWLADYS - Nobody Else (2009)
Par MARCO STIVELL le 14 Janvier 2012          Consultée 841 fois

GWLADYS, morlaisienne de 24 ans, possède une personnalité et une carrière déjà suffisamment remarquables pour que l'on s'y intéresse de près. Elle constitue sa petite formation en 2004 avec le batteur et guitariste Mickaël Bagot ainsi que le violoniste et claviériste François-Xavier Massé. Leur premier album Rejoin Me parait en 2005, ils feront ensemble diverses premières parties pour Red Cardell, Tiken Jah Fakoly, Marie Cherrier et même François Feldman, ce qui leur vaudra un intérêt croissant du public. Un grand merci à "The Mars Volta" pour cette découverte !

Nobody Else est le témoin d'un grand virage musical pris depuis le premier album. Ce dernier était assez proche d'un style "pop à guitares", mais GWLADYS était déjà soucieuse par rapport à ses textes anglais ou français d'un certain nombre de facteurs socio-culturels de notre époque : guerres, déracinement, condition féminine... sans oublier ses préoccupations personnelles, voyages et liaisons amoureuses. Elle a juste pour ce deuxième album choisi de les habiller différemment, bien aidée par ses deux complices.

GWLADYS possède une voix chaude, qui ne nécessite pas plus d'un mot ou d'une onomatopée pour révéler ses charmes. On peut dire qu'elle possède, elle aussi une très forte personnalité. Beaucoup diront que la jeune femme est une héritière des grandes chanteuses Sinead O'Connor et Dolores O'Riordan, chose tout à fait vraie. Cette empreinte, tout à tour suave et puissamment assurée, dans tous les cas comme "possédée" par tous les sentiments qu'elle exprime, sait rendre hommage aux deux divas en particulier grâce à l'emploi d'appoggiatures (petites notes) lui apportant encore un supplément de magie.

Nobody Else est un album dense où cette voix prend tout son sens, sur un corps musical à forte teneur électronique, souvent proche du trip-hop. Seules quelques programmations en rappellent le côté "(hip-)hop", les chansons laissent une grande place aux émotions, entre rêve et tristesse, pleinement au service de cette voix d'un lyrisme vibrant. La plupart des tempos sont lents, mais un titre comme "Hope" n'hésite pas dans sa partie centrale à laisser libre cours à une folie passagère où la chanteuse exprime son déchirement sur de fausses percussions massives. Les chansons semblent durer longtemps à l'écoute et effectivement certaines durées dépassent la moyenne de la pop courante. Mais ce n'est que pour mieux affirmer ces ambiances tantôt linéaires tantôt changeantes, aux motifs de piano répétitifs, toujours conduits par cette voix sublime et des rajouts instrumentaux sans faille, tels une batterie tribale ("Sarajevo"), un xylophone contemplatif ("Many Dreams") ou des grelots qui distillent l'urgence du propos ("Miss Charles"). Contrairement au premier album, on ne notera pratiquement pas de guitare, et le côté celtique de la musique devient plus subtil, seulement rappelé par le splendide violon et des mélodies proches des airs irlandais.

Loin d'être minimaliste et dénuée de sens, la musique de ce merveilleux disque nous fait voguer pendant plus de cinquante minutes sur une mer de sens, où chaque vague se révèle essentielle pour cette aventure. La brise nous caressera ("Many Dreams", "You"), alors que nous ne ressortirons pas indemnes de la houle ("Sarajevo", "My Studen't Life", "Gorillas", "Hope") mais pas avec des blessures physiques, seulement une certaine prise de conscience de celles dont souffre le monde. Et si chaque chanson se révèle être un highlight de l'album, tout semble converger vers ce cri du coeur qu'est "A Little Song", tableau magistral de l'humanité où en neuf minutes, on passe du combat mené par chacun à une certaine forme d'optimisme, et où même la "respiration" instrumentale est essentielle.

Nobody Else est exigeant, mais plus significatif que de nombreux autres albums et de ce fait, une pierre précieuse de notre paysage musical. Pas français ni anglais, non : universel.

Note réelle : 4,5

A lire aussi en TRIP-HOP :


ARCHIVE
Controlling Crowds - Part I, Ii & Iii (2009)
Tout Archive en un album !




EKOVA
Space Lullabies & Other Fantasmagore (2000)
World-électro printanière et riche


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Gwladys (chant, piano, claviers)
- Mickaël Bagot (batterie, percussions, programmations)
- François-xavier Massé (violon, claviers)


1. Angry
2. Many Dreams
3. Elle
4. You
5. My Studient's Life
6. Hope
7. Miss Charles
8. Sarajevo
9. Gorillas
10. A Little Song



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod