Recherche avancée       Liste groupes



      
GARAGE ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Dead Weather

The KILLS - Blood Pressures (2011)
Par PINHEAD le 28 Septembre 2011          Consultée 1175 fois

S'il ne fallait retenir qu'une poignée d'albums qui ont marqué le millésime 2008, l'élégant Midnight Boom des KILLS en auraient fait partie.
Pour ceux qui ont hiberné cette année là, THE KILLS, c'est un duo mi-Anglais, mi-Américain composé de seulement deux membres (chose très inhabituelle chez les duos) qui ont su profiter de la vague garage revival pour s'imposer comme en haut des charts et en couverture de la plupart des magazines branchés. Il faut dire que le buzz n'est pas anodin: le minimalisme blues des WHITE STRIPES qui fusionne avec une énergie sexuelle dégoulinante sous une fine couche de pop mainstream, la recette prend tout de suite et les médias s'emparent de la "nouvelle sensation rock du moment", et le mariage du guitariste Jamie Hince (alias Hotel) avec la top-model Kate Moss y sont également pour quelque chose.
Quant à la sublime Alison Mosshart, (chant/guitare), c'est bien entre deux tournées des DEAD WEATHER qu'elle participe à la composition et à l’enregistrement de ce tout dernier album: Blood Pressures.

Même studio, même style et même boite à rythme que son prédécesseur, ce nouvel album s'inscrit dans la continuité de la maturité atteinte sur Midnight Boom. C'est à dire qu'on retrouve une fois de plus un semblant de mélodie derrière les accords bluesy et tellement gras de Hotel, et un chant beaucoup plus contenu dans la voix de VV. Toujours aussi sexuelle, la musique du duo autrefois simpliste et directe sonne de plus en plus travaillée grâce aux ornements et à l'énorme boulot de Jamie Hince, moteur principal du groupe.
Et c'est avec une certaine surprise qu'on entend énormément l'homme chanter sur Blood Pressures. Habituellement en retrait, le guitariste ose prendre des initiatives sans rester dans l'ombre de sa charismatique partenaire.
Il épaule par exemple Alison Mosshart avec beaucoup d'aisance sur le titre qui ouvre la galette: "Future Starts Slow", pépite British de simplicité et de sueur.

On enchaîne avec ce que les KILLS savent faire de mieux: des morceaux courts et immédiatement accrocheurs. Le premier single "Satellite" est d'ailleurs un excellent exemple de ce que les KILLS jouent habituellement: accords bruyants et saccadés, voix chaude et sensuelle sur une rythmique carrée et entêtante. Sur ce modèle, le même adopté sur le précédent opus (qui assagit considérablement le style du groupe), le duo effiloche titre sur titre des sonorités toujours plus expérimentales, mais souvent dans la recherche de la mélodie entraînante. Ainsi, on retrouve des bruits de balles de ping pong sur "Heart is a Beating Drum"ou une atmosphère beaucoup plus feutrée sur "Wild Charms", courte complainte Lennonienne chantée par Jamie Hince.
Oppressant, le duo expédie parfois un sentiment d'angoisse à travers des titres qui font mouche comme "Nail In My Coffin" ou "You Don't Own the Road".

La suite s'annonce tantôt énervée, tantôt mélancolique, et parfois même sucrée sous sa couche nerveuse et suintante. L'imperfection majeure de Blood Pressures, en dehors de quelques titres bâclés et peu intéressants, est bien son hétérogénéité. Parfois trop Pop ("Baby Says"), parfois trop mièvre ("The Last Goodbye" et son interminable combinaison piano/violon) et souvent trop évident, Blood Pressures déçoit surtout à cause de son manque d'inspiration. Pouvait-on faire mieux que Midnight Boom dans un style parfaitement identique ? Il semblerait que non, même si quelques pépites demeurent vraiment sympathiques dans ce registre.

Heureusement, les KILLS gardent un atout dans leur manche pour clôturer cette œuvre d'une manière convenable. Le blues mille fois entendu, mais toujours aussi efficace. Inutile de chercher bien loin une filiation entre le succulent "Pots and Pans" et "Will There Be Enough Water" des DEAD WEATHER, elle nous est soufflée nonchalamment à la figure comme un nuage de fumée opaque en quatre minutes et trente-six secondes assassines.

3/5

Coup(s) de cœur: "Pots and Pans"

A lire aussi en ROCK par PINHEAD :


The STOOGES
Raw Power (1973)
Violence!!!!




BLACK REBEL MOTORCYCLE CLUB
B.r.m.c. (2001)
Vintage, dépressif et authentique


Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
  N/A



- Alison Mosshart, Vv (chant, guitare)
- Jamie Hince, Hotel (chant, guitare, claviers, batterie, percussion)
- Boite à Rythme: (rythme)


1. Future Starts Slow
2. Satellite
3. Heart Is A Beating Drum
4. Nail In My Coffin
5. Wild Charms
6. Dna
7. Babu Says
8. The Last Goodbye
9. Damned If She Do
10. You Don't Own The Road
11. Pots And Pans



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod