Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2011 1 Superheavy
 

- Membre : Mick Jagger , The Rolling Stones , Joss Stone , Eurythmics, Dave Stewart

SUPERHEAVY - Superheavy (2011)
Par MANIAC BLUES le 19 Octobre 2011          Consultée 1826 fois

La mode des supergroupes bat son plein ces dernières années. Citons par exemple Black Country Communion et Chickenfoot parmi tant d’autres formations souvent éphémères au casting All-stars. Mais plus people et glamour que les autres, Superheavy attire toute l'attention des projecteurs. Dave Stewart, Ex-Eurythtmics et producteur, a convaincu Mick Jagger de former un groupe crossover réunissant les talents les plus divers, des musiciens aux âges, nationalités et styles différents. Les frontières s’effacent et les cultures se mélangent. Le concept était plutôt audacieux bien que très utopique. Superheavy avait promis un album bousculant les normes et les codes. Mais il n’en est rien. Finalement, Superheavy souffre des effets pervers de la mondialisation culturelle : au lieu d’obtenir un album contrasté où le style de chaque musicien peut s’exprimer dans toute sa richesse, on en est réduit à écouter un produit lisse, standardisé, conformiste qui n’a d’autre utilité que de renouveler la bande son des supermarchés.

La domination britannique est incontestable. Comme promis, on retrouve le blues-rocker Mick Jagger, la soulwoman Joss Stone dont le dernier disque solo a d'ailleurs été produit par la star du pop-rock Dave Stewart. Pour apporter une touche exotique, deux musiciens plus pittoresques contribuent au projet. Le premier s’appelle Damian Marley, fils de Bob. Il est censé insuffler une dose de rap et de reggae. Le second se nomme Allah Rakha Rahman. Ce compositeur indien de musique de film qui a notamment signé la B.O. de Slumdog Millionnaire, a pour mission d’orientaliser les chansons du groupe. Mis à part les quelques mots chantés en sanscrit sur « Satyameva Jayathé », l’apport indien n’est guère convaincant. De toute façon, dans ce disque, on ne retrouve ni sonorités reggae dignes de ce nom, ni rock, ni blues, ni soul. L’identité de chaque musicien s’efface au profit d’une musique mainstream qui sent à plein nez la variété internationale de bas étage.

Si d’emblée, vous n’accrochez pas au concept, cet album d’une cinquantaine de minutes va vous paraître long, très long. Il n’évite pas les pires clichés, les paroles les plus mièvres, les mélodies les plus banales, les arrangements les plus formatés et les refrains les plus exaspérants, à l’image de l’inepte « Miracle Worker ». Et je n’ose parler de l’imbuvable « Beautiful People ». La section rythmique sans personnalité est inconsistante. Parfois, pour essayer de rendre les choses plus authentiques, un harmonica pointe le bout de son nez, en vain. La production fade n’arrange pas les choses.

Evidemment, chaque star veut jouer un rôle de premier plan. Il y a donc un foisonnement de voix qui s’entrecroisent, se répondent ou chantent en chœur. De ce côté-là, on ne peut pas tellement pas parler de guerre d’égos, les rôles étant plutôt équitablement répartis. Mais le résultat n'est pas à la hauteur. Le rap de Damian Marley manque un peu de piquant. Mick Jagger frime beaucoup ; sa prestation frôle le grotesque sur « One Day One Night ». Sans être crédible pour un sou, il tente tant bien que mal de se rattraper sur la ballade stonienne, « Never Gonna change » : il en fallait bien une ! Quant à Joss Stone, elle a tendance à en faire trop, comme d’habitude. A la guitare, Dave Stewart se montre bien plus inspiré sur son dernier disque solo sorti cette année. Aucune chanson ne semble digne d’intérêt, surtout pas les ballades toutes plus soporifiques les unes que les autres. Même les chansons rock comme « I Can’t Take It No More » laissent de marbre.

En définitive, ce groupe porte bien son nom. Super lourd, cet album l’est. Que Mick Jagger commence à s’ennuyer avec les Stones, on peut le comprendre, mais de là à tomber aussi bas… Un album à vite oublier, en espérant qu’il ne connaisse pas de suite.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE :


Phil COLLINS
A Life Less Ordinary (2003)
Indubitablement




Chris DE BURGH
Into The Light (1986)
Comme une tirade de Shakespeare...


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



Non disponible


1. Superheavy
2. Unbelievable
3. Miracle Worker
4. Energy
5. Satyameva Jayathe
6. One Day One Night
7. Never Gonna Change
8. Beautiful People
9. Rock Me Gently
10. I Can't Take It No More
11. I Don't Mind
12. World Keeps Turning



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod