Recherche avancée       Liste groupes



      
FUNK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Sly & The Family Stone

Sly STONE - I'm Back! Family & Friends (2011)
Par MANIAC BLUES le 12 Novembre 2011          Consultée 1316 fois

Pauvre Sly Stone. Quelle triste fin de carrière…Je dis « fin » car je vois mal comment Sly pourrait retrouver ne serait-ce qu’un millième de sa grandeur passée. Il en est réduit à vivre dans un van à Los Angeles, sa vie dissolue l’ayant complètement ruiné. Le fléau des drogues ne l’a pas épargné et ne semble pas vouloir le lâcher : le voilà qui repart en cure de désintoxication. Et puis, le plus triste dans toute cette histoire, c’est ce come-back totalement raté. La pochette de l’album est affreuse, la liste des chansons n’augure rien de rassurant, et Sly compte sur de nombreuses guest-stars pour tenter d’augmenter les chiffres de vente. En vain. Ils n’ont sûrement même pas pris la peine de passer voir Sly dans sa caravane.

Dans cette perspective, le titre de l’album fait grincer des dents. Sly est de retour après vingt-huit ans d’absence, tu parles : on est de loin du retour flamboyant sur le ring d’un Rocky Balboa toujours vaillant. Et puis quels amis et quelle famille ? Seul, sans attache, il ne semble plus vivre que dans le souvenir de sa légende. Il s’auto-parodie sur ces reprises de standards qui ont forgé sa gloire à la fin des années soixante. Et voilà qu’il nous ressort « Dance to the Music », « Family Affair », « I Want To Take You Higher »... Sans arranger les choses, bien au contraire, Ray Manzarek, Carmine Appice, Johnny Winter, Jeff Beck, Bootsy Collins viennent apporter leur « contribution ». Tout cela est un beau gâchis. Comment Sly Stone dans son état de forme actuel a-t-il pu imaginer une seule seconde pouvoir ressusciter son génie en reprenant ses classiques les plus célèbres ? Un tel manque d’ambition, d’inventivité, et un tel narcissisme laissent sans voix. Le résultat sans saveur ne présente aucun intérêt : autant écouter les originales, inimitables et indépassables.

Au menu, Sly Stone nous offre également trois inédits (« Plain Jane », « His Eyes Is On The Sparrow », « Get Away »), de quoi faire saliver les fans en manque de nouveau matériel. Sans être transcendants, ces titres ne sont pas trop mal composés ; mais ils sont loin de convaincre, la faute à une production brouillonne. La voix abimée de Sly a du mal à tirer son épingle du jeu, quelques effets sonores s’avèrent désastreux. Le plaisant « Get Away » est sans doute le morceau le mieux maîtrisé des trois.

Je n’ose parler des remixes qui concluent de manière bien pathétique l’album. Abominable.

Chroniquer cet album revient en quelque sorte à frapper un homme déjà à terre. Sly Stone ne peut sans doute pas tomber plus bas. Espérons que sa vie reparte sur de bons rails, et qui sait, un jour, peut-être fera-t-il un vrai come-back avec plein de nouvelles chansons à la hauteur de son talent ? C’est beau de rêver. Tout cela est bien triste.

A lire aussi en FUNK par MANIAC BLUES :


Nina ATTAL
Yellow 6/17 (2011)
Quel album de grande classe




PARLIAMENT
Mothership Connection (1976)
P-funk

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



Non disponible


1. Dance To The Music Feat. Ray Manzarek
2. Everyday People Feat. Ann Wilson
3. Family Affair
4. Stand! Feat. Carmine Appice & Ernie Watts
5. Thank You (falettinme Be Mice Elf Agin) Feat. John
6. Hot Fun In The Summertime Feat. Bootsy Collins
7. Dance To The Music (extended Mix)
8. Plain Jane
9. His Eye Is On The Sparrow
10. Get Away
11. Dance To The Music (club Mix)
12. Family Affair (dubstep Mix)
13. Thank You (falettinme Be Mice Elf Agin) (electro C



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod