Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ METAL  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (262)

SHINING - Live Blackjazz (2011)
Par RED ONE le 12 Décembre 2011          Consultée 2041 fois

La parution de Blackjazz en 2010 signifiait le début d'une nouvelle ère pour le groupe le plus barré de Norvège et l'aboutissement de cinq années d'expérimentation ultra-violentes. SHINING dévoilait sur cet opus des aspects résolument metal, abandonnant les quelques liens qui l'unissaient encore à son ancienne période jazz post-bop. Oui, parce que pour rappel à ceux qui l'ignorent encore, SHINING, de ses débuts en 1999 jusqu'en 2004, c'est un groupe de jazz purement acoustique. Alors, évidemment, pour un néophyte qui découvre le groupe en 2010 en écoutant Blackjazz, le choc est immense. Blackjazz, c'est TOUT sauf du jazz, de prime abord. Et pourtant ...

Une analyse musicologique attentive de l'album Blackjazz révèlera, à celui qui daignera en prendre la peine, qu'en réalité SHINING continue encore en 2010 de produire une musique jazzy. Mais un jazz cette fois-ci entièrement nouveau, joué à un niveau de saturation extrême, mélangé à une sacrée dose de metal et influencé dans son écriture par le groupe phare du black viking norvégien, à savoir ENSLAVED. SHINING a donc véritablement marqué son territoire en 2010, se plaçant (de façon un peu prétentieuse, mais bon qui n'est pas prétentieux en musique ?) en temps que fer de lance d'un nouveau courant musical à la croisée du free jazz avant-gardiste et du metal bruitiste. Blackjazz est donc, de mon point de vue, un disque important dans l'histoire du jazz, puisqu'à l'image du Black Metal de VENOM (sorti en 1982), il pose les bases d'un style musical en devenir en même temps qu'il lui donne un nom : le ... black jazz.

En 2011, SHINING veut donc confirmer son statut de précurseur intouchable et nous sort un live, censé porter l'avant-gardisme du groupe au pinacle. Un sticker présent sur la pochette, blanche et sobre, enfonce un peu plus le clou : "Live Blackjazz est à SHINING ce que Alive est à KISS". Bigre. Si on tient compte du fait que Blackjazz est déjà en soit un album énorme, alors cela signifie donc que ce premier live officiel du combo, Live Blackjazz, doit être perçu comme l'apogée du groupe, un disque destiné à devenir mythique, voir mythologique ! Minute, les papillons ...

Oui, parce que quand même, se comparer à KISS quand on fait du jazz metal, c'est quand même partir du principe que des millions de fans en délire de par le monde vont se ruer dans les stades pour écouter jouer des types baraqués en uniformes quasi-fascistes. Des types à l'allure mauvaise donc, et qui jouent du saxophone et de la clarinette électronique à un niveau sonore intolérable sur des rythmes de batterie sur-amplifiés, qui hurlent dans leurs micros des paroles incompréhensibles et qui nous assomment le cerveau à coups de riffs martiaux ultra violents. Totalement impensable ... Oups, j'ai parlé un peu trop vite. Euh, parce que visiblement en Norvège, la terre natale de nos jazzeux sous amphétamines, ben c'est ce qui s'y passe. Oui oui, en Norvège, SHINING remplit des stades. C'est décidemment curieux à constater, mais en Norvège, on peut remplir un stade avec un concert de jazz metal expérimental. Ils sont fous ces Norvégiens ...

Live Blackjazz fait évidemment l'impasse sur les deux premiers opus du groupe, Where The Ragged People Go (2001) et Sweet Shanghai Devil (2003), et c'est relativement compréhensible, tant ces deux albums sont à des années-lumière du répertoire récent de SHINING. Live Blackjazz fait en revanche bien sûr la part belle à l'album Blackjazz de 2010, n'omettant pas au passage de faire figurer une reprise classique de KING CRIMSON ("21st Century Schizoid Man"). Mais l'album présente également un nombre conséquent de titres issus des albums In The Kingdom Of Kitsch... (2005) et Grindstone (2007).

Après, il faut quand même faire remarquer que ce live se présente sous la forme d'un packaging CD+DVD (chose assez classique de nos jours), mais qui présente une set-list différente sur les deux supports. En ce sens, la track list du CD est quelque peu réduite par rapport au DVD et certains titres sont inversés. C'est un peu frustrant en soit, étant donné que le DVD est une baffe visuelle et sonore monumentale et que l'avoir totalement en support audio pouvait présenter un intérêt non négligeable. Mais bon les contraintes éditoriales sont ce qu'elles sont, et de toute façon, les deux supports sont obligatoirement vendus ensemble, donc au final on peut quand même faire la comparaison sans avoir à acheter deux objets séparément.

Musicalement, Live Blackjazz envoie du lourd et tabasse très dur. Blackjazz avait quelque peu occulté les aspects free jazz des deux précédents opus de SHINING mais ne négligeait pas l'emploi incontournable du saxophone, tout en adjoignant aux compositions des structures éminemment plus rock, plus directes. Live Blackjazz est donc un live qui fait la synthèse de ces différentes facettes de la musique de SHINING, réorchestrant de façon plus rock certains morceaux trop free jazz issus des anciens albums, mais ne faisant en aucune manière l'impasse sur les aspects improvisés et progressifs chers au SHINING de la fin des années 2000. Ainsi donc, ça riffe à tout va, ça martèle dans tous les sens, le free jazz de SHINING se mutant en direct sous nos yeux et nos oreilles en un metal industriel sale et rugueux, aux sonorités stoner et doom intenses et qui prennent littéralement aux tripes ...

Jørgen Munkeby, leader absolu et incontesté de la formation, ne peut évidemment pas reproduire de façon optimale en concert ses vocalises distordues dont il parsème l'album Blackjazz. Ce n'est pas grave, puisque sa voix se fait ici plus humaine, plus feutrée et moins monstrueuse (enfin, façon de parler, gurgl) ... SHINING y gagne sensiblement en humanité. Les autres musiciens, techniquement irréprochables, ne semblent pas écrasés sous le poids démesuré de leur leader et profitent des nombreux morceaux instrumentaux du live pour démontrer leur incroyable talent. Tout ici est carré, mathématique, froid, industriel. SHINING joue ici le jazz de la fin des temps, le metal du futur. Seul regret, on n’entend pas assez le public, au point que parfois on se demande s'il n'est pas littéralement absent ...

Live Blackjazz n'est pas un live foncièrement novateur par rapport aux albums studios de SHINING. Il présente toutefois la musique du groupe dans un contexte beaucoup plus direct, et en ce sens le DVD permettra à ceux qui ne connaîtraient pas le groupe de visu de mettre des visages sur ces barbares venus du Nord qui nous assènent une musique aussi improbable. L'aspect déshumanisé des albums studios de SHINING étant en effet souvent leur gros point faible, ce live est donc un cadeau bienvenu pour tout amateur de la musique des Norvégiens. Quand aux autres qui ne connaissent pas forcément le groupe mais qui sont sensibles à la musique expérimentale, ce live leur permettra de découvrir efficacement un groupe qui est réellement en passe de devenir l'un des plus importants de toute la musique contemporaine.

5 / 5, sans nul doute.

A lire aussi en JAZZ :


Kenny BURRELL
Be Yourself : Live At Dizzy's Club Coca Cola (2010)
Du jazz comme au bon vieux temps!




Lalo SCHIFRIN
Bullitt (1968)
Lalo schifrin ou le summum du cool


Marquez et partagez







 
   RED ONE

 
  N/A



- Jørgen Munkeby (chant, guitare, saxophone)
- Håkon Sagen (guitare)
- Tor Egil Kreken (basse)
- Torstein Lofthus (batterie)
- Bernt Moen (claviers)


- cd
1. Fisheye
2. The Madness And The Damage One
3. In The Kingdom Of Kitsch You Will Be A Monster
4. The Red Room
5. Goretex Weather Report
6. Winterreise
7. Exit Sun
8. Healter Skelter
9. 21st Century Schizoid Man

- dvd
1. The Madness And The Damage Done
2. Fisheye
3. In The Kingdom Of Kitsch You Will Be A Monster
4. The Red Room
5. Omen
6. Goretex Weather Report
7. Winterreise
8. Exit Sun
9. Healter Skelter
10. 21st Century Schizoid Man
11. Rmgdn



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod