Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK 70\'S  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Graveyard, Rival Sons

The DEVIL'S BLOOD - The Thousandfold Epicentre (2011)
Par GEGERS le 2 Janvier 2012          Consultée 1564 fois

Tout aurait été tellement plus simple si The Thousandfold Epicentre avait été une boîte de poissons panés surgelés. Ou une nouvelle boisson à la mode, tiens. On lui aurait simplement accolé le slogan "Plus old school, tu meurs", et hop, envoyez les palettes à l'expédition. Seulement voilà, le deuxième album des Hollandais de THE DEVIL'S BLOOD est loin d'être une quelconque nourriture pré-mâchée. Voyez-vous, le duo oeuvre plutôt dans la musique. Une musique typée hard rock 70's, loin du domaine alimentaire mais parfaitement dans la mouvance du revival actuel (Graveyard ou Rival Sons ont, dans le même style, déjà fait parler la poudre cette année), le tout saupoudré d'une imagerie sombre et sataniste (vraiment ?) le rapprochant d'un groupe comme Ghost, qui fait également beaucoup parler de lui en ce moment. Bref, le vieux rock est à la mode.

Sauf que, car il y a un mais, il y a bien plus dans la musique de THE DEVIL'S BLOOD qu'un simple hommage appuyé aux pères fondateurs du hard rock et du heavy metal. Cette ressemblance avec les premiers Black Sabbath, Scorpions et UFO, que l'on retrouve à chaque coin de morceaux sur cet opus, existe avant tout pour servir une intertextualité et une imagerie bien définies, qui s'associent en un mariage qui tient autant des cieux que des enfers. Le groupe en avait posé les bases sur son premier album, paru en 2009, et confirme avec ce nouvel opus que la notion de passé n'est, finalement, qu'une simple vue de l'esprit.

Avec son heure et quart au garrot, il faut donc un minimum apprécier les trois groupes précités pour trouver un semblant d'intérêt à The Thousandfold Epicentre. La qualité est là, c'est certain. La voix de "The Mouth of Satan", tantôt flamboyante, tantôt monocorde, ouvre les portes du Paradis ainsi que celle du Royaume d'Hadès tandis que les morceaux n'en terminent pas de distiller des ambiances successivement (et parfois simultanément) lumineuses et ténébreuses.

La force du groupe réside dans cette capacité à faire naître le jour et la nuit, avec force de riffs plombés et de cavalcades rythmiques souvent irrésistibles, en témoigne "She", dont les guitares façon Scorpions période Fly To The Rainbow sont un véritable délice. "On the wings of gloria" et son introduction chaotique se fait également emblématique et illustre parfaitement la capacité du combo à mêler des ambiances contradictoires et les marier avec réussite au sein d'un même morceau. Une pièce indispensable pour ceux qui souhaitent retrouver un tant soit peu ce "feu sacré" qui habitait les groupes emblématiques du genre à leurs débuts.

Malgré ces réussites, THE DEVIL'S BLOOD ne parvient pas à convaincre sans réserves, la faute justement à cette durée d'album excessive qui rend complexe la compréhension globale de l'oeuvre. Les passages atmosphériques et ambiancés, nombreux, contrecarrent l'énergie brute dégagée par les titres les plus concis. Il est évident que certains morceaux, parmi lesquels "Cruel lover" ou le morceau-titre "The Thousandfold Epicentre" (quoique ce dernier, avec ses éléments symphoniques et ses guitares acoustiques, reste fort agréable) auraient gagné en force de frappe eurent-ils été plus courts. Et que dire du titre final, "Feverdance", qui s'éternise pendant plus de 15 minutes sans que l'on ne parvienne à saisir son essence profonde, noyée sous une couche d'intermèdes autant inutiles que déplaisants.

A vouloir trop en faire, THE DEVIL'S BLOOD propose donc un deuxième album légèrement décevant, mais qui ravira néanmoins les nostalgiques d'une époque que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Et puis, reconnaissons au groupe ce talent de composition et cette capacité à mêler les ambiances douces-amères qui lui permettent d'éviter de terminer dans le caddie de la ménagère. Une curiosité à découvrir !

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


UFO
The Visitor (2009)
Le dernier grand album de ufo ?




KINGDOM COME
Twilight Cruiser (1995)
Je suis venu te dire que j'ai encore du talent


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
   RED ONE

 
   (2 chroniques)



- F 'the Mouth Of Satan' (chant)
- Selim 'sl' Lemouchi (guitare)


1. Unending Singularity
2. On The Wings Of Gloria
3. Die The Death
4. Within The Charnel House Of Love
5. Cruel Lover
6. She
7. The Thousandfold Epicentre
8. Fire Burning
9. Everlasting Saturnalia
10. The Madness Of Serpents
11. Feverdance



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod